Enfumage lexical - Terme 9 : le vote utile

On entend partout des contre-vérités ou des explications partielles. C'est pourquoi j'ai créé quelques fiches pratiques. Chacune traite d'un seul sujet et l'explique de façon très synthétique et claire.

Le concept de vote utile a été inventé par des personnages politiques dans le but de recueillir des suffrages supplémentaires. Le principe est simple : au lieu de voter pour des "petits" candidats qui n'ont aucune chance d'être élus, votez plutôt pour un candidat qui a la possibilité de gagner.

Pour traduire, si vous êtes communiste, pas la peine de mettre un bulletin communiste dans l'urne puisque de toute façon le PC ne gagnera pas l'élection. Alors plutôt que d'aller vers une défaite assurée, votez pour le PS comme ça vous gagnerez l'élection. Enfin vous aurez simplement l'impression de gagner car au final vous aurez voté à droite.

Et c'est malheureusement ce que beaucoup d'électeurs ont fait. Ils ont tous voté à droite, que ce soit pour le PS ou les Républicains (ex-UMP, ex-RPR) et maintenant LREM.

Après plusieurs décennies de vote utile, on peut maintenant faire un bilan et se demander si ces votes ont vraiment été utiles. De tout évidence, ces votes ont surtout permis à la même caste de se relayer à la tête du pays et de continuer à casser notre modèle social, notre travail, notre planète et nos illusions qu'on pouvait vivre mieux.

De manière générale, un système d'élections de la sorte n'est pas utile. Il est même dangereux car pas démocratique. Je suis absolument contre les élections, surtout telles qu'on les pratique aujourd'hui. Le seul vote qui éventuellement pourrait être intéressant c'est le vote alternatif et encore... 

Qui dit vote dit candidats, ce qui implique communication, alliances, programmes, communication, coûts élevés, mensonges, manipulations, communication, sondages, attaques personnelles, ainsi que communication. Communication qui continue après les élections puisqu'on voit encore aujourd'hui tous les défenseurs de la macronie, médias en tête, marteler que le président a été élu DE-MO-CRA-TI-QUE-MENT et qu'il est donc totalement inenvisageable qu'il démissionne ou qu'il soit destitué. Voilà un discours parfaitement antidémocratique.

La seule façon d'éviter toutes les dérives des élections, c'est le tirage au sort. On pourrait envisager des assemblées citoyennes divisées en compétences. Chaque citoyen qui se sentirait compétent pour siéger dans une assemblée déposerait sa candidature. Pas besoin de moyens financiers ni de trouver des alliés ou d'aller chercher des signatures à travers tout le pays. Tout le monde pourrait se positionner et... attendre le tirage au sort. Si on est tiré au sort, on va siéger. On pourrait optimiser ce système grâce à trois règles :

  • Lorsqu'on siège, on continuerait de toucher son salaire. Pas plus ni moins, ce qui évitera que des gens se positionnent uniquement parce que la gamelle est bonne.
  • Les assemblées seraient renouvelées par tiers ce qui confère deux avantages. Le premier donne le temps nécessaire à la formation des nouveaux arrivants. Le second limite les risques d'alliances qui n'iraient pas dans le sens de l'intérêt général.
  • Enfin, on ne pourrait siéger qu'une fois dans sa vie dans une assemblée. On pourrait siéger dans plusieurs assemblées différentes au cours de sa vie, mais jamais deux fois dans la même ni dans deux assemblées simultanément. Pas d'alliés servant de groupes d'influence et pas de possibilité de rempiler : bon courage pour les lobbys !

En conclusion, il faut vraiment arrêter de croire au vote utile. Le plus révolutionnaire est de ne pas aller voter car déposer son bulletin dans une urne c'est cautionner et, à leurs yeux, légitimer le futur gagnant. Mais si on ne veut pas aller jusqu'à l'abstention, il est important de voter selon sa conviction. Il sera temps ensuite de voter blanc au second tour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.