A. NIBAL
lecteur
Abonné·e de Mediapart

84 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2022

Cherchez l'intruse...

La constitution d'un nouveau gouvernement ressemble à celle d'une équipe sportive à l'entame d'une nouvelle saison. L'image est affligeante de banalité, comme la réalité sociologique de cette France qui croit bouger alors qu'elle est en marche immobile.

A. NIBAL
lecteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout comme les propos des titulaires : les nouveaux d'abord, pour la photo, les anciens ensuite, débonnaires et pleins d'une alacrité dont on ne leur a pas trouvé trace au cours de l'exercice précédent. Dans le discours, la thématique "on vise le titre ou le maintien" est la norme. Un pur régal régalien d'expression novatrice à la régalade !

Mais pas de procès d'intention. En légitimité professionnelle parfois, et certes pas sur le vécu individuel et familial des élus. A ce titre, la "suspicion" entretenue par certains sur celui de Mme Borne est au mieux d'une bêtise avérée. Et ressemble trop fortement à la levée de boucliers d'extrême-droite contre la nomination de M. Ndiaye... Au demeurant, une véritable audace eût consisté à l'adouber ministre de l'Intérieur !

Ce qui devient franchement agaçant par contre, c'est la notion de parité homme-femme-homme revenant tel un mantra depuis le fond des âges du 21ème siècle. Ce chemin-là aurait pu être parcouru en moins de huit décennies, dans un pays normalement civilisé... Et bien entendu, les médias font dans un bel ensemble leurs épinards sauvages de ces chiffres anecdotiques.

Ils ont donc compté quatorze-quatorze.

Ben oui mais (car il y a un ben oui)... dans une parité femme-homme-femme bien comprise, la première et la troisième devraient égaler la compétence du second. Or, si on ne peut douter de celle de MM. Lemaire, Darmanin, Lecornu, Riester et consorts (oui, qu'on les sorte !) puisqu'ils sont de droite, quid du sexe fort ?

Et c'est là que votre serviteur consterné avoue son ignorance. Au point de se demander pourquoi il en fait un billet. Il sait qui sont MM. Abad et Guerini, dont les incontestables mérites valaient bien un portefeuille, mais pas Mmes Bénin et Rome, simples secrétaire du patron ou déléguée impersonnelle.

N'en doutons pas, ces dernières de la classe feront du bon boulot... comme toute femme de gauche raisonnablement inconnue.


n.b.  il peut y avoir quelques résidus hum... oristiques dans la composition de ce produit. Ceci est dû à sa méthode de fabrication à la va-comme-je-te-pousse-dans-les-orties

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — International
Mais jusqu’où ira la Cour suprême des États-Unis ?
Après l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis, une question traverse le pays : d’autres droits, comme le mariage homosexuel et même les relations sexuelles entre personnes de même sexe, sont-ils désormais menacés ? Éléments de réponse.
par Patricia Neves
Journal — Politique
Avoir un vrai scrutin proportionnel ? Il n’est jamais trop tard pour l’adopter
Malgré l’absence de majorité absolue à l’Assemblée, une réforme du mode de scrutin aux législatives serait toujours utile. Celui qui est en vigueur continue à produire des effets problématiques, tandis qu’un passage à la proportionnelle pourrait procurer des avantages supplémentaires. 
par Fabien Escalona
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti