Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

270 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juil. 2022

Le monde sans toi

En ton absence, tous les lieux où nous étions passés me parlaient de toi, le souvenir de toi les hantait tous, et je t’y revoyais à divers moments de notre passé que j’avais cru d’amour fou, d’amour éternel, comme tu l’avais promis. Autrefois, je savais que j’allais te revoir bientôt et te parler de ces moments, ils devenaient merveilleux.

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le monde sans toi
En ton absence, tous les lieux où nous étions passés me parlaient de toi, le souvenir de toi les hantait tous, et je t’y revoyais à divers moments de notre passé que j’avais cru d’amour fou, d’amour éternel, comme tu l’avais promis. Autrefois, je savais que j’allais te revoir bientôt et te parler de ces moments, ils devenaient merveilleux. 
Le monde n’avait de sens pour moi que parce que tu existais quelque part, parce que j’allais te revoir à notre maison. Les endroits où nous avions marché ensemble n’étaient sublimes que parce que tu y avais laissé la mémoire de ton passage, de ton enfance, de notre amour, et qu’ils annonçaient nos retrouvailles du soir, proches. 
La couleur de la mer sous le soleil et le vent de l’été ne réjouissait mes yeux que parce que nous l’avions admirée ensemble, corps contre corps, main dans la main, sourire contre sourire. Nous nous étions si souvent baignés ensemble, nous en avions si souvent reçu les embruns, nous y avions si souvent respiré l’air du large l’un avec l’autre, si souvent tenu nos rendez-vous amoureux. 
Au printemps, le chant des oiseaux ne faisait bondir mon cœur que parce que nous les avions écoutés ensemble en silence. 
La forêt somptueuse du mois de juillet ne m’emplissait l’âme de  joie que parce que nous l’avions parcourue du pas de nos chevaux très aimés, botte à botte, éperons contre éperons cliquetants, en tenant les rênes d’une main et de l’autre la main de l’Aimé(e), échangeant des regards pleins de douceur.
Nos chevaux sont morts depuis longtemps et tu as tourné la page, oubliant tes serments et toutes mes offrandes de chaque jour au dieu que je voyais en toi.
Après ton départ, les lieux que je traverse à présent n’ont plus été que des chemins de l’enfer où je vivais, sans espoir, sans tendresse, sans Celui que tu étais et que tu choisis un jour de ne plus être.
Je viens de tourner la page. Tu es tellement bouffi d’orgueil déplacé ! La lettre de toi à ta Dulcinée, grandiloquente, fleur bleue, niaise, que je viens de découvrir, la photo qui l'accompagnait de cette blondasse des bas-fonds aux cheveux peroxydés en tapis brosse, au quadruple menton, à la peau grasse, m’ont fait d’abord pleurer de honte, puis éclater de rire.
A jamais, le rire assassin a remplacé mon chagrin, le dieu que j'aimais à la folie a chu de son piédestal et gît sur le sol en mille morceaux, tu n’es qu’un vieillard ridicule qui se fait mener par le bout du nez.
                                             6-7  juillet 2022           Aimée Saint-Laurent © 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra