Le cri du coeur des élèves de l'école Longepierre de Toulon

Ils ne veulent pas grandir dans la violence et la peur.

47685745-773808862979915-3119151240588558336-n

  Toulon, le 26 novembre 2018

Cher monsieur le Président,

Nous sommes des enfants du quartier Sainte Musse et de la cité des Œillets et nous vivons dans la peur quotidienne car nous sommes victimes d’une souffrance atroce.
Nous vous écrivons cette lettre car cette situation est devenue intolérable. En effet, il y a eu plusieurs fusillades mortelles dont une mercredi 21 novembre vers 21h.

Plusieurs émotions nous animent ; nous avons peur pour nous et nos proches et de sortir de chez nous. Nous avons l’impression d’être en prison dans notre propre maison car on ne se sent pas protégés à l’extérieur. Nous sommes terrifiés à l’idée de devenir comme les délinquants.
On en a assez et on est en colère contre les voyous qui n’arrêtent pas de tirer, de brûler les voitures et de vendre de la drogue devant nous et en plus de nous en proposer, sans se cacher dans la cité.
Ces derniers nous terrorisent par leur violence et nous éprouvons de la rancœur contre eux.
Quand on pense aux personnes mortes et aux membres de leurs familles, quand on pense que cela se reproduit encore et encore et encore, cela nous rend mélancoliques. Malgré tout, nous avons le courage de rester dans notre quartier, de survivre à toute cette violence, de refuser la drogue et de résister aux dealers.

C’est honteux que d’en venir là, à vous écrire une lettre pour que cela cesse pour de bon. La honte nous envahit lorsque l’on entend dire du mal de notre quartier alors que ce n’est qu’une petite poignée de personnes qui se comporte mal. Les autres habitants du quartier sont généreux, agréables mais ils souffrent comme nous.
Nous souhaiterions plus de sécurité, au quotidien, dans la cité, pour améliorer nos conditions de vie. Nous voulons juste vivre en paix, dans la sérénité.

Nous vous remercions d'avoir pris le temps de lire notre lettre. Nous espérons que vous pourrez faire quelque chose pour nous venir en aide.

Les élèves de la classe de cm1-cm2
de Mmes Ghionga et Barussaud


Monsieur le Président,

Suite aux événements tragiques qui sont survenus dans la cité des Œillets de Toulon, mercredi 21 novembre, les élèves de notre classe ont exprimé le besoin de faire connaître leurs sentiments et leur état d’esprit au président de la République mais aussi à la France entière. La lettre ouverte nous a semblé le meilleur outil.
Cette lettre a été rédigée par les élèves, en collectif. Les mots que vous lisez sont leurs propres mots, tristement réinvestis pour l’occasion. Notre seule aide a consisté en un soutien syntaxique et d’organisation d’idées.

Mmes Ghionga et Barussaud
Les enseignantes des cm1-cm2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.