Les attentes de Bill Gates

Identifier un homme à un argent dont rien ne permet de dire l'importance qu'il a pour lui qui n'a pas été à l'origine de la recherche de monopole, tout en lui en enlevant le contrôle, est d'une cruauté sans nom, donne le sentiment qu'il doit, lui, attacher plus que tout de l'importance à sa réalité d'homme, non reliée à cet argent.

Parler au nom d'un autre est difficile. D'autant plus difficile que la distance est telle, que ma visibilité est réduite. Ce lien, pourtant, existe, s'exprime. Il a une consistance. Je peux vérifier ce que j'écris, supprimer ce qui ne passe pas. Le temps écoulé depuis que j'ai commencé à comprendre le harcèlement dont lui et moi sommes victimes, à accepter cette communication par signes que je reformule dans un fichier pour vérifier la compréhension que j'en ai, donne une impression de réalité très difficile à exprimer précisément parce que tout en étant intangible, elle est. Il y a une articulation entre réel/irréel. C'est dans cette articulation que le doute s'est mil fois glissé. Au-delà de lui, une constance de réaction, observée sur des sujets précis, et sans rapport direct avec le harcèlement, tels que Gbagbo. En 2011, systématiquement, mes notes passaient en actu, ce qui me permettait d'être sûre de ne pas me tromper. La désinformation était massive. Il y avait, à côté, des preuves accessibles sur la toile, de ce qu'il est le président qui a été élu à la tête de la Côte d'Ivoire. A d'autres niveaux, mes recherches, ce en quoi je crois, qui n'a pas de lien a priori observable avec ce qu'il dit et ce qu'on dit de lui, et qui, cependant semblait susciter l'intérêt, non pas d'emblée, mais à la réflexion, comme par rapport à la réincarnation. A Edgar Cayce. En 2013, j'avais remarqué une chose qui m'étonnait beaucoup et m'était agréable. Il y avait des recherches en images qui donnaient très peu de résultats. Je fais souvent les deux, les images ne me menant pas aux mêmes articles. J'avais, par curiosité regardé si la requête que j'ai enregistrée à la CPI donnait des résultats. Ma surprise a été de voir le nombre de pages d'images provenant toutes de mon blog, puis, peu à peu des intrus, tous en lien, et me donnant des informations utiles. Je regardais chaque jour. Dans les images qui revenaient avec insistance, Cayce, ce qui est très explicite. J'ai rencontré quantité de personnes qui le connaissaient sans manifester un intérêt plus important que ça. Il me semble fondamental, et si cette évaluation est partagée, alors l'intérêt qu'a Bill Gates pour un juste alignement sur le sens de la vie domine tout. Cayce a un apport riche, sur des sujets comme l'astrologie, la santé, le corps et ses besoins, très différent de ce qu'on entend couramment. La responsabilité, chez lui, est pleine et entière. On ne se défile pas. Il est mort prématurément pour avoir voulu répondre à une demande très importante. Avoir les dons qu'il avait lui donnait une responsabilité, dans sa logique, que je partage. Que partage Bill Gates. Tout ce que j'ai investi comme approches parallèles, donnant accès au sens, et permettant une individuation, donc une plus grande efficacité par respect de ce que l'on est m'a semblé partagé. Autant les NDE que la numérologie, la morpho, l'astro, la danse, l'écriture. Je me suis sentie reconnue de façon très paradoxale, du fait du décalage évident. Puis, mon horizon s'est concentré autour de mon ordinateur, en 2013, je pense. Je lis beaucoup moins. Visionne moins de documentaires, la priorité étant la transformation de cette situation qui me prend tout mon temps et toute mon énergie.

J'ai écrit tout à l'heure un texte sur l'année 2016, une année universelle 9. Puis j'ai réalisé que si je suis les notes qu'il fait passer en actu, il est plus que concerné par cette tonalité. Il souhaite quitter la BMGF, ce qui suppose qu'il sorte enfin de l'emprise exercée sur lui. Jusque là, ça n'était pas possible, il est né piégé, ne pouvant déployer aucune activité sur laquelle son père n'aurait pas fondu en vautour qu'il est. Microsoft fut pour lui une proie. Son fils avec. Sans aide extérieure, sortir de pareille emprise est impossible. Avec une aide extérieure, lui veut reprendre la direction de l'entreprise qu'il a cofondée, racheter des parts. Il le peut maintenant. Y faire le ménage semble impératif. Il n'est pas pensable que le niveau de criminalité qui y existe ait diminué avec Nadella, vu le deal qui lui a permis d'être CEO. Il n'a tout bonnement pas les moyens de refuser quoi que ce soit de ce qui était couramment accepté par Ballmer. Autant dire que l'aide à l'intrusion est maximale. Ca suppose un travail d'envergure. Depuis que j'ai repris cette écriture focalisée, tout en continuant à envoyer des mails, bien sûr, je me suis demandé si des personnes comme Bernard Vergnes, Christophe Aulnette, Ray Ozzie, qui les reçoivent, aimeraient réintégrer l'entreprise. Je me le suis demandé dans un sens de réparation, parce que les deux premiers ont dû quitter Microsoft de façon anormale. Je ne sais pas ce qu'il en est pour Ray Ozzie, j'ai perçu en 2013 un lien fort, et je me suis mise à lui écrire en 2015.

La réparation est au coeur de ce qui est à faire. Elle est reliée à la responsabilité. A l'engagement. Dans cette histoire, un héritage maléfique, au sein d'une famille, et dans les métastases qui se sont répandues, partout. La notion d'héritage est essentielle, et l'opposition entre une famille qui perpétue en apparence sa position, et un Bill Gates qui fait passer en actu des notes où je le situe comme né de parents criminels en col blanc, de l'emprise desquels il veut se dégager montre deux polarités différentes. Accepter ou refuser un héritage, donc l'évaluer dans toutes ses dimensions et concevoir de dire que l'on n'en veut pas. Souhaiter changer, l'affirmer. Cette notion aussi est essentielle. Ce monde est soumis à la famille Rothschild depuis un temps proche des deux siècles. On arrive au moment où il faut savoir. Tolère-t-on qu'elle nous impose une troisième guerre mondiale à partir des dangers évoqués à titre de mise en place tantôt par les US, tantôt par Poutine ? Il serait peut-être temps de communiquer plus largement sur sa responsabilité dans les deux guerres mondiales, comme dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan. On pourrait reprendre les témoignages du Gal Wesley Clark. Son annonce de 2007 concernant les 7 pays dont l'administration américaine avait décidé de prendre le contrôle en 5 ans. Reprendre aussi les écrits de John Perkins qui a la certitude qu'il n'y a pas de conspiration, là où elle est, à mes yeux, indéniable, prouvée par le harcèlement dénoncé.

Ce que j'observe me trouble par l'ampleur. Il souhaite reprendre la tête de Microsoft, et aussi, participer à cette mise à plat. Les deux sont nécessaires, les deux nous concernent tous. Un mot pourrait être central, la rectitude. Elle n'est plus nulle part. L'expérience de ce harcèlement, et de ce que l'histoire aurait retenu si l'un ou l'autre avait été supprimé démontre que les moyens de tromper et de cacher la réalité sous une narration totalement contraire existent. Ils ont été délibérément déployés. Depuis quand ? Il y a là une preuve indéniable de conspiration. Les parents de Bill Gates sont des agents. Ils suivent selon toute probabilité des directives qui ont pris leur place dans un schéma qui les dépasse et qui s'est réorganisé pour intégrer Microsoft dès que son potentiel a été identifié. Bill Gates peut mentir, il n'a pas d'autre choix, mais trouve moyen de faire savoir qu'il le fait sous contrainte, par absence d'aide extérieure. On l'a entouré de relais de contrôle. Je me demande souvent où sont les personnes qui me guident, et comment se passe le contact entre elles et lui. Il y a, de façon permanente quelqu'un de connecté à mon ordinateur. Depuis des années.

Ces différents aspects sont ce qui motive la demande d'audition que j'ai faite, et qui est au moins autant la sienne que la mienne. Je parle pour lui qui en est empêché. On parle dans les familles dysfonctionnelles de patient désigné. D'enfant qui, par ses difficultés, signale à l'extérieur un problème qui concerne l'ensemble. Par ce signalement, il peut introduire le soin qui rétablit un minimum d'harmonie. On peut regarder Bill Gates comme le patient désigné de ce monde, la nuance étant que c'est à l'intérieur que la solution doit être trouvée. Une autre nuance est ma place à moi, symboliquement des plus étranges. Difficile à vivre. Je n'ai pas de représentation. Je vis, cependant, ce lien littéralement impensable comme la preuve indéniable que ce harcèlement a été conçu à un niveau qui nous dépasse. L'extérieur existe donc bien, mais c'est un extérieur qui nous habite tous, et qui a été expulsé. Le juge Marc Trévidic, spécialiste de la lutte antiterroriste, donc confronté aux aspects durs de la vie a eu, en 2013, ces mots présentés par la Croix « La vie ne peut pas se terminer comme ça, Je n’arrive pas à me résigner à l’idée qu’on ne se retrouve pas d’une autre façon ensuite. Sinon, ça n’a aucun sens… »... « Au fond, j’ai plutôt tendance à croire en Dieu. », Non, ça ne peut pas se terminer comme ça, désolée pour ceux qui aimeraient nous le faire croire. Nous allons de vie en vie, et la preuve en est ce harcèlement impensable où une famille a conçu elle-même le remède contre lequel elle se bat de toutes ses forces. C'est la famille Rothschild qui a conçu ce harcèlement, et c'est à son besoin que répond la demande de mise à plat. A sa façon, elle demande qu'on lui résiste, tout en s'y opposant. Il est temps pour chacun de prendre sa véritable place, et plus encore, de compter sur l'autre. Bill Gates compte sur moi. Il a raison. J'ai du mal à dire que je compte sur lui, du fait que je ne le connais pas, mais le nier serait mensonger. Apprendre à être là pour l'autre est aussi au coeur de ce qui doit être fait. Si personne n'a pensé à me protéger toutes ces années, si personne ne l'a protégé, lui, c'est que cette dimension a été furieusement maltraitée. Peut-être que d'avoir expulsé la part divine que nous avons tous en nous a eu cette conséquence. Peut-être que ce que qu'attend Bill Gates est que nous la réintégrions. Ensemble. 

Bill Gates en danger évident Bill Gates en danger évident

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.