La France contre le wahhabisme ?

La situation des cités françaises est plus que préoccupante de puis de nombreuses années maintenant. Le désespoir et la pauvreté sont les trop classiques fondations des radicalismes de tous genres.

Mais le problème majeur c’est la trop grande proximité entre notre république et les pétromonarchies wahhabites .

L’Arabie saoudite, le Qatar et quelques autres sont nos « alliés » dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Alors qu’il est bien connu que les idéologies radicales de ces pays sont en grande partie responsable de la monter de ces extrémistes «  fou de dieux «  partout dans le monde. Leur influence et leurs pouvoirs financiers sont sans cesse grandissants.

Quand le Qatar rachète le PSG ou investit dans les cités, les politiques et la société civile en général ne les condamnent pas assez. Le message n’est pas clair : est-on pour où contre cet islam rigoriste et quasi fanatique qu’est le wahhabisme ?

C’est par ce que la France est progressivement ruinée par cette politique ultra libéral mondialisé qu’elle  désespérément besoin d’argent frais. Et les pétromonarchies sont richissimes. Mais cet argent à un contenu idéologique nocif et dans un pays de traditions laïque leurs position intolérante et prosélyte me parait en complet désaccord avec nos principes.

Je n’entends pas assez dans les médias une condamnation totale de ces régimes totalitaires, on crée un laisse faire sous couvert de tolérance. Comment voulez- vous qu’un islam modérer qui a intégré les principes républicains puisse se développer si on laisse passer ces idéologies d’un autre temps. On peut tout de même se demander si il ya pas de cause a effet entre le radicalisme de nos alliés si généreux du golf et la présence de plus en plus de nombreuse de femmes voilées dans nos rues ?

Il ne s’agit pas là d’agiter le spectre de la guerre des civilisations. Cette pensée simpliste n’a que peu de sens. L’islam n’est pas l’ennemie de la république. Notre ennemi c’est et ça a toujours été les totalitarismes et les idéologies qui vont avec. Il faut condamner et tant pis si cela suppose de se séparé nos principaux créanciers. Car n'oubliont pas : il n'y a pas de gentil fascisme, ni de gentil extremiste.

Je pense que cette influence fait un travail de sape dans les cités. Insidieuse et discrète elle influence et pousse les plus desesperés des plus agressifs au pseudo-djihad.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.