Où les traditionalistes auraient aimé me voir

Je vous donne un lien sur l'une de mes deux pages sur youtube. C'est un résumé rapide d'un reportage d'une heure-et-demie, de mémoire, qui raconte les éléments principaux relatifs au génocide au Rwanda, tel que d'après ce qui était connu vers 2010 du grand public. Il y a des gens dont j'ai fait le deuil en 1990. Depuis 1994, pour les traditionalistes, ce n'est pas la peine d'espérer.

  Je vous donne un lien sur l'une de mes deux pages sur youtube. C'est un résumé rapide d'un reportage d'une heure-et-demie, de mémoire, qui raconte les éléments principaux relatifs au génocide au Rwanda, tel que d'après ce qui était connu vers 2010 du grand public. Il y a une partie de gens dont j'ai fait le deuil en 1990, relativement à ma vie personnelle. Depuis 1994, pour les traditionalistes, ce n'est pas la peine d'espérer une intégration.

 Il y a eu des bains de sang, et ce reportage permet de savoir que ce sont les traditionalistes qui sont responsables des bains de sang de l'Histoire. Il n'y avait ni preuves ni témoins, même si c'était su de tout l'Univers. Depuis ce reportage, images d'archive comprises, extraits télévisuels compris, les preuves s'accumulent.

 Les traditionalistes sont responsables de ces crimes et délits, seul.e.s coupables, et les sarozystes-macronistes, je pourrais même rajouter d'estainguistes et reine-d'Anglettistes, voire le terme terroristes, sont responsables de ce génocide au Rwanda, c'est su évidemment de tout le monde et de tout l'Univers, tant ç'a été informé et tant il y a eu d'ondes radio sur le sujet.

 Il est donc évident que les faits de cannibalisme, de viols, notamment de bébés et vieillard.e.s, les dépeçages et autres actes de torture(s), sont le rêve cauchemardesque des traditionalistes, qui finissent par en naître trisomiques et par finir dans les pires maladies de fin de vie.

 Vous me direz que c'est à la hauteur des crimes et délits de leurs victimes. Pas sûr. Alors donc pourquoi le divin tolère ce type d'actes, me demanderez-vous? Je réponds que ce n'est pas parce qu'une personne, surtout à quatre ans, a lâché un verre vide par terre et qu'il s'est cassé, qu'il faudrait le pendre en le fouettant et en le violant, quitte à lui arracher au canif les intestins.

 Et concernant le fait de ressortir des individus par l'engendrement, la génétique, ce qui se dénomme la réincarnation dans le brahmanisme, l'hindouisme, et se dénommait la transmigration des âmes dans le premier catholicisme, qui punit les crimes et délits des vies passées? La réponse, c'est: la biologie, non pas par des punitions, mais par des refus de récompenses. Le passé et la qualité des hormones, qui ont pour origine le cerveau, l'hypophyse, c'est la même chose, mais dans deux domaines d'études différents, ce qui se dénomme en mathématiques, un dualisme, mais n'est pas un duellisme, ce ne sont pas deux choses, mais, dit en langage mathématique, en langage acoustique, deux choses endomorphiques, c'est la même chose mais sous deux angles d'observation différents, pour expliquer rapidement.

 Ces actes de torture sont interdits pendant les guéguerres, et déclarer une guéguerre est interdit depuis 1929 par le Pacte de Kellogs-Briand, car il y est dit que les seules guéguerres autorisées sont celles préventives, or la guéguerre ne peut pas être préventive. Ce pacte a été signé pour l'Eternité, sans date de fin de durée de validité, internationalement.

 Et quand d'Estaing et les macronistes-sarkozystes-reined'angleterristes-terroristes ont calculé la date où j'aurais pu être à l'armée, pendant mon service militaire, j'aurais selon elles et eux du être dans le génocide au moment où il s'est produit. Ce qui a fait que je n'y ai pas été, que j'ai été déclaré P4 est que les médicaments sans opiacées n'existaient pas et que des coupables se demandaient pourquoi il était quasi-impossible de me les faire côtoyer et parler, ce qui a été prétendument été diagnostiqué comme de la folie, alors que simplement je ne vois pas pourquoi j'aurais eu envie de discuter avec des imbéciles. La preuve que j'ai raison est le génocide de ces imbéciles au Rwanda. L'explication est dans ce reportage, j'ai placé deux extraits de la bande-annonce, deux extraits d'un quart d'heure, à cette adresse internet: https://www.youtube.com/watch?v=AxAzLX4R3Bk . Cliquez sur le lien, vous aurez la première vidéo d'un quart d'heure. Vous pouvez sans aucun doute trouver le reportage complet sur internet, via votre moteur de recherche.

 J'ai déjà explique dans mes articles précédents cette situation, et ces images ne cherchent pas à traumatiser, mais à montrer la réalité à ne pas cacher, ainsi qu'à montrer des documents officiels prouvant ce qui s'est passé, que le terme de françafrique n'est pas une débilité linguistique, mais a un sens, comme terme nouveau, que je propose comme pouvant entrer dans le dictionnaire.

 Ce que je veux dire de plus que dans mes précédents articles, est que, relativement à mes activités relatives à l'ONG Club de Solidarité affilié à l'UNESCO, quand j'étais enfant puis adolescent, notamment, il y a un avant le génocide au Rwanda, et un après le génocide. Ce que le Club cherchait à faire en 1985, que tous les enfants du monde puissent se donner la main, n'est plus faisable pour les générations de l'époque, car ce qui s'est passé historiquement à l'époque a conduit à ce génocide.

 La question est alors, "est-ce que les générations post-génocide rwandais peuvent réaliser ce projet d'un terre de solidarité"? Oui, s'il s'agit d'économie, d'institutions telles la Sécurité Sociale, etc, le socialisme étant toujours possible et la seule possibilité valable, écologie interne au socialisme comprise, mais pour ce qui est d'un pardon, il vaut mieux savoir que ce pardon n'existe pas, comme la pitié ou la compassion, ça n'existe pas, et pour ce qui est d'intégrer des lignées familiales qui depuis beaucoup plus de deux cent mille ans ne sont que des génocidaires de près ou de loin participant à ces génocides, alors, ce n'est plus faisable. Ce n'était déjà pas faisable, me direz-vous. Oui, car il y a à tenir compte de la mentalité des personnes pour ce qui est de fonder une famille, mais je vous l'ai dit, là, ce génocide, c'est sous le nez de tout le monde qu'il y en a les preuves, et en voyant ces images, qui ne sont pas du cinéma, ça n'est pas possible de pardonner, autant que ce n'est pas pour autant qu'il y a une notion de vengeance dans cette absence de pardon, c'est simplement que ce génocide est représentatif de la réalité de la Shoah, des tranchées en 14-18, etc, etc. Et les populations font toutes le tri dans les individus dans les familles, les gens qui naissent des familles de génocidaires ne naissent pas de la cuisse de Jupiter, ni de nulle part, n'ont pas une absence de vies précédents, et ce sont ces mêmes individus pour la plupart qui ont permis, générations après générations, les génocides dont celui au Rwanda, ne nous voilons pas la face, ne faisons pas la politique de l'autruche, à mettre la tête dans le sable pour ne pas voir la réalité. Les trois singes ne se moquent pas, vous savez, ces trois petits singes de la culture dite africaine, l'un se cache les yeux, le deuxième se bouche les oreilles, le troisième se met la main devant la bouche, ces trois petits singes disent chacun "oulàlà, ça va leur tomber sur la tête", "ouilleouilleouille, je veux pas voir la bouillie que ça va faire", "aïeaïeaïe, je peux plus rien faire, c'est déjà trop tard pour dire quelque chose". L'on en est là. Il y a intrinsèquement à la politique et aux situations sociales, des règlements de compte, par rapport au génocide au Rwanda, et par rapport aux autres génocides, car la preuve est faite que les crimes et délits, la pédophilie comme les actes de torture et même les écocides, les péchés, sont la faute des traditionalistes, des gens de droite. Alors, la solution? Je l'ai déjà dit dans mes articles précédents.

 Alors, pour terminer cet article de blog, j'ai dit quelques mots de 1985, je tiens à redire une fois ici que les débats que vous entendez à la radio ou la télé en 2019, ces débats ont eu lieu sans journalistes généralement, parmi les ONG devant moi pour certains, quand j'étais adolescent, quand j'avais dix ou quatorze ans, dans les années 1980. Et si les journalistes en parlent aujourd'hui, c'est premièrement parce que ça ne pouvait pas être des débats refusés par le grand public, donc c'est logique, mais aussi parce que des gens comme Lagardère essaient de se justifier, sans le pouvoir. D'ailleurs, il y a quelque chose que je me demande, c'est ce décès de Solenn Poivre d'Arvor, j'en ai dit pas mal de posts sur ma page facebook, j'ai écrit une musique en hommage à son combat contre les médecins corrompu.e.s, j'ai imaginé pas mal de choses pour expliquer qu'elle ait pu se jeter sous un train de métro, mais au lieu de penser que c'était un suicide, je pense qu'en fait c'est un meurtre, et j'y ai repensé notamment depuis que je sais que les suicidé.e.s sont en fait des victimes de meurtres, car ce n'est pas se suicider qui existe, mais être poussé.e au suicide qui existe. Est-ce qu'elle n'aurait pas essayé par hasard, le hasard n'existant pas, de dire quelque chose de ce qui allait se passer, savait-elle quelque chose qu'il fallait d'après les coupables lui faire taire, comme pour M.Vincent Lambert? Je pense que oui. Elle savait quelque chose qui accusait de façon importante. Peut-être même que si elle avait eu accès à TF1, media de la bande à Lagardère et Dassault, les petites copains de Sarkozy et les juppettes, Macron sans doute compris, d'Estaing de façon sûre et certaine, Chirac évidemment, elle aurait pu faire quelque chose pour empêcher ce génocide. Je me le demande. Et ça ne restera pas sans réponse, car un problème sans solution est une solution, une question sans réponse est une réponse, pas une question, or s'il y a question, c'est qu'il y a réponse possible.

 Alors, les deux idiotes juppéistes à Levallois-Perret qui ont préféré être coupables, c'est comme Chirac, ce qu'ils et elles ont fait de bien, prétendûment de toute façon, n'est qu'une tentative pour mettre un écran devant les yeux pour ne pas voir leur mentalité pourrie, et par rapport à cette affaire du Rwanda, ça raconte quoi? J'aimerais bien le savoir.

 J'en rajouterai une tartine plus tard.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.