Bill Gates et l'antisémitisme

Microsoft fut fondée par un Juif et un non-Juif. C'est une société qui a réussi, ce qui suppose entente. Quelle qu'ait été l'évolution ultérieure, l'origine est incontournable. Le tandem, ancien, fonctionnait bien. Différente est la place de Steve Ballmer, greffe imposée, membre du Fonds National Juif considéré par Ilan Pappé comme agence coloniale de nettoyage ethnique.

Je remets en ligne ce billet dépublié, en violation de la charte des droits fondamentaux de l'Union Européenne : charte-des-droits-fondamentaux-de-l-union-europeenne (pdf, 93.2 kB) La dignité doit être respectée. Elle passe par le refus de la discrimination, quelle que soit son origine. Ce billet, présent en actu, est actuellement en 404 :

bill-gates-actu-31012016 bill-gates-actu-31012016

bill-gates-et-l-antisemitisme-en-404 bill-gates-et-l-antisemitisme-en-404

 

 

Aborder cet aspect de l'histoire de Microsoft est nécessaire, dès l'instant où l'on attache de l'importance à ce que Bill Gates communique en faisant passer mes notes en actu, comme cette dernière :

bill-gates-actu-30012016-1 bill-gates-actu-30012016-1

J'ai compris en 2008 qu'il y avait deux origines opposées à ce que je subissais. Cette année-là, sur les fora du Monde, il s'est produit un échange dont il a certainement trace. Je participais, sous le pseudo odilou, et j'avais après moi un groupe de forumeurs dont j'ignorais tout, mais observais que, tout en ayant des relations en dehors qu'ils venaient exposer sur le forum, ce qui m'étonnait, ils insistaient de façon significative sur les réactions de Fink au moindre événement survenu dans la communauté juive, et s'identifiaient membres de cette communauté par différents biais. Dans le coin détente, un jour, ils ont décrit la scène où Bill Gates est venu vers moi qui ne l'ai pas vu, présentée comme si c'était arrivé à Rachida Dati, ce qui n'était pas plausible. C'est une scène précise, qui n'arrive pas tous les jours, et qui était décrite alors que je visitais ce coin. Si j'avais eu des doutes, j'aurais su là qu'il était concerné par ce que je vivais. Ce qui est étonnant est ce rappel, 18 ans après les faits, par des gens qui n'étaient ni censés le savoir, ni censés être concernés. Dans le même temps, il y avait un Sylvanus qui s'acharnait à écrire que les plus belles femmes du monde étaient juives, et ne supportait pas même qu'on lui dise que le goût est affaire personnelle, que l'appréciation de la beauté n'a rien d'objectif.

J'ai su le jour où j'ai appris le licenciement de Christophe Aulnette de son poste de Directeur Général de Microsoft France, début février 2005 que ce ne pouvait être que Bill Gates, chez Microsoft qui était concerné par ce qui m'arrivait. Du décès de Michel Lacombe à ce jour, voire juste avant, lors de mon appel à Bernard Vergnes le 28 janvier 2005, j'ai pensé que ce pouvait être lui, partant du principe qu'il fallait m'avoir identifiée. Microsoft France a été fondée en 1983 par Michel Lacombe et lui, Bernard Vergnes. Je connaissais les deux. Je ne voyais pas d'autre possibilité. Il y a cependant eu ce soir de juin 1990 qui était donc reproduit, mais distordu avec un commentaire, genre "Il aurait mis le monde à ses pieds, mais elle n'en a pas voulu". Le profil décrit était d'une bêcheuse, la scène était cependant exacte, à ça près que je ne l'ai pas vu.

Il y a plusieurs années maintenant que je sais que c'est la communauté juive qui est à l'origine du harcèlement, et qui est donc la première connexion, celle par laquelle Bill Gates est agressé, contre laquelle il se défend et me protège. Une part de cette communauté, ce qui explique l'attitude de ces forumeurs qui se comportaient comme s'ils me connaissaient, quand j'ignorais tout d'eux. La confirmation de Bill Gates est très nette, par la reprise de l'article du Jerusalem Post quand il paraît au milieu d'autres, en illustration de mes notes dans google. Il n'est pas plus responsable du harcèlement que moi, et est fondé à désigner qui lui pourrit la vie depuis toutes ces années.

J'ai noté, en tête de ce billet que Steve Ballmer avait été imposé, là où la seule présentation qui circule est que Bill Gates l'aurait appelé. Dans une précédente note, j'ai écrit que s'il en existe des preuves, il serait intéressant de savoir s'il a été imposé, ce qui a été confirmé, et change radicalement l'histoire de cette société. Je l'ai déduit de ce que j'observe depuis un moment, mais aussi du site de Joan Brewer qui le présente comme à l'origine du procès antitrust. Les mots qu'elle a, le concernant, lui, et concernant son épouse, Connie Ballmer, sont dans le sens d'une dénonciation. Elle le décrit comme un homme nocif et évoque autour de Bill Gates un entourage qui n'a pour but que de le rendre confus :

There was a small group of people they were calling "The Body Guard of Lies" around Bill Gates. This is a book about Hitler. They had him completely duped. He had absolutely no clue what was going on. There was this group of PR women that include Ballmer's wife Connie who kept him in a state of confusion with the on going Bill Bashing in the media. Fact is, Connie seem to be the one behind the Bashing. It seemed to be a way to keep Gates emotionally unbalanced so they could better manipulate him.

Dès mars 2010, j'ai écrit à Ballmer un mail l'accusant d'avoir rejoint Microsoft avec le but d'imposer des softs poreux. J'ai titré ce mail accusation de mise en danger des personnes et des états. C'est à partir de ce moment que Paul Maurer, un internaute que j'ai constamment après moi, a commencé à se manifester.

Le problème de la porosité des logiciels Microsoft est grave, et nous concerne tous. Nous avons nos données sur toutes les administrations, sur les sites des compagnies privées dont nous sommes clients. Aucun des ordinateurs de ces compagnies n'est protégé. Les lois prétendant protéger la vie privée sont de la foutaise aussi longtemps que ce piratage est possible. Pire, les états ne peuvent pas se protéger, et toute lutte contre la criminalité se heurte au fait qu'un bon hacker connait en temps réel les avancées des dossiers, et peut corriger sa stratégie en fonction. Ces états ne dénoncent pas ce problème, ce qui a de quoi inquiéter, toute lutte opérationnelle étant invalidée. Il y a urgence à imposer des logiciels inviolables. Bill Gates n'a pourtant pas réussi à reprendre la tête de Microsoft en 2013. Qu'il veuille imposer des logiciels inviolables ne fait pas de doute, à partir du moment où il pirate ouvertement le FBI, ce qui ne saurait être plus explicite. L'opposition est massive, notamment dans la presse.

Identifier qui impose des logiciels poreux est le seul moyen d'y remédier. J'ai transféré de multiples fois le mail adressé à Steve Ballmer le 29 mars 2010. Je vais en reprendre ici le texte :

Monsieur,

A peine Microsoft était créée, vous l'avez rejointe et mon intime conviction est que depuis cet instant vous avez développé une stratégie d'emprise parfaitement calculée, même si vous avez été longtemps l'homme de l'ombre, dissimulé derrière Bill Gates, qui jouit d'une aura que vous n'avez pas.

Deux livres ont paru, "le hold up planétaire" et l'imposture informatique", il y a de cela plusieurs années. Ils dénonçaient la porosité voulue des systèmes d'exploitation, cependant vendus de façon systématique sur tout ordinateur.

Cette caractéristique met en danger la vie des personnes et des Etats dans la mesure où elle permet toutes les intrusions, et où les réseaux criminels peuvent de ce fait avoir accès à des sources qui devraient être protégées. Je pense par exemple aux actions qui ont été prises depuis l'extérieur, à partir des ordinateurs du WTC le 11 septembre 2001.

J'ai parlé de stratégie d'emprise, et elle me semble très facile à démontrer. J'ai travaillé chez Microsoft France à l'époque où Bernard Vergnes prenant la tête de Microsoft Europe nouvellement créé, Michel Lacombe, dont j'ai appris le décès avec une profonde tristesse en janvier 2003, parce que c'était un homme bien, prenait celle de Microsoft France.

J'étais au technique, qui ne me convenait pas, et aucun poste n'étant disponible au commercial, je suis partie chez Softmart, le premier et plus gros client de Microsoft, créé spécialement pour diffuser les produits MS par Jean Pierre Politzer qui le détenait en fonds propres. Il y avait cependant un actionnaire, Sofinindex (Monsieur Vartanian), de sorte de pouvoir poser que les rares goys travaillent lors des fêtes juives, puisque cette société était loubavitch, et négociait principalement à la synagogue. Elle a été ensuite reprise par Techdata.

Ce fait, additionné au fait que tous les CEO de Microsoft EMEA depuis l'origine ont toujours été précédemment DG de Microsoft France (Bernard Vergnes, Michel Lacombe, Jean-Philippe Courtois) signe la détermination à garder le contrôle, et mon évaluation est que Microsoft poursuit depuis l'origine, par votre entremise, un contrôle sioniste, la France étant le pays où cette communauté est le plus développée, et ce choix arbitraire étant parfaitement discriminatoire par rapport aux nombreuses autres filiales, et donc aux autres dirigeants.

J'ai subi sur mes différents ordinateurs de multiples intrusions, au point de recontacter Bernard Vergnes avec qui j'avais un bon contact, et j'ai pu constater que lui n'était pas informé de cette porosité voulue de l'OS, gérant la Société beaucoup plus au niveau global.

Lorsque je l'ai eu en ligne le 28 janvier 2005, entendant que j'étais vraiment gênée, il m'a dit se renseigner (son portable garde trace de ça). Le lundi suivant, Christophe Aulnette démissionnait de son poste de DG de Microsoft France, de façon totalement inattendue, par mel interne. Au printemps, il intégrait Altran où il est peu resté. Changement à tout le moins inattendu dans une Société comme Microsoft, et qui en a surpris plus d'un.

On sait que vos relations avec Bill Gates étaient tendues et ma conviction est que dès l'origine, votre propos fut de prendre les rênes de la Société qu'il a fini par quitter pour s'occuper de sa Fondation.

Je suis donc convaincue que vous êtes à 100% coupable d'avoir tout mis en oeuvre de façon planifiée, calculée et délibérée pour imposer sur le maximum de machines au monde des systèmes d'exploitation permettant toutes les intrusions possibles par un habile informaticien. Aucun antivirus ne protège de ça.

De ce fait, je vous accuse de mise en danger intentionnelle de la vie des personnes et des Etats. Sans cette porosité, la question mérite d'être posée de savoir si les attentats du 11 septembre auraient été possibles.

Sans l'ombre d'un respect, mais avec l'exact opposé,

Nicole Guihaumé

Cet article, premier d'une série de trois, se penche notamment sur la présence de Steve Ballmer dans le Fonds National Juif, reprenant l'évaluation d'Ilan Pappé sur cette organisation qu'il considère comme agence coloniale de nettoyage ethnique. Etre juif n'implique aucunement être favorable au nettoyage ethnique. Par contre, être membre du Fonds National Juif indique une forte probabilité d'inclinaison vers, et cette caractéristique, chez un homme qui a dirigé pendant 13 ans une multinationale éditrice des logiciels que nous avons sur tous nos ordinateurs doit être signalée. Il a été dit qu'il avait multiplié les erreurs, et que Bill Gates l'aurait constamment protégé, ce qui est faux, Ballmer n'a cessé de lui nuire et est impliqué dans le harcèlement, comme dans le choix de sa femme. Ballmer a très probablement été imposé par les Rothschild, via Gates senior. Il a tout mis en oeuvre pour contrôler l'entreprise, et après sa démission, le 23 août 2013, il a bénéficié d'une campagne médiatique choquante, insistant autant qu'il était possible de le faire sur ses adieux de fin septembre, ses larmes à cette occasion...tout fut fait pour le rappeler, avant qu'une autre campagne soit déclenchée, visant à pousser Bill Gates hors du Conseil d'Administration. Trois actionnaires bénéficiant de l'anonymat, et que je décrivais alors comme très probablement Ballmer, Marquardt et Turner, puisqu'ils détenaient à eux trois 5% de parts, en étaient à l'origine.

Microsoft a constamment fait l'objet d'une narration mensongère illustrée encore récemment par Le Point, prétendant que Bill Gates aurait nommé Satya Nadella  (sous la photo):

le-point-sur-la-nomination-de-nadella le-point-sur-la-nomination-de-nadella

Rien n'est plus faux, et le Point le sait. Cette réécriture constante brouille les pistes en temps réel, et ne permet pas de lutter contre la nocivité avérée de cette société, tant qu'elle produit des logiciels poreux. Le problème est donc de savoir qui est déterminé à maintenir cette possibilité. La presse l'est. Par ailleurs, le procès antitrust a contraint Bill Gates à céder ses parts, et l'actionnariat est maintenant majoritairement détenu par des institutions. Ces institutions ont une part importante dans la prise de décisions. Parmi les plus importantes, se trouvent celles qui figurent également dans le capital de Google, Monsanto, Apple...quantité de multinationales. Vanguard, Statestreet, Blackrock, Fidelity...Elles sont présentées ici. Il est très difficile d'identifier les personnes physiques actionnaires de ces institutions qui, par un tour de passe-passe, sont toutes actionnaires les unes des autres. Un article du site de Ron Paul, qui n'est malheureusement plus en ligne, signalait la famille Rothschild très présente, ce qui est plus que plausible. un témoignage important, fait par un ancien nazi, peu avant sa mort, Eric Priebke donnait cette information :

Since the early 20th Century the conduct of the Jews has been widely criticized in Germany. The fact that Jews exercised enormous economic and political power, even though they were a very small part of the population, was considered unjust. Today it is still a fact that, if we consider the thousand richest and most powerful men in the world, we must acknowledge that a very large number of them are Jews, Jewish bankers and Jewish owners of multinational corporations.

Ces différents éléments méritent attention parce que l'avenir de Microsoft est concerné, et par là-même notre avenir. Qui a voulu que les softs soient poreux, et qui a empêché Bill Gates de façon illégale de rendre publique sa candidature en 2013 ? Tout indique que c'est la communauté juive, celle-là même qui a imposé Ballmer et sa décennie perdue. Dès qu'il est question d'espionnage, Israël arrive en tête, ce qui est à l'origine même de sa création. Sans les micros placés à l'ONU, les voix requises n'était pas obtenues et Israël n'existait pas. Ca n'a pas changé depuis.

J'ai posé en titre Bill Gates et l'antisémitisme pour cette raison précise : que peut une personne connue de tous quand elle subit les attaques de cette communauté ? Dès l'instant où une critique, y compris argumentée, avec preuves à l'appui la critique, comme le dit très bien Shulamit Aloni dans cet échange, l'argument d'antisémitisme est ressorti pour bloquer la discussion (je prends cette vidéo pour ses sous-titres) :

Révélations d'une ministre israélienne - Le truc antisémite © Peter Moore

Une illustration du pouvoir qu'elle évoque se trouve dans l'article The jews who run the Clinton Court.

Ce que Bill Gates doit faire est donc parvenir à démontrer les faits dans le cadre de procédures, en sachant que la communauté qui le harcèle contrôle la justice, aussi. Ce n'est pas sans raison que mes procédures ont échoué. La médiatisation est nécessaire, de sorte que l'ampleur du problème soit posée, et qu'il soit clair que c'est un problème culturel dont la preuve peut être rapportée, en ce qui concerne Microsoft. Oui ou non les softs sont poreux ? Qui en est responsable ? Il est impératif que Bill Gates reprenne sa place et impose des softs inviolables. Que soit donc exposés ceux qui s'y sont opposés en 2013. Une fois dénoncé le problème des softs poreux, le lien avec l'agenda de dépopulation se fait tout seul. Il ne peut aboutir que par un contrôle total, tant il est aberrant, mais cadre avec le propos, pour une minorité qui se pense choisie, de vouloir devenir majoritaire, de se passer -merci les robots- de ceux qu'elle n'a considérés jusque là que comme du bétail (cattle), censé la servir.   

Jerusalem Post du 18 octobre 2010 Jerusalem Post du 18 octobre 2010

 

funerailles-ovadia funerailles-ovadia

deces-du-rav-ovadia-yossef deces-du-rav-ovadia-yossef

ovadia-et-shabat ovadia-et-shabat

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.