Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

270 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

Autodafé

J’ai chanté, pendant tant d’années de ma vie, de ma jeunesse jusqu’à ma vieillesse, sur tous les tons, tous les registres, tous les modes, en français, en anglais, j’aurais chanté dans toutes les langues du monde si je l’avais pu.

Nicole Péruisset-Fache
Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Autodafé

 J’ai chanté, pendant tant d’années de ma vie, de ma jeunesse jusqu’à ma vieillesse, sur tous les tons, tous les registres, tous les modes, en français, en anglais, j’aurais chanté dans toutes les langues du monde si je l’avais pu. Je chantais mon amour pour ton être, je chantais la beauté de ton corps, je chantais la douceur de ta peau, je chantais le bonheur que je croyais tenir de toi, la joie de vivre dont ton amour (ce que je prenais pour ton amour) irradiait le monde autour de moi. Je chantais aussi ma solitude, mon attente, mon désir de ta présence, le manque de toi, mon mal être, tu étais si souvent absent !

Je chantais, je dansais, seule le plus souvent, de bonheur et de joie, d’espoir, de rêves, châteaux de cartes écroulés dans l’ouragan de tes colères, châteaux de sable que la réalité a emportés avec le maelström dont tu as soudain ouvert les vannes, pour engloutir ce que je croyais notre amour et qui n’était que ma passion pour toi et ton jeu de rôle.

Je ne chantais que mes illusions. La réalité était tout autre. Tu faisais semblant. Je ne le voyais pas.

J’ai noirci des pages et des pages de louanges de toi, d’adoration de toi, d’aveuglement pour toi. J’essayais d’écrire pour toi les plus beaux poèmes jamais écrits, les plus tendres, les plus profonds, les plus aimants. J’essayais. Mon amour ne se laissait pas prendre au piège des mots, entre les lignes. Il était trop intense et trop sublime pour le chaudron fêlé de ma parole. Mes maladroites mélodies n’ont attendri ni les étoiles, ni même ton cœur, ton cœur d'obsidienne.

Alors, quand j’aurai repris pied, quand j’aurai chassé de mon propre cœur le dernier souvenir de toi, de ta traîtrise, je ferai un grand feu de toutes ces pages qui parlent de toi, qui chantaient pour toi. Et je danserai autour du brasier.

              25 octobre 2021    Aimée Saint-Laurent ©

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema