COVID 19 : plus qu'hier et moins que demain ? (3/3)

Il semblait simple, à la suite des précédents documents, d'appliquer les statistiques données par les bulletins hebdomadaires de l' ARS https://www.santepubliquefrance.fr/recherche/#search=COVID%2019%20%20%20point%20epidemiologique&publications=donn%C3%A9es&regions=National&sort=date;
Comme elles tardaient à venir et que les données journalières fournies par le Ministère de la Santé https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees
étaient plus accessibles, elles ont été calculées pour être utilisées par semaine. Sauf qu'en voulant vérifier les correspondances, il s'est avéré qu'il y avait de grandes différences comme le montre le tableau ci-dessus :

tableau-31



Ainsi, on peut lire qu'en Semaine 35, selon le Ministère de la Santé, 743 576 tests ont été réalisés par soustraction entre le lundi 24 et le dimanche 30 août, sauf que le bulletin de l'ARS (BN S35) donne lui le chiffre de 856 404 tests réalisés.

graph-31


Ce graphique permet de voir la progression surprenante de cette divergence : si les pourcentages de positivité sont presque égaux d'une semaine sur l'autre, le nombre de tests donne une variation de + de 100 000 tests en semaine 35 et 36 et de + de 350 000 en semaine 37.


graph-32
Le scénario est le même pour les hospitalisations : les 2 ères semaines, l'écart est de + de 1 380, alors qu'il est presque le double à 2124 la 3 ème semaine.

Toutefois, les différences pour les retours à domicile (266, 211 et 295) la réanimation (207, 211 et 295) et les décès (31, 63 et 75) peuvent juste laisser penser à un décalage dans les remontées de données.


En Bretagne, on retrouve le même travers mais uniquement pour les tests :

t-breizh-32

gbreizh

 

Les taux de positivité sont équivalents pourtant chaque semaine il y a une différence en hausse de plus de 11 000 tests. Par contre, les données hospitalières sont quasi identiques, démontrant ainsi que la Bretagne est peu contaminée.


Pourtant, le bulletin de l'Ars de Bretagne du 18 septembre nous indique :  https://www.bretagne.ars.sante.fr/system/files/2020-09/2020-09-25_bulletin%20information%20COVID-19.pdf#page=1&zoom=auto,0,-24 (le lien du bulletin du 18 ayant  disparu, le lien est celui du 25 mais le procédé est le même)

extrait-bulletin-bretagne



 Contrairement, à ce que l'on nous laisse croire dans ce bulletin, les chiffres importants sur les cas de Covid sont ceux entre parenthèses, + 1836 de cas positif en une semaine, ce qui représente la contamination de 0,05 %,de la population bretonne ; 50 hospitalisations mais 30 retours à domicile et 3 décès.

Mettre en avant les nombres de cas depuis le 28 février et les surligner en gras, relève d'une pratique trompeuse.

tab-33
En Auvergne (1 361 200 h, Allier, Cantal, Haute Loire et Puy de Dôme) il n'y a pas de comparaison possible, puisque le bulletin régional est celui de la région Rhône Alpes et que ne sont présentés par département que des graphiques sans données spécifiques.

Il faut se fier à ses chiffres qui montrent le peu d'impact du virus localement.


Une hausse à relativiser de la propagation du virus peut être constatée. Cependant, les chiffres sont là et ne confirment en rien ce climat malfaisant de peur, cette inflation de directives plus punitives les unes que les autres.

Il y a peut-être une explication très simple et très rationnelle à cette augmentation de cas positifs sans aggravation.

L'acquisition de cette fameuse immunité collective que les mesures sanitaires en tentant de combattre le virus, freine du fait de cette prétention ridicule de certains à penser qu'ils sont supérieurs à la nature !

Les exemples d'interventions humaines par le passé, ont montré leurs limites :

  • Les marées noires nettoyées en partie au détergent, tuant la faune et la flore,

  • Le reboisement artificiel, après les incendies de forêt, néfaste à la régénération naturelle,

  • Les digues, érigées pour protéger les constructions en zone inondable, submergées.

    Cette gestion de l'épidémie, « empêcher les gens de vivre pour qu'ils ne meurent pas ?! » serait -elle la preuve de l'incommensurable vanité de la nature humaine.

En cette fin de septembre, comme en mai, en juin, en juillet, en août, on nous promet la 2 ème vague qui devrait arriver dans les jours suivants : l'Arlésienne ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.