Actualité du livre : Tintin au Congo, fuites dans l'édition, bibliothèques en danger

Semaine 2, notre revue de presse se poursuit, avec les informations majeures dans l’industrie du livre. Cette semaine, on parle de bande dessinée, des réformes du ministère de la Culture dans son administration, et d’autres.

Pexels CC 0 Pexels CC 0

 

Racisme : Moulinsart acceptera-t-il un encart historique pour Tintin au Congo?

Symbole littéraire du colonialisme belge, la BD Tintin au Congo est depuis près d’une décennie au centre d’un débat éditorial. Diverses associations demandant année après année qu’une remise en contexte de l’œuvre soit proposée au début de l’ouvrage. La mort de George Floyd aux États-Unis a provoqué une onde de choc qui a ressuscité la polémique. Le député bruxellois Kalvin Soiresse Njall, fondateur du collectif Mémoire colonial, fera ainsi peut-être plier la maison Moulinsart, qui refusait jusque là tout ajout qui pourrait dégrader l’image du sacro-saint Hergé. 

Un acteur salarié de la Comédie-Française accusé d’agressions violentes

Marie Coquille-Chambel, sous le pseudo de Plain Chant, propose sur Youtube des interviews de personnalité du théâtre. Le 29 juin dernier, elle dépose plainte et révèle avoir subi des violences répétées, tout au long du mois de mars, de la part d’un des membres de la comédie française. La jeune femme souhaite lever l'omerta qui existe encore au sein de certaines prestigieuses institutions : les prédateurs n’ont pas plus leur place au théâtre qu’au cinéma. 

#SNEGate : «Ingérence» et «paternalisme» des éditeurs envers les auteurs

Mélangez un refus du dialogue, un clientélisme assumé et une certaine incompétence en informatique et vous obtenez le SNEgate. Une vidéo de l’assemblé général du Syndicat national des Éditeurs qui avait lieu sur Zoom a fuité. On peut notamment y apercevoir Vincent Montagne, président du SNE, évoquer ses conditions d’échange avec les auteurs et demander à choisir ses interlocuteurs. Cela dans le but d’éviter de dialoguer avec la frange rebelle qui serait «syndiquée et colorée».  

Démantèlement du ministère de la Culture : Qui veut la peau de la DGMIC?

Depuis maintenant plus d’un an, le ministère de la Culture est engagé dans un vaste plan de transformation chargé de mettre les citoyens en relation avec la culture. Derrière ce charmant programme se cache une refonte de la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) qui inquiète certains professionnels du livre.

Le fonctionnement de cette administration centralisé qui est aujourd’hui dans le viseur du gouvernement permettait jusqu’alors de proposer une politique du livre unifié. Dans leur volonté de mettre en place le 100 % EAC, (comprendre 100 % éducation artistique et culturelle), Riester et ses apôtres risquent fort de fragiliser certains maillons de la chaine du livre. 

Affaire Internet Archive : «Les bibliothèques n’enrichissent pas les actionnaires»

Durant le confinement la plateforme patrimoniale Internet Archive à mis en place un service public d’urgence permettant aux utilisateurs d’emprunter des livres alors indisponible partout ailleurs. En cette période de crise cette bibliothèque un peu particulière a pris l’initiative de numériser des ouvrages qu’elle ne possédait légalement pas et de proposer aux internautes des «prêts numériques contrôlés». 

Quatre des plus grandes maisons d’édition de cette planète ont vu d’un très mauvais œil l’émergence de cette nouvelle pratique, et ont décidé de s’associer pour intenter une action de justice contre à la plateforme. Quelle qu’en soit l’issu, ce procès risque de remettre en question la politique de droit d’auteur qui encadre l'exploitation des livres. Cet affrontement sera sans doute également l’occasion pour les bibliothèques de frontalement assumer leur différence avec les éditeurs et de reconnaitre que leurs missions de service public entrent parfois en conflit avec un milieu éditorial plus attaché à la fluctuation du capital.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.