les nids de frelons

On nous présente comme une action prévue, les dernières opérations d'interpellations dans les milieux connus comme agitateurs islamistes avec, interpellations, garde à vue et intense communication du gouvernement par les médias complaisants (soyons vigilants et observons combien resterons mis en examen).

Viendrait-il à quelqu'un la simple idée que ces actions spectaculaires (cf La societé du spectacle de Debord) soient fortuites? à un mois de la présidentielle, où le président sortant craint de devenir le président sorti ?

Point n'est besoin d'être grand clerc pour se figurer la stratégie mise en place:

Le principe qui a guidé ces opérations a été initié le 29 février, jour de la dissolution de l'association Forsane alizza: http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/02/29/claude-gueant-dissout-un-groupe-islamiste-radical_1649660_3224.html

C'est ce que j'appelle la technique du coup de bâton sur le nid de frelons. Les frelons sont très énervés et piquent tout ce qui passe à portée de dard. L'opération a été bien au delà des espérances et je veux croire que l'affaire Merah, qui a été déclaré proche du mouvement, puis curieusement démenti, n'aura été qu'un sinistre dommage collatéral de cette tactique.

Comment faut-il appeler tout ce modus operandi ? Où s'arrête la communication? Où commence la manipulation des masses ? Il nous faut relire Le Bon, Freud et Chomsky. Et aujourd'hui où les médias de réflexion et d'investigations libres se comptent sur ...deux doigts, il est capital que les journalistes de Médiapart et du Canard, pour ne pas les nommer, essayent de susciter un peu plus d'indépendance d'esprit, si faire se peut, chez leurs collègues qui sont les employés des grands groupes et des oligarques.

Pour l'immédiat, Sarkozy raflera-t-il la mise? La peur est-elle un mobile suffisant pour orienter les votes ?

La psychosociologie n'est pas une science exacte mais les techniques de manipulation sont, elles, redoutablement efficaces !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.