Une tartine de plus.

J'ai dit que j'en rajouterais une tartine, mais ce n'est pas croquignolesque, burlesque non plus, grotesque non plus, et ce n'est pas la dernière tartine que je rajouterai, sur ce qui s'est passé, car aucune histoire n'est inventée, et toutes les histoires se racontent au passé.

 J'ai commencé dans mon premier article de blog, ici, par exposer que depuis deux ans que l'URSSAF me demande des charges sociales uniquement sur une cotisation de Formation Professionnelle, depuis que j'ai reçu un refus pour des financements de stages, le Pôle Social du Tribunal de la Sécurité Sociale de la Cité Judiciaire à Dijon a estimé que je devais payer, malgré le fait que je n'ai ni chiffre d'affaires ni rémunération depuis plus de deux ans, puisque mon activité se limite depuis plus de quatre ans, à de l'auto-édition et de l'auto-production, ainsi qu'à de la recherche mathématique en acoustique et électroacoustique de façon à ce que je puisse me fabriquer moi-même mes instruments électroniques.

 Dans mon deuxième article de blog, toujours ici sur le site de ce journal éthique, j'exposai que le hasard n'existe pas et que donc l'incendie à la Cathédrale Notre-Dame de Paris n'était pas un hasard, ayant, sachant que donc le hasard n'existe pas, cet incendie a eu lieu le jour même où j'ai rencontré Madame la responsable du Pôle Social du Tribunal de la Sécurité Sociale. D'ailleurs, non seulement les attentats au Shri Lanka ne sont pas hasardeux non plus, même si je n'en ai pas la clé non plus, à part dire que les gens de droite laissant des coupables en liberté, ça ne peut pas m'étonner que tous ces faits criminels et délictueux aient et aient eu lieu depuis plus de six cent millions d'années, mais également, l'incendie dans cette deuxième église qui a eu lieu si je me souviens bien des infos de France Info, hier, n'est pas un hasard non plus, ce qui permet d'ailleurs de dire que les hasards n'existant pas, ce sont sans doute des incendies en série, des incendies criminels. Là non plus, je n'ai pas la clé de cette histoire, et concernant le passé, il n'y a rien à faire, à part peut-être déplorer, sachant que seul.e.s des coupables, des individus de droite peuvent y être mêlé.e.s.

 Dans mon troisième article de blog, j'ai exposé que j'ai obtenu mes trois unités de valeur principales concernant mon Diplôme de Fin d'Etudes Supérieures au Conservatoire de Dijon, et que la quatrième m'a été refusée pour des raisons de corruption notamment sans aucun doute, du pianiste accompagnateur le jour de l'épreuve, et que j'aurais donc du obtenir ma Médaille d'Or complétant les quatre UV nécessaires à l'obtention du bout de papier. Je pense d'ailleurs, qu'il y avait une crainte que je devinsse professeur de la part des gens de droite, ce que je n'ai jamais eu l'intention de devenir, même si j'ai défendu le Diplôme d'Etat devant des caméras de télévision aussi à l'époque en disant que quatre ans entre deux ouvertures de candidatures étaient un temps trop long et qu'il fallait repenser ce temps où le chômage pouvait se faire sentir au point de changer de métier, ce que je n'avais pas l'intention de faire non plus, de changer de métiers, autant qu'en ce moment non plus, non plus qu'à l'avenir.

 Ici, je vais exposer que j'ai un volet de cassé depuis le jour-même du début des manifestations des Gilets Jaunes, le 24 novembre, si je me souviens bien. J'ai demandé une expertise, et ai donc envoyé un courrier au Syndic de copropriété de mon bâtiment. Je pense que cette expertise n'est pas fiable, en ce sens que j'ai expliqué au réparateur que mon volet avait été cassé par le SAMU il y a une quinzaine d'années parce qu'une ancienne connaissance personnelle avait téléphoné à ce service social en pensant que j'étais en train de me suicider, alors que j'étais parti sans ouvrir mon volet, et, ayant expliqué ceci, j'ai également dit que sans doute le volet avait-il été réparé vite fait et mal fait. Mais j'ai également signalé que ce pouvait être un des nombreux impacts électriques que ce volet a reçus, qui ont conduit d'ailleurs à ce que le bras mécanique du volet a cogné contre mon piano électrique et ensuite sur un vieux néon que j'ai installé sur un mur et que je n'utilise plus depuis des années, mais resterait utilisable. L'assurance, sans considérer ici ce que j'en ai dit dans mon premier article de blog, auquel vous pouvez vous référer, m'a répondu, suite à un mail expliquant ceci, que ce n'était que l'usure normale du volet.

 Depuis, j'attends le réparateur. La date est effectivement le vingt-deux avril, soit cinq mois plus tard, cinq mois que je vis et travaille dans le noir en m'éclairant à l'électricité car je ne peux pas faire autrement. J'ai l'impression d'attendre Godot, téléphonant en vain au réparateur. Je tiens à préciser que la réponse que j'attendais de la part de la société d'assurance a été envoyée à l'adresse de mes parents, car je pense que cette société n'a peut-être (sic) pas compris que je n'habite pas chez mes parents, et que mon adresse personnelle n'a jamais été l'adresse de mes parents, contrairement à ce que l'ancien contrat d'assurances semblait stipuler, raison pour laquelle j'ai été signer un contrat cette fois-ci à mon nom.

 Des ondes radio, j'en prends plein la tête et en ai plein le dos quasiment nuit et jour, mais je ne suis sans doute pas la seule personne ciblée par les jaloux.ouses, les gens de droite, les gens qui surveillent, qui sont aux aguets, faisant attention au moindre mouvement de la pensée pour savoir si la Police est dans le coin ou pas, échouant à pousser au suicide, à électriser, à électrocuter, à énerver par irritation des nerfs auditifs ou des nerfs visuels, à pourrir les oreilles de leurs cibles en parlant à voix basse à travers les murs, à ne pas prononcer un son au maximum quitte à se pourrir les poumons pour faire ou ne pas faire entendre leur respiration et pour pressuriser des bâtiments pour empêcher ou faire respirer telle ou telle personne ou tel ou tel groupe de personnes, techniques de satanistes qui pourtant au départ n'étaient faites que pour prévenir des services de secours lors d'éboulements de terrain pour signifier sa présence sous un éboulis. Au Rwanda, ça se dénomme le kabanda ou le kubanda, quelque chose comme ça, en France, ça se dénomme le satanisme, je veux dire, la version invalide, pas celle pour se signifier à des services de secours, ici bien entendu soit distinct.

 Donc, des flux électriques qui traversent mon appartement, ça n'arrête pas. J'en avais l'intuition et la connaissance assez vague vers 2003 ou 2004, et déjà, je tentais de m'en protéger comme je pouvais. Le voisinage surveillant, prévenait mon père et celui-ci me faisait enfermer en psychiatrie. Je ressortais sans avoir changé d'avis, sans m'être remis en question. Et j'ai bien fait. Aujourd'hui, j'ai renforcé mon impédance corporelle, et la pratique des Arts Martiaux, notamment du Taï Chi Quan, m'ont permis de trouver l'énergie interne qui m'a permis de travailler sur le fait de conceptualiser historiquement l'histoire de cette électricité. C'a été complémentaire à la bonne direction que j'ai choisie de travailler l'acoustique, l'informatique, et l'électronique, à partir de mon niveau de maths datant du lycée et un peu plus. J'ai choisi cette direction de travail non pas par rapport à ces flux et impacts électriques dont France Info ne se prive pas suite à leur écoute du retour des ondes, puisqu'un haut-parleur est aussi en même temps un microphone, et qu'une résistance à un point d'une sinusoïde fait sentir une résistance équivalent au début de ladite sinusoïde et sur tout la longueur résistive concernée, modulant la fréquence en sons proportionnels mathématiques relativement à la hauteur du son bloqué et du son de l'onde bloquante, mais j'ai choisi cette direction d'études parce que j'ai remarqué qu'aucun son de machine ou logiciel musical n'est correct, notamment dans les sons d'usine qui font espérer que la version supérieure sera aboutie alors que ce n'est qu'à peine plus évolué, et notamment par rapport à l'un de mes logiciels principaux qui, à l'oscilloscope intégré au logiciel, me montrait une onde carrée qui n'était pas tout à fait carrée, c'est ce constat qui m'a décidé à travailler l'électroacoustique et l'acoustique. Et ça m'a conduit à auto-éditer plus de mille deux cents pages de philosophie et mathématiques de l'Acoustique il y a quelques semaines, que je rédige et ai rédigées depuis plus de quatre ans à travailler à peu près dix heures par jour même les dimanches, comme j'en ai l'habitude depuis plus de vingt ans.

 Là, même le volet fermé, j'ai encore aligné des pages de maths alors que ça fait à peu près trois jours que je ne suis pas sorti de chez moi.

 Les ondes radio, donc, peuvent, suivant ce que j'ai remarqué, constaté, et calculé, conduire à des doigts qui semblent faire des tics et des tocs, et besoin est de savoir si ce sont donc réellement des tics et des tocs, ou bien si ce sont des visées depuis des studios de radio, de télé, de la part du voisinage, depuis la rue, depuis quelques pâtés de maisons à côté, etc. Et puis, cette question des inversions de lettres me semblait bizarre, donc, j'ai été un des premier à alerter sur le fait que ce n'étaient pas des blocages hasardeux, et que sans doute y avait-il une surveillance de mes tapuscrits, notamment depuis les haut-parleurs de mon ordinateur ou peut-être Cortana alors que je l'avais débranchée et que mon ordinateur me l'a reconnectée sans doute une nuit pendant des réactualisations Windows, ou bien de la part de certain.e.s de mes voisin.e.s, relativement à l'Ecole de Commerce à quelques pas de chez moi qui a tenté de me faire enfermer sous prétexte que je les empêchais de bai...er, dépôt de plainte contre moi que la Police a refusé, au début du siècle et du millénaire. Car, ne nous mentons pas, les murs sont comme du papier mâché, et ne rien entendre de la part des voisins, que les sons de chez moi résonnent, ça ne peut pas être hasardeux non plus, ça traduit une surveillance de ma vie depuis des années. Quand j'en ai parlé à mon père, il m'a répondu "Mais non", et quelques semaines plus tard, j'étais de nouveau hospitalisé car il arrivait avec un médecin en me disant "Nirmel, les voisins se demandent ce que tu fabriques". Cette époque des hospitalisations est terminée, notamment depuis que j'ai été innocenté par le témoignage que j'ai obtenu.

 Mais, à propos, outre le fait que les médecins en ayant l'âge, dans la psychiatrie, ont en tout ou partie fait partie des médecins psychiatres de l'Armée notamment pendant les guerres d'Algérie, d'Indochine, au Rwanda, Congo, etc, et traînent leur boulet de fait, ces médecins m'ont proposé, en 2005 si je me souviens bien, dans un service fermé où j'ai mis un coup de tête de plus dans une fenêtre, les électrochocs si les médicaments ne fonctionnaient pas. C'est alors que la vérité s'est sue, et peu de temps après, j'ai su ce qui se racontait. Peu de temps après, j'ai revu un de caïds de l'époque de mon adolescence, qui m'a dit avoir trafiqué de la drogue aux USA, dans le seizième arrondissement de Paris, en Afrique, etc, et avoir fait deux ans de prison, deux ans si je me souviens bien. Pas plus? pourriez-vous me demander et me suis-je demandé. Oui, peut-être, si le tribunal qui l'a jugé entre autres jugements par rapport à ce type d'activités et notamment par rapport à cette affaire était aussi corrompu que le Tribunal qui m'exige de payer à l'URSSAF une somme régulière que je ne devrais pas payer et que je n'ai par logique pas à payer. Effectivement, c'est peut-être le tribunal de la même Cité Judiciaire, puisque le dealer sans doute proxénète peut-être en question, d'après le décodage de ce qu'il m'a raconté à demi-mots était originaire de Dijon. Ou alors, c'était un tribunal en lien avec la Cité Judiciaire de Dijon.

 Et puis, les armes électriques, ce sont des tentatives d'électrocutions, en fait, actes de torture condamnés d'avance, et qui ont eu lieu dans toutes les guerres et sans doute pendant le génocide au Rwanda, ainsi que tout ce qui s'y est passé depuis une centaine d'années à peu près, sans doute depuis que la pile électrique existe, car il n'y a pas eu que des baquets de piles de Leyde depuis à peu près le Moyen-âge.

 Alors donc, ceci confirme ce que je pensais, l'un de mes ancêtres qui n'est pas re-né depuis plus de cent ans, Shiva, le mathématicien, le savant, de même que Merlin était un savant au Moyen-âge, et pas un enchanteur, Shiva non plus, ni un ni des magiciens, la magie n'existant pas, ce mathématicien de ma famille connaissait le phénomène électrique, puisqu'il connaissait la musique et l'acoustique. D'ailleurs, oui, tout est vibratoire, et je peux ajoute à la suite de qui l'a dit, et je ne vous le dirai pas, que tout est acoustique, que les seules mathématiques qui existes sont celles de l'acoustique, qu'il n'y a pas de fin aux mathématiques, à l'acoustique, et que l'acoustique concerne deux domaines d'études: la musique et le bruit. En-dehors de ces deux notions concrètes, il n'y a rien ou alors le vide. Mon ancêtre Shiva connaissait ça par coeur, et rédigeait ça sur les murs de son troglodyte, sur des tablettes de boue séchée, sur des mandalas, avec des brindilles, etc, d'où il travaillait, le nord de l'Inde, après être né au Sud et avoir enseigné tout le long de son trajet du Sud de l'Inde au Nord de l'Inde, avant de s'établir dans le bas des montagnes de l'Himalaya, protégé et se protégeant contre l'asurisme, les mauvaises et les mauvais, repérables à leurs échecs scolaires et leurs actes de triche, leurs crimes et délits, leur caractère anti-démocrate, leur mentalité crasseuse et polluante, leurs ankyloses à essayer d'être les plus silencieux.euses possibles et de ne rien laisser sortir de leurs pensées en retenant leur souffle comme la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf, tentant d'éradiquer qui saurait que leur droitisme, le traditionalisme, a comme base marécageuse, le péché originel, la pédophilie.

 C'est tout ceci et encore plus de tartines de ma part, que les gens de droite me veulent taire, des taiseux.euses. A tel point que plusieurs fois dans ma vie, des gens, depuis des appartements, tandis que je passai dans la rue, m'ont déjà dit des "Ferme ta gueu...e" à l'emporte-pièce. J'ai généralement ignoré ces ignorant.e.s, ces asuras, ces médiocres, ces gens de droite, ces pédophiles-monarchistes.

 J'accuse dans mes articles? Oui. Un psychologue un jour, ayant lu certains de mes poèmes, m'a dit en croyant faire le malin "Il n'y a pas de pause". Je ne lui ai répondu que ce mot: "Oui".

 Il n'y a ni pause ni retour en arrière, et tant mieux.

 Il n'y a pas d'effacement des fautes des asuras.

 Il n'y a pas d'intervention divine et les miracles ne sont pas miraculeux.

 ... comme il n'y a pas de Satan, comme "la Fin de Satan" de Victor Hugo et moi-même le prouve et l'a prouvé dès que Victor Hugo a reposé sa plume ou son stylo lors du dernier vers de cet ouvrage, figeant pour l'éternité ses ouvrages en oeuvre, puisque, Satan mort, le satanisme a continué.

 Il n'y a pas de Satan comme de disculpation.

 Le masochisme des gens de droite est prouvé et ne les intéresse même pas.

 La pédophilie qui définit le traditionalisme et le monarchisme, la mentalité de droite n'intéresse même pas les pédophiles, les gens de droite, les traditionalistes, les monarchistes.

 Il n'y a pas de transmission de pensée, ce que les gens de droite ne comprennent pas, la Terre n'étant pas plate, ce que les gens de droite ne comprennent pas, les projections ne pouvant pas aboutir, ce que les gens de droite ne comprennent pas, il n'y a pas besoin de vérifier que le créationnisme n'est ni création ni l'explication de la naissance de l'Univers, ce que les gens de droite ne comprennent pas. Il n'y a pas de manipulation, ce que les gens de droite ne comprennent pas, ni de discrétisation de l'Histoire, à part éventuellement sur le papier, ce que les gens de droite ne comprennent pas.

 Il n'y a qu'avec les gens de droite que la pédagogie ne fonctionne pas.

 Et les Socialistes sont le caractère à qui il n'y a rien besoin d'expliquer pour comprendre quelque chose.

 Ainsi, si vous avez les doigts qui bougent tout seuls sur le papier, demandez-vous comment ça se fait, par rapport à la surveillance sur internet, par rapport aux ondes radio, par rapport aux ondes télé, par rapport aux postes télé et aux téléphones portables autour de chez vous, par rapport à la surveillance via votre téléphone qui a pourtant l'air bien raccroché, mais dont l'écouteur peut aussi être un microphone, avant de vous demander si c'est vous qui déconn...z. A force d'étudier les mathématiques, l'acoustique, je pense que les trois quarts de ce que vous pensez être des tics nerveux ou des gestes inconscients, ne sont que des flux et impacts électriques, notamment depuis des studios de radio ou de télé, des pigistes qui lisent des news à la radio d'après des articles de journalistes, pas exemple, et qui font ça dans le secret de studios de radio où il n'y a pas même d'ingénieur.e du son, en passant leur temps plus à l'écoute de ce que vous pensez par rapport au retour des ondes ou l'espionnage par vos voisin.e.s, qu'à se concentrer sur la lecture de leur bla-bla répétitif. Ces flux électriques et impacts électriques ne sortent pas de nulle part. le hasard n'existe pas. La plus belle preuve que j'ai raison, c'est l'état de mon volet, bloqué fermé, et le fait qu'un impact d'arme électrique dans le bras articulé de mon volet a fait voler dans l'appartement ce bras mécanique à tel point qu'un néon en a été cassé.

 Eh oui, je ne délire pas, j'étudie. Je suis comme avait déjà dit un sage dans ma famille, parmi mes ancêtres non-nés à l'heure actuelle, un éternel étudiant qui pourtant ne va pas à l'école, et j'en vis et j'en améliore ma vie. Vivre sans étudier n'est pas vivre, c'est perdre son temps, comme faire du son sans dire quelque chose de Beau, de Juste, par ce ou ces sons, n'est pas faire de la musique, c'est faire du bruit. Tout ce qui est réfléchi doit être réfléchi suivant la vertu du Juste pour que ce soit réellement réfléchir, tout l'irréfléchi n'est que bruit, et ça, c'est autant dans le solfège, la philosophie, la peinture, la vie elle-même, etc, que dans... les maths de l'acoustique. Réfléchir juste est harmonieux, le reste n'est que ruine de l'âme.

 Alors, si parmi vous, des gens m'ont accusé ou m'accuseraient encore, ce que je sais, sachez que je ne cherche ni n'ai cherché à vous convaincre ou savoir ce que vous racontez et racontiez, car ça ne m'apporterait rien de l'avoir su comme de le savoir, car si vous m'accusez, c'est que vous êtes monarchistes-pédophiles, et ce savoir, petit savoir face à ce qu'est le Savoir, me suffit pour vous bannir de la civilisation et de l'Univers, en laissant vos molécules partir ioniquement constamment dans les quasars n'en jamais ressortir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.