TRI MEURTIER ÂGISTE ET VALIDISTE DES PATIENTS COVID19 - ANALYSE STATISTIQUE

TRI MEURTIER ÂGISTE ET VALIDISTE DES PATIENTS COVID19 PAR MANQUE DE RESPIRATEURS ET DE LITS - ET UNE NOUVELLE BOMBE, ET UNE TRÈS MAUVAISE NOUVELLE POUR SALOMON (QUI A CACHÉ CES CHIFFRES AU PUBLIC) : L'ANALYSE STATISTIQUE DE L'ACCÈS DES PERSONNES ÂGÉES À LA RÉANIMATION PENDANT LA PREMIÈRE VAGUE DE PANDÉMIE...

Par François Pesty pour France Soir, Publié le 10/07/2020 (extrait)

Chronique Covid N°7: « Nos aînés, les plus de 75 ans, ont été massivement exclus des réanimations »

Publié le 10/07/2020

 

"« Des médecins coordonnateurs d’établissements médicaux sociaux (lui) ont fait part de difficultés de la régulation pour la prise en charge de leurs malades qui se sont vu opposer des refus. Ces refus relevaient-ils de la décision du régulateur du 15, ou était-ce une consigne ? ». Le député poursuit en demandant qu’on lui précise le pourcentage de personnes de plus de 75 ans qui se trouvaient en réanimation avant la crise du Covid, donc au dernier trimestre 2019, et après le 1er mars.

Parce qu’il y a intuitivement l’idée qu’une forme de régulation a été effectuée en fonction de l’âge. Cette question est grave et essentielle ».

Le DGS, lui répond « c’est une question majeure, et on vous donnera tous les résultats, mais… l’âge médian de réanimation n’a pas évolué, mais je vous donnerai tous ces chiffres, car ils sont publiés dans le bilan »

Peu convaincu par les réponses du Directeur Général de la Santé, je me disais qu’il serait probablement intéressant de rechercher et d’analyser les données de répartition selon l’âge des patients en réanimation, mentionnées par Jérôme Salomon, et ce, à deux reprises…

Méthodologie de l’analyse : Les 16 « Points épidémiologiques hebdomadaires » couvrant la période du 15 mars au 2 juillet 2020 ont été téléchargés et les données extraites et saisies dans un tableur.

Les graphiques suivants présentent l’évolution par classes d’âges des hospitalisations pour covid-19 entre le 15 mars et le 30 juin 2020.

Le premier graphique concerne nos aînés les plus âgés, à savoir la classe d’âges suivie à l’hôpital par Santé Publique France des personnes de 75 ans et plus. La courbe continue présente les données d’hospitalisation, tous services confondus (réanimations et unités de soins intensifs compris). La courbe en pointillés est celle des hospitalisations des plus de 75 ans en réanimation.

Alors que cette classe d’âges rassemblait le plus grand nombre des patients hospitalisés (tous services), nous observons un effondrement de la proportion des +75 ans hospitalisés en réanimation, passée de 37% le 15 mars à 14% au pic de mortalité à l’hôpital (6 avril 2020). Une présence réduite qui n’a que très peu évolué par la suite (maintenue entre 15% et 19,5%).

Il apparait clairement que cet effet de ciseaux ne peut s’expliquer que par une exclusion brutale des plus de 75 ans refusés à être admis en réanimation.

Difficile de croire dans ces conditions brutales de changement que l’âge médian des patients en réanimation n’a pas évolué, comme l’a affirmé le Directeur général de la santé.

En réexaminant les données issues des fichiers nominatifs de décès toutes causes confondues de l’INSEE, présentées dans la chronique précédente, et en les remettant en perspective avec le seuil de 75 ans et +, retenu à l’hôpital par Santé Publique France, le tableau suivant nous indique qu’au moins 70% (69,4% à 73,6%) des décès toutes causes pendant les pics de mortalité des 5 dernières épidémies à virus respiratoires (les syndromes grippaux en 2017, 2018, 2019, 2020 et le SARS-COV-2 en 2020) s’observent dans cette classe d’âges.

Le graphique suivant qui prend en compte les 5 classes d’âge retenues par Santé Publique France pour son suivi hospitalier, permet d’observer que mécaniquement, les classes d’âges plus jeunes ont profité de cette exclusion des + de 75 ans pour accroitre leur présence en réanimation. Dans l’ordre, les 45-64 ans (jaune pointillé), les 65-74 ans (rouge pointillé), les 15-44 ans (bleu pointillé)

Le suivi d’un autre indicateur rapporté dans les « points épidémiologiques hebdomadaires » de Santé Publique France », à savoir l’évolution du poids de chaque classe d’âges dans le cumul des décès à l’hôpital depuis le 1er mars, observée entre le 15 mars et le 30 juin 2020, objective une diminution des plus de 75 ans, qui passe de 80% à 70% du total des décès.

Alors bien évidemment, ces plus de 75 ans qui étaient refusés en réanimation, ont pu mourir non pas seulement à l’hôpital, dans d’autres services, mais aussi à leur domicile, dans les EHPADs où ils sont retournés, dans les établissements de SSR, échappant ainsi au décompte officiel…

Ces deux indicateurs d’analyse de niveau national, sont des arguments robustes pour affirmer que contrairement à ce qui a été dit, les hôpitaux (publics) ont bel et bien été submergés par la vague et que l’objectif hospitalo-centré de « l’aplatissement de la courbe » a été un échec retentissant (nous en reparlerons)." ....

http://www.francesoir.fr/societe-sante/chronique-covid-ndeg7-nos-aines-les-plus-de-75-ans-ont-ete-massivement-exclus-des

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.