Ma lettre ouverte à Emmanuel Macron

"...cette chose essentielle qui vous fait défaut, c'est le courage du bien..."

Monsieur le Président de la République,

Vous avez la puissance certes, mais n’aurez jamais la gloire car il vous manque une chose essentielle.
Ça crève les yeux même, que vous en soyez autant dépourvu.
Cette chose qui vous fait défaut, c’est le courage du bien.

Le courage du bien, c’est d’être au côté des plus faibles et de combattre l’injustice.
Le courage du bien, c’est d’affronter plus fort que soi et de risquer gros, un œil, une main, des dents, un licenciement ou même sa vie.
Le courage du bien, c’est d’être David et non pas le petit copain de Goliath.
Gardez bien cela à l’esprit, Monsieur le Président, vous êtes un homme de petite vertu et je vais vous dire pourquoi.
Voyez-vous, le courage du bien ne s’achète pas,
Le courage du bien ne se vend pas,
Le courage du bien n’est pas coté en bourse,
Le courage du bien s’appelle la vertu.
Et la vertu, c’est bien ce qui vous manque M. le Président qui êtes fort avec les faibles et faible avec les forts.
Voilà pourquoi je dis que vous êtes un homme de petite vertu.
Et il est bien injuste qu'on désigne de la même façon des femmes infiniment plus respectables que vous, elles qui ne violentent personne.

Non, nous n’avons nul besoin d’un homme de petite vertu, nous avons besoin d’un président qui ait le courage du bien.

Le costume est trop grand pour vous et la couturière n'y peut rien changer.

Aussi, partez Monsieur le Président de la République.




Nicolas Battus
Formateur des adultes dits de bas niveau de qualification
Artiste du dimanche et des jours chômés

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.