Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2022

Reliques de notre amour

L’image de Toi en notre jeunesse, si douce, si tendre, si élégante, si séduisante, si enivrante, ma mémoire l’a enchâssée depuis tant d’années au plus profond de ses secrets qu’elle ne peut l’effacer.

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Reliques de notre amour

L’image de Toi en notre jeunesse, si douce, si tendre, si élégante, si séduisante, si enivrante, ma mémoire l’a enchâssée depuis tant d’années au plus profond de ses secrets qu’elle ne peut l’effacer. Et malgré la duplicité insoupçonnée dont tu as fait montre, malgré ta folie d’un hiver, ta cruauté envers celle, chancelante, qui n’a cessé de t’aimer plus que tout au monde, malgré ton abandon soudain, c’est cette image de notre amour partagé des premiers jours qui surgit, l’image de nous qu’après ton père, ta merveilleuse mère a aussi emportée dans la tombe, si claire, si lumineuse et non celle que tu viens de révéler, l’image sombre d’un être impitoyable, maléfique et calculateur qui m’a ignoblement jetée au bûcher de l’oubli et du désespoir.    

Prélude à cette journée de juillet où nous aurions dû célébrer le souvenir de nos noces lointaines, la nuit dernière m’a envoyé un rêve de toi où nous joignions nos lèvres avec ferveur comme aux premiers temps de la rencontre sublime. Mon réveil fut secoué par le chagrin de ton absence, la condamnation à la souffrance que tu m’as infligée.

Pendant cinquante ans, mon cœur n’avait su que t’attendre, toi qui fus l’Aimé absolu, mais aussi l’éternel Absent dont chaque retour le gonflait d’espérance, comme sous la brise rafraîchissante d’un jour éblouissant les voiles blanches du navire d’Yseult toujours prêt à voguer vers toi sur les eaux du monde.

Tu ne m’as pas assez souvent prise dans tes bras quand tu franchissais la porte, pas assez longuement bercée contre ton corps de dieu. Je ne connaîtrai plus ces instants précieux qui m’étaient consolation, par ta présence charnelle et ta parole, de tous les malheurs du monde. Je ne connaîtrai plus la joie immense dont ton arrivée faisait vibrer toutes mes fibres comme les cordes d’un violon enchanté.

Tu es maintenant pour moi destination impossible, contrée interdite, entre nous tu as élevé une frontière infranchissable. Au-delà du présent de mon exil, ma solitude s’étend maintenant en silence à l’infini.

3 juillet 2022  Aimée Saint-Laurent © 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck