De la conception d’un être humain (et sa destinée)

Connaissez-vous les lois de la robotique?Ces dernières ont été créées par l’auteur de science-fiction Isaac Asimov et font « jurisprudence » au delà même du domaine de l’auteur puisqu’elles intéressent la Robotique elle même.

Connaissez-vous les lois de la robotique?

Ces dernières ont été créées par l’auteur de science-fiction Isaac Asimov et font « jurisprudence » au delà même du domaine de l’auteur puisqu’elles intéressent la Robotique elle même.

 

Je vous les donne:

 

  • Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.
  • Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.
  • Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.
  • Une loi dite « Zéro » a été rajoutée par la suite: « Un robot ne peut pas faire de mal à l’humanité, ni, par son inaction, permettre que l’humanité soit blessée. »

 

L’idée sous-jacente était la suivante:

Si l’on est amené à créer un être, une chose, capable d’avoir des interactions avec autrui, bref une certaine sorte d’intelligence, il va falloir lui inculquer, au centre même de son logiciel, de sa conscience, des règles fondamentales.

Ces règles fondamentales vont de pair avec le but que l’on assigne à la chose créée. Dans le cas des robots, il me semble que le but recherché est de soumettre la chose créée au service de son créateur (la loi 2). Il faut dans un souci économique que la chose créée se préserve (loi 3) sans toutefois contrevenir à la loi 2 . Cela étant, un intérêt supérieur, celui de la conformité à la loi naturelle des hommes, c’est à dire l’interdiction du meurtre a été mis en avant par la loi 1, ainsi que la loi « zéro » que l’on peut comprendre aisément en pensant à la Shoah par exemple ou autres génocides (Cela ouvre un autre débat: peut-on tuer quelqu’un au nom d’un quelconque intérêt supérieur?).

La créature humaine

Imaginons maintenant la même chose, mais que cette fois ci, ce soit nous les robots et que l’on ait été créé par une entité supérieure quelconque (NDLR: aucune malice ni provocation religieuse ici)

Avons-nous des règles fondamentales au fond de chacun de nous? Et ces mêmes règles peuvent-elles nous permettre de rechercher notre but en tant que créature? Les religions (ndlr: terrain glissant) nous enseignent que nous avons un créateur. Pourquoi par exemple nous avoir alors donné des tables de la loi au lieu de nous avoir incrusté ces règles dans notre génome?

Observons et déduisons. A quelle loi obéit l’homme depuis qu’il est homme? La loi « zéro », 1 et 2 des robots ne me semblent pas vraiment respectées. L’homme tue, en obéissant ou non à d’autres humains, en agissant ou non, et a souvent blessé l’humanité, enfin selon moi.

La loi 3 me semble respectée. En effet on essaye tous, dans la mesure du possible, de protéger son existence. On a même un nom pour ca, c’est l’instinct de survie.

Une constante apparaît également: la multiplication de l’espèce ainsi que son extraordinaire adaptivité en tout milieu.

L’homme est ainsi, il se protège et se multiplie.

En conclusion, ce que l’on nomme instinct, ou encore cerveau reptilien ne serait-ce tout simplement pas nos lois humaines? Croissez et multipliez…

Pour allez plus loin, on peut noter que le terme robot vient du polonais (esclave ou travailleur dévoué), tiré d’une pièce de théâtre, R.U.R.
Ce thème fut également plus qu’abordé par Mary Shelley avec le fameux Dr Frankenstein.
Enfin notons que dans la tradition juive, il existe le Golem. Je vous conseille le livre éponyme d’Elie Wiesel.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.