à l'instant, une tartine de plus...

Je viens de poster ce message, je dirais, à toute la population dijonnaise, de façon à ce qu'une décision du Tribunal de Dijon ne devienne pas une jurisprudence injuste à appliquer dans la Loi à l'avenir. J'ai envoyé ce post à M.François Rebsamen, M.le Maire de Dijon, de façon à ce que lui-même et toutes les personnes qui ont accès à sa page facebook soient informé.e.s.

 Je viens de poster ce message, je dirais, à toute la population dijonnaise, de façon à ce qu'une décision du Tribunal de Dijon ne devienne pas une jurisprudence injuste à appliquer dans la Loi à l'avenir. J'ai envoyé ce post à M.François Rebsamen, M.le Maire de Dijon, de façon à ce que lui-même et toutes les personnes qui ont accès à sa page facebook soient informé.e.s.

 Voici:

 "Bonjour. Ce n'est pas que je souhaiterais déclencher un conflit en mettant mon post à cet endroit, mais je préfère, pour informer. Je vous ai déjà exposé, ici, sur votre page facebook, que des voisin.e.s passent leur temps à surveiller mes moindres faits et gestes et que certain.e.s m'accusent illégitimement d'avoir provoqué un dégât des eaux chez eux/elles. Je vous ai égalemen,t informé que l'URSSAF me demande des charges sociales relativement à des cotisations de Formation Professionnelle, pour préciser, alors que les Impôts, les Caisses de Cotisations pour ma condition de Travailleur Indépendant, etc, savent que j'ai zéro euros zéro centimes de chiffre d'affaires depuis des années, que mon travail est l'auto-production d'audios et l'auto-édition d'ouvrages littéraires et mathématiques, et que j'ai un contrat de distribution qui n'a jamais été respecté pour mes auto-produits, et que je n'ai pas une seule vente pour mes auto-éditions, de même que ma musique et jusqu'à certaines parties de ma page facebook se sont retrouvé.e.s sur des sites illégaux. J'avais donc déposé plainte contre l'URSSAF. Le Tribunal de Dijon n'en a pas tenu compte et a par contre, au bout de plus de deux ans de courriers, mails, et déplacements uniquement de ma part, après [avoir] que j'ai* réussi à empêcher les huissiers de lister autant mes meubles que mes ouvrages picturaux et électroniques, électroniques et autres qui font partie du secret industriel puisque je suis en train de fabriquer un ordinateur qui me servira à auto-produire des audios de meilleure qualité que n'importe quel ordinateur, décidé que l'URSSAF a raison en ayant tort, et me convoque en audience à un procès. J'ai donc déposé plainte pour tentative d'extorsion de fonds par l'URSSAF, et je me retrouve accusé. Puisque ce fait plusieurs fois que l'on me demande des preuves d'innocence, je vous demande d'intervenir afin que Justice soit faite une bonne fosi pour toutes, pour que personne n'ait à l'avenir besoin de s'en préoccuper de nouveau. Je fais ma demande ici parce que je souhaite que qui a accès à votre page peut en être informé.e, divulguer publiquement dès ce soir. Je peux vous dire de plus, que vous pouvez lire des précisions sur cette histoire qui ne me rendra ni fou ni malade ni soumis, ni soumise d'ailleurs non plus, via ma page de blog sur le site de journalisme indépendant de mediapart.fr , puisque je n'ai pas attendu pour informer officiellement. Si vous estimez comme moi que la Cour Pénale Internationale, relaitvement au génocide au Rwanda, car je suis sûr et certain que ce que je dis ici a rapport avec ce qui s'est passé en 1994 au Rwanda, vous pouvez le faire, vous-même ou bien qui lirait ce post présent et se dirait que ce serait important pour la CPI de lire ce post ainsi que mes articles de blog. Vous remerciant de votre sollicitude, recevez, Monsieur le Maire de Dijon, M.Rebsamen, l'expression de ma considération la plus sociable."

 Les faits que je relate prouvent que j'ai raison, car cette situation, depuis plus de deux ans, ne fait que s'aggraver, alors que je suis accusable de rien.

 J'en rajouterai une tartine plus tard.

Note de bas de page: * "que j'ai": amélioration grammaticale il y a une ou deux minutes à la place de "avoir" dans mon post original de même qu'ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.