Nicolas Stoskopf
Professeur émérite à l’université de haute-Alsace. Auteur de «150 ans du CIC, 1859-2009»
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juin 2022

Nicolas Stoskopf
Professeur émérite à l’université de haute-Alsace. Auteur de «150 ans du CIC, 1859-2009»
Abonné·e de Mediapart

Sur la « rançon » payée par Haïti au CIC

Le CIC a choisi de ne pas répondre aux allégations du New York Times, relayées par la presse française sur ses relations avec Haïti à la fin du XIXe siècle. C’est peut-être une habile stratégie de communication, mais qui présente l’inconvénient d’accréditer des informations erronées. Il convient d’apporter au débat quelques précisions historiques.

Nicolas Stoskopf
Professeur émérite à l’université de haute-Alsace. Auteur de «150 ans du CIC, 1859-2009»
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le CIC a choisi de ne pas répondre aux allégations du New York Times, relayées par la presse française sur ses relations avec Haïti à la fin du XIXe siècle. C’est peut-être une habile stratégie de communication, mais qui présente l’inconvénient d’accréditer des informations erronées. Il convient d’apporter au débat quelques précisions historiques.

Non, le CIC n’a pas « octroyé » en 1875 un prêt à Haïti comme le feraient les banques d’aujourd’hui à un particulier pour acheter sa maison. Il a été sollicité par le gouvernement souverain d’Haïti pour organiser la souscription d’un emprunt de 21 millions de francs à 8 % sur la place de Paris où s’approvisionnaient en capitaux tous les États impécunieux. Pour attirer les souscripteurs, les titres de 500 F sont émis les 5 et 6 mars 1875 à 440 F et le gouvernement haïtien affecte comme garantie au paiement des intérêts les droits de sortie sur les cafés. L’emprunt doit servir, selon la presse parisienne, à « concourir à l’acquittement de la dette française (un reliquat de 13,7 millions), payer intégralement la dette intérieure, faciliter l’établissement d’une banque nationale, procéder à certaines améliorations locales ». Sans doute le CIC prélève-t-il une commission pour les services rendus, mais il resterait à prouver que son tarif dépasse celui des banques concurrentes. Et ce n’est évidemment pas au CIC qu’Haïti devra payer les intérêts et rembourser sa dette en dix ans, mais aux obligataires français qui ont versé leur argent.

Ce marché parisien est d’ailleurs tellement concurrentiel qu’il se produit un événement inattendu : les fonds sont à peine rentrés aux guichets du CIC, que le gouvernement haïtien signe le 8 mars un nouveau contrat d’emprunt avec le Crédit général français, une banque d’affaires créée en 1872. Il est ratifié le 11 mars par l’Assemblée nationale législative d’Haïti. Il s’agit cette fois de lever 83 millions de francs « pour liquider toutes les dettes, peu considérables du reste (…) et procurer au Trésor les ressources nécessaires à l’exécution de grands travaux d’utilité publique »  dont le détail est donné : construction de cinq ponts sur les principales rivières, de six marchés en fer dans les villes les plus peuplées, dragage des ports, phares, deux lignes de chemin de fer…. Amortissable en quarante ans, l’emprunt offre aux épargnants des garanties supplémentaires, puisque le gouvernement haïtien engage « les revenus généraux de l’État », notamment « 45 % du produit des douanes, tant à l’exportation qu’à l’importation ». L’annuité payée par Haïti sera de 7,5 MF… sur quarante ans. De la pure folie évidemment ! Soucieux de défendre les intérêts de ses clients, le CIC obtient du Crédit général français qu’ils puissent, lors de l’émission de l’emprunt en juin 1875 convertir leurs titres ou obtenir leur remboursement. 

Cette nouvelle émission est un échec : seules 43,7 % des obligations trouvent preneurs pour un montant de 36 MF. Les « gogos » qui ont succombé aux attraits supposés de ce titre en sont pour leurs frais : les coupons d’intérêt ne sont pas payés de juin 1876 à décembre 1878 ; le taux d’intérêt est réduit à 5 % en 1880 et le titre se négocie à moins de 200 F à la Bourse ; en septembre 1885, alors qu’à peine 0,8 % de l’emprunt est amorti,  l’obligation est convertie en titres de 300 F à 5 % remboursables jusqu’en 1922… En 1886, le Crédit général français est liquidé. Depuis quelque temps déjà, Le CIC a récupéré le service de cette dette, ce qui consiste à régler à ses guichets le paiement des coupons. 

En fondant la Banque nationale d’Haïti en 1881, le CIC fait valoir son savoir-faire en matière de création bancaire qu’il a déjà mis en œuvre à plusieurs reprises en province ou avec la Banque de l’Indochine en 1875 et qu’il utilisera également en 1881 dans la fondation de la Banque nationale du Mexique et de la Banque générale de Madrid. Ici l’affaire est apportée par son président Henri Durrieu, qui, intervenant à la fois en son nom propre et en qualité de président, mélange allègrement ses intérêts privés et ceux de sa société selon une dérive très fréquente à l’époque : il se réserve personnellement 25 % des bénéfices. Mais le CIC ne souscrit que 4,6 % du capital de 10 millions de la Banque d’Haïti dont un quart seulement est versé : c’est une part négligeable de son portefeuille d’actions, d’obligations et de rentes, qui ne compte que pour 2 % de son bilan et c’est une opération marginale dont il n’informe même pas ses actionnaires dans son rapport d’assemblée générale. Elle ne le met pas en mesure de réaliser « l’extraction financière » que le New York Times lui reproche. 

Bon an, mal an, le CIC réalise un bénéfice de 1,5 à 3 millions, soit moins de 2 % de son bilan. Où sont passés les « immenses profits » tirés de sa prétendue mainmise sur Haïti ? En réalité, le CIC des années 1870-1880, et au-delà, n’est pas une banque d’affaires, réalisant de gros et bons coups, mais au contraire l’archétype de la banque de dépôts aux emplois aussi liquides que ses ressources, pratiquant l’escompte, le crédit à court terme, tenant les comptes de ses petits et gros clients, les conseillant dans leurs placements, etc. et tirant une multitude de petits profits de la multiplication de ses opérations . Pas plus que la Tour Eiffel n’a été financée par l’argent « siphonnée » en Haïti, elle ne l’a été par le CIC : par le placement de ses actions dans le public et la tenue des comptes de sa société d’exploitation, il s’est contenté de faire son métier de banque de dépôts, un métier relativement obscur qui ne mérite ni cet excès d’honneur, ni cette indignité. 

Sources : Comic-Finance, 25 février  et 24 juin 1875 (en ligne sur Gallica.bnf) ; Annuaire des valeurs admises à la cote officielle, année 1893 (document aimablement communiqué par Georges Ribeill) ; statuts de la Banque nationale d’Haïti et liste des souscripteurs (documents aimablement communiqués par Constant Méheut). 

Nicolas Stoskopf

Professeur émérite à l’université de haute-Alsace

Auteur du livre «150 ans du CIC, 1859-2009», 2 tomes, Paris, 2009. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro