Des écrans qui font écran à l’Humain

« Je vois des villes de plus en plus grandes / Mais les gens sont de plus en plus seuls / Les liens humains se sont stoppés / Depuis que l’Homme n’est plus ». Toujours en ligne, rarement connectés à l’Humain.

Selon le Pew Research Center, 65% des Américains adultes utilisent les réseaux sociaux, un chiffre en constante augmentation. Conclusion des chercheurs: la technologie a pris tellement de place dans nos vies qu’il est de plus en plus rare de croiser une personne qui vous regarde ou qui vous sourit dans la rue, simplement parce qu’elle préfère est scotchée à son portable. Le photographe Eric Pickersgill a eu l’idée de faire une série de photos pour faire réagir l’opinion. Il a photographié des inconnus en supprimant ensuite leurs téléphones. © Eric Pickersgill Selon le Pew Research Center, 65% des Américains adultes utilisent les réseaux sociaux, un chiffre en constante augmentation. Conclusion des chercheurs: la technologie a pris tellement de place dans nos vies qu’il est de plus en plus rare de croiser une personne qui vous regarde ou qui vous sourit dans la rue, simplement parce qu’elle préfère est scotchée à son portable. Le photographe Eric Pickersgill a eu l’idée de faire une série de photos pour faire réagir l’opinion. Il a photographié des inconnus en supprimant ensuite leurs téléphones. © Eric Pickersgill
C’est ce qu’exprime avec regret les Artivistes – une collectif composé de 5 potes pour qui le hip-hop, c’est revendiquer et créer en totale liberté – (1) dans le morceau « Problème de réseau ». Le lien virtuel, le lien éphémère et la vie par procuration deviennent la norme. Le lien humain une exception. Le constat est de plus en plus évident sans qu’on s’en émeuve réellement. Sans qu’on prenne le temps de se pencher profondément sur cette question de société.

« Les gens c’est comme les rues / Ils ne se croisent plus qu’au carrefour »
Les technologies bouleversent notre rapport au monde, notre vie et les relations humaines. Et nous ne mesurons sans doute pas encore à quel point elles modifient nos comportements, en raison de cette frénésie du Progrès technologique que-nous-n’arrêtons-pas mais qui peut-être nous arrêtera un jour. Notre société moderne est aspirée par la vitesse, l’instantanéité, le temps court : « Plus le temps avance plus on régresse / On stress on se passe devant on se presse / Communique sans latence / Sauf que oui la patience / Est maîtresse de vertu / Ses préceptes sont perdus / Depuis qu’on gère tout par la science / On croit tous savoir sur les autres / Parle à des murs et des téléphones / Je te rassure la nature / Ne va pas tuer les hommes »

.

© Lyrics Artivistes

Suite de l'article

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.