Le succès grandissant des mangas en France

Que vous soyez un grand lecteur ou non, vous avez certainement déjà entendu parler des mangas. Avec des millions d’exemplaires écoulés chaque année, les mangas font partie des livres les plus vendus en France. Zoom sur un succès grandissant…


manga

Que vous soyez un grand lecteur ou non, vous avez certainement déjà entendu parler des mangas.
Avec des millions d’exemplaires écoulés chaque année, les mangas font partie des livres les plus vendus en France. Zoom sur un succès grandissant…

Véritable phénomène en France depuis le début des années 2000, ces bandes dessinées japonaises se vendent à plusieurs millions d’exemplaires chaque année.

En 2016, la France est même devenue le 2ème plus gros consommateur de mangas après le Japon et devant les États-Unis. « Dragon Ball », « Naruto », « One Piece » ou encore « L’attaque des Titans » font partie des plus grands succès du manga. Mais qu’est-ce qui explique cette « manga mania » et quelles sont les prévisions pour le marché du manga en France ?

L’évolution du marché des mangas en France

akira

Le marché des mangas en France n’aurait pas connu un tel succès si certaines maisons d’édition ne s’étaient pas intéressées à ces bandes dessinées venues du Japon.

En 1990, la maison Glénat Éditions prend le pari de publier le manga « Akira » écrit et illustré par Katsuhiro Otomo. Cette parution fera rentrer l’univers japonais sur le marché francophone et marquera le début du manga en France.

Après « Akira », s’en suivra une longue liste de parutions qui contribueront à l’essor du marché : « Ghost in the Shell » de Masamune Shirow en 1991, « Dragon Ball » d’Akira Toriyama en 1993 ou encore « One Piece » d’Eiichiro Oda en 2000, toujours aux éditions Glénat.

Le manga en France est lancé…

Qui aurait pu penser, à cette époque, que « Dragon Ball » se vendrait à 18 millions d’exemplaires en France et deviendrait l’un des plus grands succès de l’histoire de la bande dessinée ? Certaines maisons d’édition spécialisées dans le manga voient le jour comme Kazé  en 1994, Kana en 1996 ou Pika Édition en 2000. Parallèlement, les premiers mangas à succès sont adaptés en séries animées et diffusées à la télévision : « Dragon Ball Z », « Olive et Tom »…

Les années 2000 marquent l’âge d’or du manga en France.

Les français sont de plus en plus friands de ces bandes dessinées qui se lisent de droite à gauche et se commencent par la dernière page.

Cette période voit paraître de nombreux mangas qui sont aujourd’hui de véritables références et qui figurent dans le Top 100 des bandes dessinées préférées des français : « 20th Century Boys » de Naoki Urasawa en 2000, « Death Note » de Takeshi Obata et Tsugumi Ōba en 2003, « Fullmetal Alchemist » de Hiromu Arakawa en 2001 ou encore « L’Attaque des Titans » de Hajime Isayama en 2009.

L’essor du marché des mangas en France est porté par Internet, par les magazines dédiés à l’univers japonais et par la création de la Japan Expo, premier festival sur la culture japonaise.

En 2005, les mangas deviennent les bandes dessinées les plus vendues du marché français.

Si les adolescents représentent la majeure partie des lecteurs de mangas (catégorie Shonen pour les garçons et Shojo pour les filles), le public s’élargit de plus en plus (avec les catégories Seinen pour les hommes adultes et Josei pour les femmes). Les lecteurs de bandes dessinées japonaises sont également de plus en plus nombreux à se tourner vers l’achat de mangas d’occasion.

Quel avenir pour le manga en France ?

Après un tel succès dans les années 2000, le marché du manga en France s’est stabilisé.

Aujourd’hui, 1 bande dessinée sur 3 vendues en France est un manga soit plus de 16 millions d’exemplaires vendus.

Glénat, Pika et Kana restent les 3 maisons d’édition leaders et cumulent 60% des ventes. Mais le marché du neuf doit désormais compter sur celui de l’occasion.

Il faut dire que le prix d’un manga neuf est plus élevé en France  qu'ailleurs : comptez environ 7€ pour un volume de « Naruto » contre 6€ en Allemagne ou 4€ au Japon.

Cela peut expliquer que les mangas soient très présent sur le marché de l'occasion qui permet d’acheter des mangas en très bon état à des prix vraiment très bas.

Entre diversification et lancement de nouvelles collections, le manga en France a encore de beaux jours devant lui…

sources :

https://www.kiwibook.fr/

https://www.lesinrocks.com/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.