Les abus de la poste et de la banque postale

Ils sont insensés, et doivent être signalés. Sur plus de trois ans, j'ai eu des difficultés de distribution de courriers recommandés dans des contextes juridiques. C'est maintenant sur mes comptes que ça se joue, avec révocations de prélèvements SEPA non demandées, frais pour ces révocations, qui bloquent des prélèvements actifs depuis plusieurs années, conseillers odieux par téléphone.

Les liens entre la poste et les tribunaux gagneraient à être clarifiés, tant ils sont opaques. Un réseau sévit dans les deux structures, et de la poste, le message est clair : on ne craint pas la justice, multiplie les doigts d'honneur. Qu'importe si la preuve est facile à rapporter, du moment que le courrier peut être bloqué. Le propos est de prendre la tête, de jouer la toute puissance. D'utiliser tous les biais pour ce faire.

Je n'ai, jusqu'à tout récemment, pas eu vent des prélèvements SEPA. Puis, l'EDF, que je paie sur le site à chaque échéance s'est enregistrée, alors que je n'ai pas donné d'autorisation de prélèvement, ni même été informée de quelque changement non demandé. J'ai téléphoné à la poste où j'ai mon compte, et ai choisi de révoquer ce prélèvement, souhaitant vérifier mes factures avant de les honorer. A l'occasion de cet appel, un conseiller me propose une nouvelle fois -deux ou trois fois dans l'année la proposition m'a été faite, lors d'un appel, et ma réponse n'a pas été enregistrée, la question revenant- la protection juridique, me donne le tarif, me dit m'envoyer les documents que je dois remplir. Je ne les remplis pas, consciente que ma situation juridique est des plus particulières. Ils valident un prélèvement SEPA non autorisé. Je téléphone, et demande s'il existe une façon de bloquer ces prélèvements par principe. Pas moyen de me faire entendre de la conseillère à qui le "par principe" ne convient pas. Blocage de toute question par réponse décalée, je ne parviens pas à obtenir de réponse, pas plus que je ne parviens à faire admettre qu'il n'est pas normal d'enregistrer une autorisation de prélèvement non signée.

Je me renseigne sur la toile, et vois qu'il est possible d'enregistrer une liste blanche. Je le fais par ce message sur site :

message-poste-31012016-1 message-poste-31012016-1

qui énonce clairement que je bloque la possibilité d'enregistrement de prélèvements à venir, et maintiens ceux qui sont déjà enregistrés. Vois le 4 par ce message en réponse que tous mes prélèvements ont été révoqués, ce que je n'ai jamais demandé, en demande le rétablissement :

message-poste-04022016 message-poste-04022016

Je téléphone, pour être sûre que ce sera fait, hier, tombe sur un conseiller aussi bouché qu'injurieux, déterminé à refuser d'entendre, allant jusqu'à me dire, en situation commerciale, qu'il va raccrocher parce que je ne serais pas claire. Je raccroche, moi, face à sa grossièreté, rappelle, tombe sur une conseillère qui comprend le français, me garantit lever les révocations non demandées, et valider le prélèvement qui doit se présenter le soir même. Je confirme ma demande téléphonique par ce message :

message-poste-05022016 message-poste-05022016

Ce matin, je vois que les révocations n'ont pas été levées, le prélèvement n'est pas passé, 25,60 euros de frais de révocation que je n'ai pas demandées m'ont été prélevés :

message-poste-06022016 message-poste-06022016

Sur mon compte figure le 6 le contrat non validé, et annulé -bien que jamais validé- par la banque elle-même par courrier du 29 janvier :

protection-juridique-annulee-paraissant-toujours-06022016 protection-juridique-annulee-paraissant-toujours-06022016

annulation-de-contrat-non-souscrit-29012016 annulation-de-contrat-non-souscrit-29012016

L'abus de pouvoir est indéniable, ne peut être perçu qu'en lien avec ma situation, le message étant qu'on peut me confronter, en violation directe de la loi, à difficultés pécuniaires une nouvelle fois provoquées, ce que je connais depuis des années. Changer de banque ne sert à rien, elles sont toutes liées. Si mon prélèvement en remboursement du crédit que j'ai ne passe pas, et qu'on me demande le solde, que puis-je faire ? Assigner ne sert à rien, mes plaintes sont classées par principe. On ne saurait mieux illustrer l'état de non droit. Les preuves existent, la poste s'assoit dessus. Reste la question de l'origine de la décision. J'ai des preuves d'abus depuis 2012, en ce qui concerne la non distribution de recommandés, toujours active en 2015. Le jour où l'assignation tombera, avec un avocat correct qui ne négocie pas dans mon dos, ça pourra faire très mal, l'intention de nuire étant indéniable. Qu'est-ce donc qui justifie pareil acharnement contre une citoyenne de base, dépourvue de toute surface sociale ? La poste pratique les enregistrements de conversations, et n'est certainement pas seule à le faire, il y a eu refus délibéré d'entendre, et détermination à provoquer. Comment être cliente peut exposer à proposition commerciale récurrente, la réponse n'étant par principe pas enregistrée, et les anomalies provoquées contraignant à appel ? Moins j'appelle la poste, mieux je me porte. Il suffit pour ça qu'ils respectent la loi, ce qu'ils ne font pas, profitant du lien établi par le simple fait d'avoir un compte pour contraindre à contact et l'utiliser dans l'intention de nuire. 

J'ai donné le 30 janvier à Bill Gates une procuration pour agir juridiquement en mon nom dans le cadre du harcèlement que je dénonce depuis le 19 avril 2010. Je lui ai précisé cette nuit que je souhaite qu'il assigne la poste. Les preuves sont ahurissantes, existent donc depuis 2012, dans des villes différentes -Montpellier, Mulhouse, Paris- dans des contextes juridiques, et sur mes comptes.

logo-la-poste logo-la-poste

J'ai communiqué cette note aux autorités compétentes et aux élus, avec les recherches google actus de la poste et la banque postale dans lesquelles elle est immédiatement apparue :

mail-elus-sur-les-abus-de-la-poste-06022016-1 mail-elus-sur-les-abus-de-la-poste-06022016-1

la-banque-postale-google-actu-06022016 la-banque-postale-google-actu-06022016

la-poste-google-actu-06022016 la-poste-google-actu-06022016

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.