Nicolas Pouchtajevitch durot
Multiple
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2014

réforme du chômage

Nicolas Pouchtajevitch durot
Multiple
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est temps d' interpeller l'opinion public , les instances décisionnelles , les professionnelles de l'hôtellerie, des domaines événementiels ainsi que mes collaborateurs  .Je suis un homme de 36 ans , père d'un enfant de 4 ans qui a le droit et le besoin de vivre avec moi . Je suis un professionnel de la restauration ( Mr VALLS dinait sur une prestation où je collaborais avec 26 précaires sur 30 employés en pleine actualité du sujet ) , je travaille de par ma situation de façon constamment précaire , en vacations pour un gros organisateur d'évènement Parisien et un restaurant  qui sans nul doute trouvent bien plus d'avantages à l'assistance d'une assurance chômage spécifique que moi-même ou mes collègues , contraints à des astreintes récurantes mensuelles comme pointages , justifications d'activités et rendez vous obligatoires .Je suis choqué lorsque je regarde la réforme de l'UNEDIC ( unedic.org) qui est mise en place  . Toute notre branche d'activité est annoncée à disparaitre, d'une seule décision , il va en découler que nous allons être spoliés de prêt de 20% de nos revenus annuels d'un claquement de talons ! . mais ça c'est un détails , nous sommes des bosseurs (de 1200 à 2200h/an ), c'est le vide juridique sans commune mesure que l'on contraint ces personnes  la à subir qui est scandaleux .Le gouvernement oriente  la nouvelle annexe 4 aux intérimaires , contraignant ainsi les travailleurs à accepter des taux horaires toujours plus revus à la baisse , pour satisfaire de nouveaux intermédiaires( agences et état ) se servant sur les revenus de notre travail .IL n'y aura plus aucune indemnisation accordée lorsque nos revenus mensuels égaleront nos indemnités chômage toujours plus revues à la baisse (seulement 54%du brut à présent) . j'ai toujours pensé que notre hyper flexibilité trouvait son sens au faits d'indemnités . que les employeurs s'y retrouvaient et que les gouvernements s'évitaient dans un domaine de plus , une tâche trop besogneuse. Je dois apporter des précisions sur les contextes et normes auxquels nous sommes exposés . Il nous est imposé jusqu'à plus de 250 heures de travail mensuel lorsque cela est nécessaire aux yeux de nos employeurs , si nous ne répondons pas favorablement à ces exigences , nous nous voyons privés de planning sur plusieurs semaines . Nous sommes régis par la convention collective Café Hotel Restaurant (CHR) qui ne tient aucun compte dans ses 283 pages du travail fourni jusqu'à minuit ou 2 heures du matin , du travail par obligation des samedis , des dimanches et des jours fériés , aucune  indemnisation sérieuse , aucune majoration horaire concrète n'existent en 2014 pour palier à ces situations . Aucune considération non plus, au fait que les transports en commun n'ont aucune utilité pour nous dans le cadre de nos amplitudes horaires . imaginez vous seulement nos frais en carburant . Les échos médiatiques actuels ne rapportent jamais la situation qui se présente aux quelques centaines de précaires répondant aux besoins d'activités évènementielles  que la France se réclame de devoir préserver .Ne serions nous pas les sacrifiés d'une tactique politique visant à faire baisser les statistiques du nombre de chômeurs pour faire valoir ce que de droit à des élus ? J' insiste sur le fait qu'aucune aide sociale d'aucune sorte n'est accordée pour assumer nos familles , ayant des revenus n'entrant pas dans les normes établies , sans aucune Conscience . pour exemple , lorsque l'on est contraint de répondre favorablement à une vacation un soir ou nos familles comptent , cela coutera environ 100 euro de dépenses en garde d'enfant  alors qu'une  rémunération ne sera que de 80 euro tout au plus, mon employeur facturera à son client plus de 400 euro ma prestation de 6h . dans ce cas je ne comprends pas la spécificité de nos professions . pourquoi nos corps de Métiers ne pourraient ils pas être statué auto entrepreneur ou free lance ?pour la machine à fric de l'état !? Pour que les employeurs s'improvisent agences d'intérim !?Je veux bien en tant que citoyen concevoir la nécessité du dit pacte de responsabilités , mais devons nous réellement être poussés au suicide collectif pour autant . Il est plus simple de culpabiliser des chômeurs qui travaillent (!!) plutôt que de trouver de vraies solutions . Il y a plus de 4 000 000 de chômeurs à ce jour , il n'existe pas plus de 200 000 offres d'emplois ! Et quelles offres souvent !!!Comprenez bien une chose , mes employeurs se sont toujours protégés de leurs responsabilités face à nos périodes de chômage en rétorquant que nous avions droit aux ASSEDIC . plus facile d'optimiser un compte de résultat d'une entreprise plutôt que d'assurer des ressources HUMAINES indispensables . A présent , n'ayant plus ce droit , vue les nouvelles méthodes de calcul , devons nous être les petits chiens du système qui nous soumet à l'opinion défavorable de nos concitoyens ? pour autant , Je n'aime pas l'idée de culpabiliser des patrons dans leurs façons d'agir , car le principe même de patron n'existe plus malheureusement . Le système hyper-capitaliste a fait disparaitre les véritables patrons d'entreprises pour faire valoir toujours plus les spéculations économiques outrancières de groupes Nationaux et inter-nationaux . Nos employeurs embauchent depuis dix ans sous nos yeux , mais pas les précaires existants dans leurs entreprises , car c'est une aubaine de pouvoir faire travailler des Hommes durant 16h , les faire dormir 3 h puis les refaire  travailler 18h !! Alors je fais appel à votre raison , ne cautionner pas les idées de gens qui coupent les têtes des précaires de leur société . pensez donc à tous les privilèges consentis par ces donneurs d'ordres qui vous viennent à l'esprit et réagissez avec nous . avant la categorie C du chômage était une variable d'ajustement des besoins en personnels , à présent elle devient la zone de non droit des milieux professionnels techniques . Et pendant ce temps la valeur travail est toujours plus méprisée et inconsidérée . Comment s'étonner alors qu'il ait été introduit la notion d'immigration choisie dans tant de secteurs non pas dévalorisants mais plutôt volontairement dévalorisés. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés