Voiles et sorties scolaires: et les enseignants?

Un avis d'enseignante nommée en zone prioritaire renforcée.

Julien Odoul, Jean-Michel Blanquer, tout le monde y va de son avis.

Comme fréquemment, on omet de consulter ceux des principaux concernés: les enseignants et principalement ceux confrontés aux mamans voilées.

En effet, ce sont eux qui organisent les sorties scolaires et ce sont également eux qui choisissent parmi les volontaires les parents accompagnateurs.

Les enseignants majoritairement vous répondront la même chose que moi.

Le problème n'a jamais été que des mamans voilées accompagnent aux sorties. Le problème fondamental est d'avoir assez de parents bénévoles pour nous accompagner en sorties sous peine d'annulation.

Car c'est un fait. Dans les zones prioritaires notamment, les mamans, voilées ou non, sont engagées vivement dans l'éducation et à l'école.

Lors des ventes de gâteaux, c'est un véritable buffet que nous proposons à la vente.

Avant de penser "interdiction", il faudrait anticiper la répercussion sur la vie de l'école et des élèves en particulier.

La première est l'annulation pure et dure des sorties faute d'accompagnants.

On notera la discrimination à l'encontre des femmes: une barbe et/ou un qamis ne poseront a priori pas de problèmes pour les hommes...

La seconde est le risque de rompre la confiance et le lien que les enseignants travaillent à maintenir tout au long de l'année. Nous sommes les représentants de l'Etat. Nous serons porteurs de cette interdiction. Une nouvelle fois, nous serons en 1ère ligne face aux réactions de colère qui pourraient en découler.

Pire, ce sera à nous d'expliquer à l'élève que sa maman ne peut pas nous accompagner car elle porte un voile. Je crains le fameux " pourquoi" tant utilisé par nos élèves. Je serai incapable d'y répondre. Comme une majorité de nos politiciens. 

Enfin, notons la prochaine étape qui pourrait découler d'une telle interdiction.

Les mamans voilées en maternelle, rentrent dans l'école et accompagnent les enfants dans la classe. Elles sont invités au même titre que les autres parents à participer à certaines activités en classe. Si elles ne sont plus admises aux sorties a fortiori elles ne pourront plus l'être en classe auprès de tous les élèves.

Certaines parviennent à essayer de concilier leur foi et leur vie quotidienne: port de bonnets, chapeaux. Faudra-t-il pousser la bêtise à analyser si le port du bonnet est religieux ou non?

Des mamans mis au banc de la société. Voici le principal risque. Un lien rompu entre la République et ses citoyens. Le dernier rempart contre le communautarisme sera définitivement détruit.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.