Naruna Kaplan de Macedo
Abonné·e de Mediapart

180 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2022

Portrait du ministre en homme fort (ou pas)

Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.

Naruna Kaplan de Macedo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes.

A part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses "domaines de compétences" ou ses positions politiques.

Mais je pense que quand il a été pressenti pour une charge ministérielle, j'ai vu plus de photo de lui circuler. Je n'ai pas particulièrement tiqué sur lesdites photos. Qu'est ce qu'on regarde sur une image?

Ses portraits étaient toujours cadrés plus ou moins pareil, au niveau des épaules.

Mais d'un coup, avec ses affaires de viols, on a plus vu de représentations photographiques du ministre en devenir circuler dans les journaux. Et je constate après coup qu'il était représenté comme un homme fort. Des épaules larges, une mâchoire carrée, un cou épais. On dirait un rugbyman.

L'affaire sortie, il nie les faits.

Et puis, il contre-attaque, il dit qu'il n'a pas pu violer.

Qu'il n'a physiquement pas pu violer ces femmes.

Pas possible pour lui, à cause de son handicap.

Et le lendemain (pour le conseil des ministres où il se rend) on voit des images de lui "en pied", entrant dans l'Elysée.

Dans ce cadre élargi, il ne ressemble plus du tout à un avant centre du quinze de France. On découvre ses jambes, ses bras. On voit ce qui avant été suggéré, une atrophie qui prend corps.

Et je ne peux pas ne pas m'interroger: à quand le glissement iconographique ?

Quand est-ce que les hommes et les femmes qui mitraillent les politiques devant le perron élyséen se sont dit: on y va, on va laisser son handicap visible?

Quand est-ce que les "iconos" (celles et ceux qui décident des visuels à mettre en avant pour une "une" ou un "papier") ont admis que les photographes reculent un peu plus, attrapent le corps en entier du ministre Abad ?

Est-ce que d'autres photos de lui comme ça avaient circulé avant ?

Je n'en avais pas vu, peut-être m'avaient elles échappé.

Ou est-ce que c'est une manière (consciente? ou pas) de recouper son récit ?

Ce qui interroge là, au-delà de la construction visuelle d'un récit public, c'est bien évidemment ce qu'un homme (et par conséquent une femme) politique met en avant dans les photos qu'il (ou elle, j'insiste) fait circuler de lui.

Un.e politique se doit d'être fort. L'incarnation du pouvoir doit être carrée, virile. Un roc sur lequel reposer ses doutes d'électeur et ses espoirs citoyens. Alors pas de place visuelle pour le handicap, bien sûr. Pas de faiblesse, pas d'hésitation. Rien que du dur, du muscle, du lourd, du menton en avant.

Sauf si cette force est remise en cause comme violente ou dangereuse.

Alors faudra adoucir. Avec des chats, par exemple.

Ou un portrait de ministre en homme affaibli...

Il y a encore du chemin, évidemment.

Du chemin à parcourir contre les violences sexistes et sexuelles en politique. Mais aussi dans les représentations que nous nous faisons et que nous nous fabriquons, de celles et ceux qui nous représentent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel