Quand Bill Gates rappelle le FBI à la Loi

Qu'une personne connue pirate ouvertement un site a de quoi surprendre. Ce faisant, elle confronte l'autorité à la possibilité de le faire. Concevoir des softs inviolable est un choix qui n'a manifestement pas été fait, et le FBI, informé, n'y oppose rien. Bill Gates le rappelle à la loi, qui comprend, notamment, la protection des données.

Ce matin, pour la deuxième fois, un complément a été dupliqué à la même seconde exactement, ce qui suppose et révèle une action que je ne peux pas faire, moi. Je constate régulièrement que les personnes qui me guident sont très informées de ce qui m'arrive, avant même que ça se produise. Il y a donc espionnage assumé, légitime dans pareil contexte. Je l'observe sans en prendre la mesure, mais par exemple des appels téléphoniques sont bloqués, ne sonnent pas, alors que je ne change pas mon paramétrage. Ca suppose de savoir qui va appeler, et quand. Ca suppose de connaître l'origine, ou les origines des consignes données. Je n'ai, je ne peux avoir aucune représentation de la façon dont c'est géré. Les périodes alternent, avec tension maximale, et ce matin, ce doublon dont la compréhension n'est pas simple. Le voyant, je me suis dit que la tension se relâchait. Il est, cela étant, tout sauf anodin, signale que si quelqu'un de Microsoft veut pirater, nul ne peut rien y opposer, pas même le FBI censé représenter la Loi. Bill Gates ne cesse, par mon blog et les notes qu'il fait passer en actu, de signaler que les produits de la société qu'il a cofondée sont utilisés pour espionner et prendre la main à distance, qu'il veut mettre un terme à ce qui lui a été imposé sans qu'il ait moyen de s'y opposer. Aucune réaction. On peut, dans ce monde dire "Attention, les avions sont crashés à distance, et ce sont les failles délibérément laissées dans les produits Microsoft qui le permettent" et n'obtenir aucune réaction, ce qui revient à dire que les autorités valident cette possibilité et cautionnent des enquêtes entièrement bidonnées dont elles savent que le résultat sera faux. Peut-on faire plus grave ? Je ne le pense pas.

Duplication faite à la même seconde Duplication faite à la même seconde

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.