Nicole Péruisset-Fache
Chercheur indépendant, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

214 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

Dans mon poème, il y a

Dans le silence de mon poème, il y a le chant des oiseaux qu’hiver comme été, nous écoutions  ensemble et que tu n’aimes plus, il y a les étangs qui miroitent au soleil du matin, que tu n’aimes plus, il y a les arbres de la forêt millénaire à perte de vue dans la brume bleutée du jour qui se lève, que tu n’aimes plus,

Nicole Péruisset-Fache
Chercheur indépendant, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le silence de mon poème,

il y a le chant des oiseaux qu’hiver comme été, nous écoutions  ensemble et que tu n’aimes plus,

il y a les étangs qui miroitent au soleil du matin, que tu n’aimes plus,

il y a les arbres de la forêt millénaire à perte de vue dans la brume bleutée du jour qui se lève, que tu n’aimes plus,

il y a la paix riche de souvenirs d’une ferme des siècles passés au milieu de nulle part, paysage resté dans sa primordiale pureté, que tu n’aimes plus,

il y a les trésors de ce royaume éblouissant de beauté que toute ma vie je t’avais aidé à conquérir, que tu n’aimes plus,

il y a le passage des oiseaux migrateurs, l’arrivée inopinée d’un écureuil noir, d’un faisan vénéré, d’un chevreuil égaré qui d’un bond élégant franchit les clôtures, l’installation dans la grange d’une chouette-effraie en somptueuse robe de noces, l’atterrissage d’un cormoran qui étire et secoue ses ailes pour les sécher, avant de plonger de nouveau dans la pièce d’eau, pour ma seule contemplation,

Dans le silence de mon poème,

il y a l’immémoriale musique de l’aube du monde dans sa fraîcheur, que tu n’aimes plus,

il y a, au printemps, les premières vocalises de la grive, les premiers trilles du pinson,

il y a l’émerveillement devant le rose et blanc des pommiers en fleurs,

il y a le chat qui dort sur la fenêtre,

il y a le chien qui bondit de joie de vivre,

il y a au grand air le vieux cheval heureux de brouter l’herbe du pré,

il y a un bonheur inouï, que je n’échangerais pas pour la fortune d’un milliardaire, et puis, il y avait toi. Toi qui préfères le bruit et la fureur et qui ne m’aimes plus. Toi qui es au loin, et dont je n’espère plus rien.

24 octobre 2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky