M.Vincent LAMBERT

Je ne connais pas personnellement ce monsieur que d'aucun.e.s voudraient tutoyer familièrement sans raison, mais du fait de ma condition de philosophe ayant les capacités d'un.e psychanalyste, du fait même de ce que j'ai vécu, je dis que M.Lambert ne doit pas être tué, même par des médecins, car arrêter ses soins serait un crime médical de plus.

Je ne connais pas personnellement ce monsieur que d'aucun.e.s voudraient tutoyer familièrement sans raison, mais du fait de ma condition de philosophe ayant les capacités d'un.e psychanalyste, du fait même de ce que j'ai vécu, je dis que M.Lambert ne doit pas être tué, même par des médecins, car arrêter ses soins serait un crime médical de plus.

 Des crimes médicaux, il y en a plein l'Histoire, d'ailleurs, en psychiatrie, il n'y a pas qu'Antonin Artaud qui a été électrocuté cérébralement, car il y a peu d'années, j'ai rencontré une femme qui a subi des électrochocs, donc des électrocutions, actes de torture et quasi-meurtre, handicapations pseudo-médicales, et ça m'a été proposé à l'époque où certain.e.s médecins faisaient semblant de ne pas savoir que je ne suis ni un violeur ni un pédophile et essayaient de me faire avouer des crimes et délits qui ne font pas partie de ma vie. Depuis, l'olanzapine et la rispéridone sont des molécules modernes-contemporaines qui sont plus efficaces que les médicaments avec opiacées telles que l'haldol et empêchent de fait les électrochocs aussi.

 A l'époque où certaines personnes me faisaient enfermer sans que je comprenne pourquoi, je suis tombé dans un coma, très peu de temps, quelques heures, mais un coma quand même. Dans cette absence de conscience, puisqu'en me réveillant, j'avais deux de tension artérielle, je peux vous garantir que l'on ne voit rien, l'on n'entend rien, et aucune réaction n'est possible, c'est plus qu'une inconscience. Dans le sommeil, l'on n'est pas dans le coma, ce n'est pas ce noir complet qu'il y a dans le coma, même pour un coma de quelques instants. Dans le sommeil, il y a des réactions qui sont dites inconscientes, mais ce n'est pas une inconscience totale, il y a un petit peu de conscience qui est l'assimilable à une perception interne, sorte d'oeil interne qui constate des images et d'oreille interne qui constate des sons, et les sons ne sont pas produits par le cerveau, et les images sont généralement des assemblages de perceptions auditives, ce qui constitue des rêves et cauchemars où les images sont des assemblages de perceptions autour de soi, souvenirs, souvenirs de la journée, etc, et ces oeil et oreille qui constatent à l'intérieur de soi, c'est ce qui se dénomme l'inconscient, c'est-à-dire une toute petite intensité de conscience, tel que dans la demi-veille sophronique, en sophrologie. Le coma n'est pas cette demi-veille, le coma, c'est absence de veille, absence de conscience comme d'inconscient, et s'il y a activité cérébrale dans le coma, ce ne peut être que par rapport aux fonctions végétatives, le fonctionnement du foie, de l'estomac, le nombre de globules rouges, l'immunologie, etc, mais certainement pas les yeux, les cervicales qui permettent de tourner la tête, certainement pas les muscles que ce soient du cou ou des jambes et même des phalanges ou des paupières, le coma, c'est zéro activité perceptive et réactive, sans être la mort totale. C'est pourquoi je me demande si M.Lambert est dans un sommeil qui dure depuis des années, avec des perceptions et réactions de pensées par rapport à ces perceptions même si ces pensées et réflexions sont très peu nombreuses et très peu intenses et peut-être pas, ou s'il est dans un état quasi-normal alternant veille et sommeil mais dans un état de paraplégie profonde, et je me demande si son coma est réellement un coma. De plus, les médecins n'ont pas l'air de considérer le coma tel que je viens de le (re-)définir, et donc s'il a été plongé dans un coma artificiel, à mon avis, ce n'est pas un coma, mais il a reçu une dose de sédatif qui lui permet de dormir plus longtemps et plus profondément que dans la vie courante. Je me demande donc s'il est dans le coma, ou bien s'il dort trente-six heures par tranches de quarante -huit heures à peu près ou quelque chose comme ça.

 S'il est possible de l'aider à réactiver ses jambes, ses bras, ses doigts, ses mâchoires, ce qui ne serait pas un miracle, mais simplement une réactivation de sa motricité, donc, une résurgence de ses zones cérébrales correspondantes correspondant à plus de veille, plus de conscience, plus d'intensité cérébrale, respectant les limites de tension du cerveau qui si je me souviens bien se situent à peu près à quatre-vingt-dix millivolts, cent correspondant au décès par surtension, s'il est donc possible de le sortir de son état de veille prolongée, alors, il pourra dire lui-même s'il était dans le coma ou bien complètement conscient, ou bien en état de demi-sommeil où sa conscience pouvait et pouvait parfois réagir par quelques pensées ou beaucoup de pensées.

 Je pense également que sa vie dérange certain.e.s pseudo-médecins, car effectivement, il y a peut-être des médecins traditionalistes qui cherchent à tuer tous.tes les handicapé.e.s, prétendant qu'il n'y a pas assez de place sur terre pour accepter des gens qui traînent la patte, prétendant régler les problèmes de surpopulation et de trou de la Sécurité Sociale ainsi qu'arriver au plein-emploi, mais peut-être qu'en plus, M.Lambert est témoin de ce qui se passe autour de lui, et peut-être que son peu d'activité cérébrale lui a quand même permis de percevoir des discussions de corrompu.e.s, peut-être même à travers les murs, de la violence sexuelle aussi peut-être sur des handicapé.e.s ou des infrmiers.ères, encore une fois derrière les murs mais peut-être aussi dans sa chambre d'hôpital, peut-être même qu'il en sait plus long que le directeur ou la directrice de l'hôpital sur ce qui s'y passe, et ça dérange peut-être et sans doute les pseudo-médecins, qui veulent peut-être tout simplement le faire taire définitivement pour qu'il ne témoigne pas.

 J'émets des hypothèses, effectivement, ça tourne un peu au polar, oui, je le dis clairement, oui, ça ressemble à un polar, les polars d'ailleurs étant des histoires vraies racontées a posteriori, puisque l'Histoire ne se raconte pas à l'avenir.

 Mais l'élément important pour le garder en vie, c'est qu'il est peut-être dans un demi-sommeil, car les muscles du cou lui ayant permis de tourner la tête, les muscles de ses paupières lui ayant permis des mouvements des yeux, ce ne sont pas des gestes inconscients, autant que des gestes dans le sommeil sont des réactions dont l'on ne se souvient pas forcément le lendemain que c'étaient des réactions conscientes dans le sommeil mais conscientes quand même et ne sont pas des réactions inconscientes. Je suis quasi-sûr, ayant de plus constaté malgré moi ce qu'est un coma, que ses gestes étaient et sont conscients, peut-être tels que dans le sommeil, mais peut-être aussi tels que dans la veille. Il a en gros peut-être les yeux grands ouverts et les oreilles grandes ouvertes, mais ses muscles sont faibles et son activité électrique cérébrale quasi-imperceptible au voltmètre et à l'ampèremètre. S'il a pleuré devant ou à côté de ses parents lors qu'il a su qu'il allait être, en gros, débranché, cette réaction a été une réaction forcément à cent pourcents sûr consciente: pleurer est une réaction réflexe mais par rapport à quelque chose qui blesse psychologiquement, qui fait réagir l'individu, l'individualité, et ne peut pas être un réflexe par rapport à une inconscience, pleurer inconsciemment n'existant pas. Il est possible de stimuler des larmes à partir de la radioélectricité, mais ça n'exprime alors rien, ça n'est pas une réaction logique, et ça échoue généralement, car alors, l'on se dit "eh, ça va pas la tête, je ne vois pas pourquoi je pleurerais sans raison".

 A partir de ma connaissance de la psychologie et de la psychanalyse, de plus du fait d'avoir terminé ma psychanalyse, sachant ce qu'est donc un coma concrètement, je me demande si ce qui est dénommé le coma de M.Lambert ne serait pas plutôt une paraplégie gravissime, mais qui peut évidemment se soigner comme toute maladie. Je soutiens donc la famille de M.Vincent Lambert et tous.tes celles et ceux qui les soutiennent pour que M.Vincent Lambert obtienne de véritables soins et qu'il soit gardé en vie. D'ailleurs, si M.Vincent Lambert sort de sa paraplégie, alors, ç'aura été une victoire médicale de plus, et le but de la vie n'est pas de tuer ni d'achever des malades, mais de sauver des vies si c'est possible, et c'est le but aussi de la médecine.

 La question, vous l'aurez peut-être compris, que je me pose sous-jacentement à cette histoire, c'est de savoir pourquoi certaines personnes se prétendant médecins veulent tuer cette personne. D'ailleurs, comme je l'ai déjà dit, suivant le serment d'Hyppocrate, un.e médecin n'a pas le droit d'abandonner son/sa patient.e.

 Je préfère ajouter ici que vous aurez compris à force de lire mes articles de blog, d'écouter ma musique, éventuellement lire mes partitions et lire mes ouvrages, que je ne suis nullement handicapé, et que donc, je ne l'ai pas été non plus. Donc, puisque je ne suis pas fou, mon article de blog, ici, a le poids, le sérieux et la valeur qu'il mérite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.