La technique du petit oiseau

Pendant que MacRon semble s'essayer à la poésie façon Victor Hugo, histoire de flatter les vétéran.e.s, que l'Italie semble se préoccuper des passeurs en Lybie, que les journalistes de France Info demandent à ce qu'il y ait quelqu'un.e qui ouvre sa bouche à la radio, même si mon métier n'est ni la guéguerre ni la politique, je l'ouvre une fois de plus.

  Pendant que MacRon semble s'essayer à la poésie façon Victor Hugo, histoire de flatter les vétéran.e.s, d'ici-là que grâce à la copulation robotique sur base de cellules-souche et d'un petit coup de clarinette-pouet-poète enregistré avec du blob comme microprocesseur un chef d'Etat bien connu finisse par s'appeler Victoire-Emmanuelle si c'est l'un des projets de l'entreprise Feng Je Suis Fa si elle existe, une trust avec la raie au milieu et la mèche sur le côté sur fond vert océan et un point rouge comme logo ou comme drapeau pour un nouveau pays pouvant s'appeler "Simulacre", que l'Italie semble se préoccuper des passeurs en Lybie, que les journalistes de France Info demandent à ce qu'il y ait quelqu'un.e qui ouvre sa bouche à la radio, même si mon métier n'est ni la guéguerre ni la politique, je l'ouvre une fois de plus. Ca vaut le coup.

 Il est vrai qu'au niveau diplomatique, il est difficile de s'installer dans un fauteuil, et regarder les infos à la télé pour constater les dégâts entre le gouvernement chinois et le peuple Kang Kungais. Alors, comme cette ex-colonie anglaise a l'air de s'installer petit à petit dans les aéroports et peut-être aussi dans les ports, il me semble me souvenir, surtout depuis hier soir, qu'il y a un rapport entre le KongFu, les aéroports et les zones portuaires, les docks, et je m'en suis souvenu dans un rêve pendant la nuit, c'est la technique du petit oiseau.

 C'est une technique tenue secrète parce qu'en gros, bonjour les dégâts.

 En effet, si je considère le point commun, je laisse la devinette de côté, entre un port, un aéroport, le kungfu et un petit oiseau, en fait, ce point commun, c'est Bai He, la Grue.

 En effet de nouveau, la grue est commune aux zones portuaires, aux aéroports, au kungfu et aux petits oiseaux.

 Donc, ce que je préconise, c'est la technique à la Goldorak, en finir le plus vite possible, en tant que les grutiers.ères des ports et aéroports peuvent aider à 1. fabriquer des barricades; 2. retirer des barricades; 3. envoyer des chars d'assaut à la mer, plus souple que de les balancer par terre et plus pratique pour les récupérer plus tard; 4. tirer depuis un char d'assaut en hauteur en l'inclinant et en lui faisant faire éventuellement un mouvement tournant pouvant être accéléré ou ralenti. Là, j'ai donné deux techniques secrètes de combat de grue, l'une pour l'armée chinoise, la deuxième pour le peuple hongkongais. Je n'avantage personne. Je ne compte pas les points. Les grutiers.ères peuvent choisir leur camp. Il est possible aux deux parties de cocontracter au lieu de se battre, surtout à coups de grues. La robotique, ç'a commencé il y a longtemps. Ce n'est pas de l'incitation à la violence, c'est simplement que ce n'est pas la peine de tourner autour du pot, ça peut toujours être pire que pire, ou bien mieux que mieux, aux parties co-contractantes de choisir: libre aux gens de soit se battre, soit de négocier, mais en cas de combat, le résultat n'est ni connu à l'avance, ni garanti. Personnellement, je préfère la deuxième option, de négocier. Mais si les gens là-bas veulent se balancer des marteaux-piqueurs à la tête, je pense que ça peut ça aussi se faire via des grues, techniquement, c'est possible. Je dis ça, ç'a l'air d'une blague, hein, ouaip, ben non, parce qu'à l'époque de la robotique, bientôt, ça pourra être des bâtiments entiers et des cargos entiers qu'il va y avoir moyen de se balancer dans la tête, peut-être même à des milliers de kilomètres de distance. Pour les frais de transport, ça coûtera moins cher que la Marine marchande.

 Donc, étant donné cette éventualité d'utiliser les grues comme outil pour se battre, que ce soit l'Armée chinoise ou le peuple hongkongais qui utilisent cette technique, étant donné que ça peut vite faire du dégât, beaucoup de dégâts, comme technique, je leur propose de négocier un Traité du Petit Oiseau qui stipulerait quelque chose comme des garanties pour le respect des Droits Fondamentaux et Humains ETC, pour des Tribunaux, ce coup-ci, compétents, etc.

 J'en rajouterai une tartine plus tard.

 Alors, en fait, j'en rajoute une tartine tout de suite, car je viens de penser à quelque chose de plus, qui pourrait convenir pour quasiment n'importe quelle ville ou village avec une zone industrielle sur la planète. Car en fait, le peuple hongkongais cherche à défendre leur ville, qui, si je me souviens bien, bénéficie d'une territorialité autonome ou semi-autonome par rapport au gouvernement chinois, ce qui est bien. La défense qui leur est possible est d'empêcher les chars d'assaut et l'armée chinoise d'entrer dans Hong Kong. L'on n'est plus au Moyen-âge: se battre avec des fourches, des faucilles et des batteurs à blé reste possible, mais il y a des techniques différentes, aussi efficaces sans doute, et non-violentes: des containers frottés au savon liquide peuvent bloquer une rue, verser de l'huile végétale peut empêcher des chars de se déplacer, verser de la colle ou des enduits ou du caramel pour une prise rapide, de la peinture acrylique ou vinylique, du béton, etc, sur les chars, avec la technique du petit oiseau adapté, permet de résister, et je pense que si Hong Kong résiste au moins quarante-huit heures, à cirer les routes au Baranne plutôt que les chaussures et les pompes, le peuple chinois peut les aider à tenir beaucoup plus longtemps. Ca, c'est ce qui m'est venu spontanément à l'esprit, car c'est ce que je pense de plus logique par rapport à la situation aujourd'hui. Pourquoi? C'est très simple: le gouvernement chinois n'a pas de RSA, pas même un début de RMI, or, ça, ça date d'il y a plus de vingt ans en France, ce minimum vital, et les peuples de tous les pays du monde vont le demander, et, de toute façon, se l'installer. L'attitude du gouvernement chinois à l'heure actuelle me laisse à penser que ce n'est un gouvernement ni socialiste ni communiste, car, si je me souviens bien de la théorie communiste, le communisme prône non seulement la collectivisation, mais aussi le pouvoir au peuple, et là, apparemment, ce n'est pas le cas. Donc, qui est ce gouvernement chinois qui tente d'imposer un oubli impossible des possibilités pour un Revenu Minimum d'Insertion ou autre RSA ou Revenu Universel? Il est évident qu'il y a une réponse. C'est ce type de politique qui refuse ce Droit à un revenu minimal pour une vie décente contre laquelle est le peuple hongkongais, quelle que soit la classe sociale considérée, et que tous les peuples demandent et réclament, même le RN en France n'y renoncerait pas, ainsi qu'aux autres minima sociaux. Par contre, cette politique des minima sociaux, c'est du socialisme, oui, bon, très bien. C'est pour cette raison, donc, que je ne vois pas d'avenir à ce type de gouvernement qui veut écraser son peuple et refuse l'instauration des minima sociaux, ainsi que de l'amélioration des conditions de vie, et ça, depuis un bout de temps. C'est pourquoi, je continue de conseiller un accord entre les deux parties, le peuple hongkongais et le gouvernement chinois.

 J'en rajouterai une tartine plus tard, et vive le socialisme, puisque vive l'honnêteté.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.