Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2022

A Celui qu’on ne rencontre qu’une fois et qui ne veut plus être aimé de moi

Mon amour, mon amour de toujours, mon amour infini, comment peux-tu rester de glace alors que chaque jour et chaque nuit, depuis si longtemps, tout mon être brûle de la fièvre de Toi, l’Unique, l’Indispensable, l’Adoré sans égal ?

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon amour, mon amour de toujours, mon amour infini, comment peux-tu rester de glace alors que chaque jour et chaque nuit, depuis si longtemps, tout mon être brûle de la fièvre de Toi, l’Unique, l’Indispensable, l’Adoré sans égal ? Dans l’attente impatiente de ta présence tant désirée tout au long des années et encore à cette heure, mon espoir se consume parmi les cendres d'une cruelle solitude, le néant de ton silence abyssal, cette féroce indifférence qui broie mon cœur de femme brutalement livrée aux flammes de l'enfer. Enfer de ton absence, des mots insensés prononcés dans la colère, de notre passé assassiné, de l’avenir soudain éteint. Coups de poignard de ton regard, de ton départ.

Plus jamais – comment est-ce possible ? - autour de tes épaules, l’amoureuse arabesque de mes bras noués. Plus jamais, sur mes lèvres, le baiser tendre et léger de tes lèvres espérées. Plus jamais, contre mon corps nu ton corps d’odorante douceur. Plus jamais le son de ta voix, plus jamais ces mots à toi, plus jamais tes chansons, ce rire que j’aimais, au milieu de tes rêves parfois. Plus jamais. Jusqu’au sombre abîme de la  tombe.

Tu as emporté le temps précieux de nos moments ensemble, les fleurs ultimes de nos noces sublimes, les étoiles qui brillaient dans mes yeux avant les pleurs. Et la lumière de l’espérance tremble au loin avant de disparaître. Tu as donné à une autre les clés de ton être. Pourquoi le destin m’a-t-il fait naître ?

Aujourd’hui, dévastée par ta froideur si pareille à la haine, ma vie ressemble à l’Ukraine, défigurée, dynamitée, désespérée.

                                                     20 avril 2022          Aimée Saint-Laurent ©

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison