Blog suivi par 69 abonnés

De ma tour d'ivoire

Chercheure en sciences humaines indépendante, poète à ses heures
Dieppe - France
  • Poème du 10 avril 2012

    Par | 1 recommandé
    C’est le printemps de Normandie. Il pleut, tout est brumeux, morose et gris : le ciel, les arbres sur la colline, l’étang, la vie. Les fleurs qui devaient enchanter la saison et ma maison ruissellent, pourrissent au jardin, sous les larmes des anges. Il est encore bien trop tôt pour les roses.
  • Poème du 22 mars 2021

    Par | 1 commentaire
    Je suis à Moscou près de la cathédrale Saint-Basile aux bulbes multicolores Et je songe à mon amour lointain en notre maison où, sur le lit, le chat dort   Je suis sur le Nil entre les villes d’Assouan et Louxor Seule à contempler le couchant dans son linceul d’or
  • Poème du 7 août 2021

    Par | 1 recommandé
    Lambeaux de souvenirs accrochés au paysage Comme haillons hagards des bonheurs passés Déchiquetés par le temps et l’explosion de ta colère
  • Poème du 21 octobre 1981

    Par
    Giboulées sur l’amour à la première page Les minutes que dévore l’horloge géante
  • Poème du 12 août 1974

    Par | 1 recommandé
    Vois mon amour comme chaque seconde Quand ma vie, ta prisonnière, Ne m’a servi qu’à t’attendre
  • Poème du 30 juillet 1974

    Par
    Tout au bout de ma rue Il y a la ville aux mille merveilles Qui s’est donnée au soleil
  • Poème du 14 juin 2021

    Par | 1 recommandé
    Au nom de toutes celles qui cherchent un peu d’amour Un peu de chaleur humaine, un peu de tendresse, Un lieu sûr où simplement vivre la vie qu’un jour Le hasard a fait surgir d’une rencontre, d’une caresse,
  • Poème du 22 janvier 2012

    Par | 2 recommandés
    Lentement, inexorablement, s’amoncellent les sables du temps qui passe. Les trésors scellés dans nos mémoires, bientôt nous ne les visiterons plus.
  • Poème du 11 novembre 2009

    Par | 1 recommandé
    Rafales de feuilles mortes et de pluie Au jardin des tout derniers chagrins Tant de silence à l’horizon de la vie Les cheveux blancs, l’hiver et puis la nuit Pourtant rien n’efface mon sourire
  • Poème des 6-10 août 2009

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    La bombe larguée par surprise à l’aube Mon cœur sombra au plus profond de l’abîme Explosion des origines, Voie ensanglantée Lambeaux de ma chair vive dispersés au firmament Parmi les constellations sauvages