Réponse à Heather GUEDE ou lettre ouverte à la jeunesse arabe ou noire.

Aujourd'hui, une jeune fille, Heather GUEDE publie une lettre ouverte sur Mediapart concernant le racisme en France. Une envie de commenter puis... Une envie de lui répondre à elle, mais aussi à tous les autres.

La France est-elle un pays raciste?

Je te répondrais que si elle l'est, elle ne n'est pas plus que les autres pays du monde.

Est-il difficile d'être arabe ou noir.e en France?

Oui, indéniablement. Ton faciès ou la résonance de tes noms et prénoms, seront, je ne te mens pas, un poids à porter, tout au long de ta vie.

En France, les gens sont plutôt bien éduqués. Je te rassure, tu entendras très peu de " sale noir.e" ou de "sale arabe". 

Le racisme tu le vivras dans ce que communément, on a décidé d'appeler "la discrimination", quand on parle des maghrébins ou des africains.

Une discrimination parfois assumée, d'autres fois, malheureusement, plus blessante, car émanant de personnes que tu apprécies mais qui, intérieurement ont été inondées de tellement de clichés, qu'ils ont fini par en intérioriser certains.

Si tu n'as pas grandi en banlieue, sache que la majorité des personnes va partir du postulat que si tu es noir.e. ou arabe, c'est le cas.

Tous les regards seront fixés sur toi quand on parlera de la "crise des banlieues" ou de "l'homophobie dans les quartiers" comme si tu étais un.e porte-parole autoproclamé.e. Un peu de la même manière que le pré-supposé sur le fait que tu adores le raï ou le zouk et que tu cuisines le couscous ou le mafé. Ce n'est en soi pas méchant mais il deviendra usant de devoir donner ( car les gens ont besoin de l'entendre) ton avis à la manière d'un conférencier.

Tu verras aussi que ton opinion sera "sanctifiée" si elle va à contre-courant des idées reçues. Tu n'es pas spécialement pour le port du voile, tu n'as rien contre les homosexuels et les juifs? On parlera de toi comme l'arabe ou le/la noir.e d'exception qui a su s'affranchir de ses codes culturels afin de devenir une personne éclairée. Alors que toi, tu sais que majoritairement, les personnes noires ou arabes pensent exactement comme toi et que tu n'as rien d'exceptionnel.

Si tu viens effectivement de banlieues, on se moquera gentiment de ta manière de parler. Je ne parle pas des "wesh, wesh" mais des petits tics de langage qui reflètent que tu as grandi dans un espace culturel particulier. Cette chose devient "c'te chose". Les "voilà" sont répétés fréquemment.Tu sais comment prononcer des prénoms ou des noms de villes étrangers correctement ( Mohamed, Benghazi...) mais tu  ne le feras pas, car cela gêne. Petit à petit, tu apprendras à "contrôler" cette partie de toi qu'on n'a pas envie de voir ou d'entendre.

La partie la plus délicate dans ton parcours de vie sera incontestablement de trouver un travail. Tu dois le savoir. La difficulté sera décuplée si tu es une femme. La seule manière d'y échapper de manière sûre? Trouver un travail où ton embauche ne dépend pas directement d'un recruteur. Artisans, entrepreneurs, fonction publique, métiers libéraux sont les clefs pour éviter les périodes de chômage. Le monde de l'entreprise est particulièrement cruel quant au recrutement des  minorités visibles". Parfois par réelle discrimination, d'autres fois par l'idée sous-jacente que le "groupe salarial" fonctionnera mieux avec des personnes culturellement proches. 

Le logement? On t'en refusera mais à la limite, autant éviter de rémunérer des personnes qui haïssent ce que tu es. Ne t'inquiète pas, tu trouveras.

Quant aux forces de l'ordre.. A l'image de la société, ils comprennent dans leur rang, un panel de personnalités diverses. Evite-les et évite les confrontations. Tu auras toujours tord. C'est la loi, ils sont assermentés. 

 Vivre en subissant des discriminations, en subissant le racisme, est plus ou moins difficile selon le seuil de tolérance de chacun. La colère et la violence deviennent parfois les réponses désespérées à des situations injustes. Un contrôle de trop où tu n'acceptes plus de te taire, un chômage qui s'éternise malgré les CV. Pourtant, tu ne dois pas y céder. Tu ne seras la victime des dérives d'une société que si tu intériorises le fait d'en être réellement une. 

Force et courage. Prouve leur qu'ils ont tord.  Keep your head up!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.