"Tu veux que j'alerte la modé?"

Ceci est un test. Je répète : ceci est un test...

... car ce simple commentaire éponyme a sauté avec d'autres d'un récent fil arachnéen, où une demi-douzaine de proboscidiens (dont votre obligé, encore une fois en retard) et une Koala en colère se balançaient des mandales sur un sujet brûlant. Tellement brûlant que le responsable de la bagarre est allé au coin pour un mois.

Avant, il y a longtemps, j'aimais bien la modé. Chaque fois que je faisais des bêtises, j'avais un avertissement. Sur Mediapart, ce n'est pas comme dans la police. Il ne faut pas en cumuler trente pour encourir le blâme qui, éventuellement suivi d'une quinzaine d'autres, vous conduira à la suspension arrière droite. Donc, on fait gaffe le plus souvent.

Or, mon pote Jax est un vilain garçon. Aussi têtu qu'un âne poitevin né à Brélidy-Plouec, dans le champ qui jouxte la gare SNCF. Cette menace citée en titre en dit long sur les extrémités auxquelles il peut parfois se laisser aller. Pour autant il ne m'a pas signalé, alors que je l'avais traité de sale xénophobe xylophile (c'est vérifiable, que la honte m'étouffe!). 

Récemment, j'ai fait bien pire... hem... je sens que je vais réciter en entier tout l'acte de contrition des fervents catholiques innocent. Figurez-vous que j'ai gratifié de l'épithète "sale bougnoule" un contributeur manifestement arabe. Mais c'est lui qui a commencé. A se traiter de sale bougnoule, ce qui est une provocation intolérable pour tout gaulois normalement constitué...

Ce n'est qu'une parenthèse, revenons à notre bourricot bâtard. Loin de se contenter d'être rétif à la pensée dominante, il en rigole! Quelle impudence! Son grand tort, outre de semer la confusion entre préau et cour de récré, est de multiplier les pains (virtuels) ad fratres et sorores
Parfois ça saigne un peu, mais au nom de quoi et de qui serait-il le seul proscrit de l'histoire? C'est pas juste, moi aussi je veux être exclu!

Comme on dit dans les vestiaires, le groupe vit bien.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.