Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2022

La vie, simple et tranquille

Ici, près de la grange, tu rangeais à l’abri le bois livré pour l’hiver, et l’empilais en stères ordonnées. Je me disais que tu le faisais pour nous, c’était à mes yeux comme une offrande sacrée à l’amour qui nous liait depuis tant d’années.

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La vie, simple et tranquille

Ici, près de la grange, tu rangeais à l’abri le bois livré pour l’hiver, et l’empilais en stères ordonnées. Je me disais que tu le faisais pour nous, c’était à mes yeux comme une offrande sacrée à l’amour qui nous liait depuis tant d’années. Là, en été, tu courais nu auprès de ton cheval pour le rentrer à l’écurie avant la nuit, et j’admirais de loin, sans me lasser, à côté du bel animal, ton corps élégant et svelte dont j’étais si amoureuse. Je me disais que j’avais devant mes yeux un plus beau modèle que ne l’eut Picasso, en 1906. Là-bas, tu jetais des granulés aux carpes koï de la pièce d'eau, et j’aimais m’approcher de toi pour contempler leurs mille tours aux couleurs vives. Nous étions chez nous, dans un monde de splendeur. C’était la vie, simple et tranquille. Sachant qu’ils ne pouvaient durer jusqu’à la fin des temps, j’imaginais que ces moments trop courts reviendraient encore un peu. Je me trompais. La Terre tournait sans état d'âme.

Ici, à la belle saison, au potager, courbé en deux, tu arrachais minutieusement les adventices des rangées (que chez nous on appelle « routes ») de carottes, de betteraves et de pommes de terre. C’était à mes yeux comme une offrande sacrée à l’amour qui nous liait depuis tant d’années. Tu ne voulais pas de mon aide, alors je m’asseyais dans l’herbe auprès de toi, tout en écoutant avec toi les oiseaux du jardin, la fauvette, le pouillot ou, en mai, le coucou, si mystérieux, au passage si bref, ou encore celui que je nommai un jour « l’oiseau triste ». Nous échangions des mots et des rires de la vie de tous les jours. Parfois, tu t’arrêtais pour caresser dans tes bras Perlefine, la  belle chatte grise au long poil soyeux, qui venait quémander un peu d’amitié avant de se rouler au soleil couchant dans la terre chaude du soir. C’était la vie, simple et tranquille, la seule dont je rêvais. La vie de Philémon et Baucis, favorisée du dieu des dieux. Là, en juillet, anticipant les rigueurs de l’hiver qui finit toujours par arriver, nous cueillions ensemble, en bavardant, groseilles et cassis pour les confitures dont j’aimais voir les pots alignés en un bel ordre coloré dans l’ancienne bonnetière lorraine de pin orangé. L’hiver pouvait venir, nous étions prêts comme avant nous des générations de couples paysans. Là-bas, tu pataugeais en guêtres hautes dans les remous de la rivière parmi les algues vertes pour faucarder les envahissants pieds de cresson sauvage, sous le saule pleureur et les aulnes. C’était la vie, simple et tranquille, le bonheur. L’après-midi, nous prenions parfois le thé dehors et laissions nos regards vagabonder vers le petit manoir, la colline, la forêt, le ciel bleu, en suivant le vol des hirondelles qui avaient retrouvé en avril leurs nids de l’an passé aux écuries et sillonnaient les airs en gazouillant. C’était la vie, simple et tranquille et je te croyais heureux, comme je l’étais, de partager cette beauté primordiale.

Mais la vie sépare ceux qui s’aiment, tout doucement, sans faire de bruit. Tu me chantais cette chanson et le malheur surgit un jour pour de bon. Aujourd’hui, les souvenirs m’assaillent et je pleure toutes les larmes de mon corps d’avoir perdu tout à coup en l’espace d’un matin, ce qui me  rendait l’univers si précieux : consolation aux maux de l’Histoire, ta présence tant attendue, tant aimée, qui m’était don du ciel que j’avais cru éternel.

                                         21 avril 2022         Aimée Saint-Laurent ©

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti