à la recherche d'un refuge ...et si la poésie

à la recherche d'un refuge, des femmes, des hommes –elle, lui ...nous !

 

Ah ! que le monde est difficile !
Hélas ! il n’est pas fait pour moi.
Ma sœur, en ton obscur asile,

J’étais plus heureuse avec toi.

On m’appelle ici l’étrangère ;
C’est le nom de qui n’a point d’or.
Si je ris, je suis trop légère ;
Si je rêve... on en parle encor.

 

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.