Nephkelsi
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 avr. 2020

Covid-19 : Enfin une bonne nouvelle… mais pas pour tout le monde !

Nephkelsi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plusieurs équipes dans plusieurs pays (notamment en Chine, en France, aux USA), ont fait une découverte majeure qui offre un grand espoir de traitement du covid-19.

Le virus, en effet, ne tuerait pas directement, mais par l'intermédiaire d'une bactérie intestinale qu'il infecterait, la Prevotella... et c'est cette bactérie infectée qui, devenant virulente, déclencherait l'hyper-réaction immunitaire qui délabre les poumons et tue le malade !

Ceci expliquerait : 

Pourquoi le traitement du Pr. Raoult, utilisant un antibiotique (l'Azithromycine), et plus encore celui du Dr Sabine Paliard-Franco, qui préconise une double antibiothérapie, fonctionnent.

Dr Sabine Paliard-Franco

Pourquoi les enfants sont épargnés et les personnes âgées plus touchées : Prevotella est quasiment absente de la flore intestinale enfantine, mais de plus en plus  présente avec l'âge.

Pourquoi les obèses sont beaucoup plus touchés : leur flore intestinale déséquilibrée contient beaucoup de Prevotella.

Pourquoi les complications pulmonaires se déclenchent alors qu'on ne retrouve pratiquement plus de covid dans l'appareil respiratoire, la bactérie infectée (qu'on retrouve dans les selles, contenant de l'ARN du covid et parfois même des virus vivants) prenant le relai de son attaque initiale (bénigne), de manière beaucoup plus dramatique, en déclenchant l'hyper-réaction immunitaire inflammatoire qui noie les poumons...

L'inclassable et non moins génial Pr Didier Raoult

Pourquoi le virus peut réapparaître chez un patient guéri (avec alternance de positivité et de négativité des tests), car la bactérie, toujours présente dans la flore intestinale, en reste l'hôte et peut le relarguer à tous moments...

 Bref, cela expliquerait tout, et cette cohérence augure de la validité de l'hypothèse.

On tient donc une confirmation de l'intérêt de l'azithromycine, comme thérapeutique curative, à prescrire dès le début de l'infection... et même une piste prometteuse pour traiter préventivement les infections graves (des coronavirus... et sans doute aussi de la grippe). Ce traitement passant par le rétablissement d'une flore intestinale saine qui neutralise Prevotella (par la prescription de "probiotiques", c'est à dire d'une bonne flore intestinale)...

 Il est clair que cette piste thérapeutique ultra-prometteuse bon-marché rendrait alors caduque l'utilisation d'un vaccin, de découverte aléatoire et onéreuse. Ce qui ruinerait donc encore les espoirs lucratifs de Gilead et de ses lobbyistes, après l'échec patent de leurs antiviraux dont on ne parle plus trop, vu que les premiers essais thérapeutiques (dont plusieurs malades ont payé le prix de leur vie) se sont révélés catastrophiques, tant en terme d'inefficacité que de toxicité.

Il est probable aussi que les médias aux ordres, qui avaient lynché Raoult, parce qu'il laissait entrevoir cette piste thérapeutique bon marché, qui concurrençait leurs antiviraux dont ils attendaient de gros retours financiers, nous taisent cette découverte majeure, et qu'en revanche ils nous serinent maintenant, à temps et à contretemps, que leur vaccin (qui est loin d'être au point et qu'il faudra refaire chaque année, comme celui de la grippe) est la "seule solution" !

Certes, cette découverte, comme toutes les autres, ne fait – pour le moment – pas consensus au sein de la communauté scientifique. C’est le cas, entre autres, du professeur belge Patrice Cani, spécialiste de l’intestin qui estime « aberrant » de penser que tout passe par la  Prevotella. Pour autant, d’autres chercheurs de renom sont, eux, formels. Parmi ceux-ci, il y a Sandeep Chakraborty, un scientifique indien travaillant aux Etats-Unis. Après avoir acquis la conviction que le covid-19 et la bactérie Prevotella étaient liées pour ne former qu’un organisme, il s’est même permis de dénoncer les mensonges par « omission » de ses collègues chinois qui, avant lui, avaient décodé l’intégralité du génome du covid-19. Le 3 février dernier, il annonce, selon le blogueur Igaal, avoir repéré « plusieurs études chinoises portant sur le coronavirus et qui abordent la question de la présence de la bactérie Prevotella dans des proportions anormales ». Trois jours plus tard, dans son blog, l’Indien s’étonne de nouveau, sur Twitter, que la Chine n’ait, jusqu’à présent, fait aucune référence à la signature génétique de la Prevotella. Ce qui fait dire à Igaal que « l’analyse de travaux du chercheur indien conduit à pointer le rôle de la Chine qui, pour des raisons obscures, n’aurait pas communiqué les séquences génétiques du virus mettant en lumière le rôle de la bactérie Prevotella. » Un « oubli » qui, toujours selon Igaal, « pourrait constituer un tournant dans la maladie mais également un tournant géopolitique majeur. »

Le chercheur indo-américain Sandeep Chakraborty

En clair, les victimes du covid-19 sont, depuis le début de cette pandémie, écrasées sans pitié par le marteau cynique, voire criminel du mercantilisme des firmes pharmaceutiques et l’enclume de l’obsession de l’hyper-puissance de la Chine. Tout ceci conduit, évidemment, à remettre en cause la théorie fumeuse d’une responsabilité du pangolin ou de la chauve-souris dans la transmission du « virus chinois » à l’Homme.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot