Non aux JO 2024 à Paris
Le collectif NON aux JO 2024 à Paris lance un appel à référendum : les JO seraient une catastrophe budgétaire, économique et écologique.
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2019

Non aux JO 2024 à Paris
Le collectif NON aux JO 2024 à Paris lance un appel à référendum : les JO seraient une catastrophe budgétaire, économique et écologique.
Abonné·e de Mediapart

NOlympics Anywhere : Une déclaration commune de solidarité

Le 27 juillet 2019 a été marqué par une déclaration commune de solidarité des organisations en lutte contre les JO de par le monde.

Non aux JO 2024 à Paris
Le collectif NON aux JO 2024 à Paris lance un appel à référendum : les JO seraient une catastrophe budgétaire, économique et écologique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce 27 juillet 2019 a été marqué par une déclaration commune de solidarité des organisations en lutte contre les JO de par le monde

NOlympics Anywhere :


Non JO 2024

         La portée et l’ampleur des événements peuvent varier, mais les conséquences que les Jeux Olympiques déclenchent partout sont les mêmes : expansion de la surveillance policière et militaire, corruption endémique, gaspillage financier, dégradation de l’environnement, déplacement massif de gens et violation des droits individuels.

         Ces résultats ne sont pas les symptômes d’un projet qui serait par ailleurs anodin. C’est la conception même des Jeux Olympiques qui en est la cause et servent les besoins et les objectifs des organisateurs des Jeux, ainsi que leurs intérêts les plus puissants et les plus élitistes au monde. Il s’agit d’événements extrêmement politiques qui amènent les athlètes à s’affronter sous la bannière du nationalisme, tout en exacerbant les rivalités et les conflits internationaux.

Malgré l’affirmation selon laquelle les Jeux Olympiques transcendent la violence des guerres et des conflits, ils fournissent une excuse pour exploiter les habitants, opprimer les personnes déjà marginalisées et profitent à un petit nombre des riches, sous prétexte de célébrer la victoire des athlètes qui montent sur le podium. Cela est vrai quelque soit l’endroit où ont lieu les Jeux et c’est insupportable.

         L’urgence de la crise sociale et environnementale n’a jamais été aussi forte. L’accès au logement est devenu de plus en plus difficile ces dernières décennies partout dans le monde. Le pouvoir que la technologie procure à la police et aux forces militaires a permis d’accroître la surveillance des populations et ce de façon toujours plus insidieuse. Nous sommes au bord d’une catastrophe écologique.

C’est en ce moment de fragilité mondiale que nous pouvons le moins nous permettre des Jeux Olympiques et sa corruption qui partout exacerbent problèmes et crises auxquels nos villes sont confrontées.

         Les membres du Comité International Olympique (CIO) savent que leur modèle est en crise. Ces dernières années, partout où les habitants ont eu l’occasion d’exprimer leur opinion sur les candidatures, la réponse a presque toujours été NON. Et aujourd’hui, nous voulons souligner que les maigres promesses du CIO concernant la réforme de la procédure et des frais de candidature ne sont pas suffisantes. Tant que nous ne supprimerons pas les incitations à l’exploitation et au profit qui piègent actuellement le sport mondial, aucune réforme ne sera suffisante. Tant que nous ne supprimerons pas les incitations qui poussent les politiciens à se positionner du côté des JO pour servir les caprices de l’élite mondiale au lieu de répondre aux besoins de leurs électeurs, aucune réforme ne sera suffisante.

         Au lieu des Jeux Olympiques, nous voulons des logements pérennes et réellement abordables pour tous les habitants de nos villes, dans un environnement sain et durable, avec un accès à l’emploi, à l’éducation et à la culture. Au lieu des Jeux Olympiques, nous voulons repenser radicalement les méthodes de surveillance et de maintien de l’ordre existantes afin que nos communautés les moins favorisées, minoritaires et immigrantes ne soient plus criminalisées pour leur existence et leur survie. Au lieu des Jeux Olympiques, nous voulons avoir le pouvoir de décider de ce qui se passe dans nos villes en fonction de nos besoins réels, et non des intérêts spéculatifs de l’élite financière mondiale.

         Aujourd’hui, cette vision pour nos villes est loin d’être une réalité. Les crises liées aux déplacements, à la pauvreté, à l’autoritarisme, au fascisme, à l’effondrement de l’environnement etc. se font sentir dans le monde entier. Dans chacune de nos villes et communautés, nous en ressentons les effets quotidiens. Nous reconnaissons que les mêmes forces, les mêmes institutions et les mêmes individus responsables de l’organisation des Jeux Olympiques dans nos villes sont responsables de chacune de ces crises. Les politiciens, les grandes entreprises et les spéculateurs immobiliers qui forment le réseau mondial du pouvoir en faveur des Jeux Olympiques n’offriront jamais de réformes significatives parce qu’ils profitent directement de ces crises.

         Désormais nous sommes solidaires ; nous ne nous opposons pas seulement aux Jeux Olympiques dans les villes d’où nous venons. Nous ne voulons pas que les Jeux Olympiques trouvent d’autres villes organisatrices pour épargner nos villes de Tokyo, Paris et Los Angeles. Nous ne sommes pas seulement aux côtés de nos frères de Rio et de Pyeongchang, et aux côtés des communautés du monde entier qui ont été touchées par les Jeux ou qui y ont résisté avec succès dans le passé. Nous allons plus loin : nous exigeons la fin du Comité International Olympique. Tant que les forces corrompues qui sont à l’origine de ces événements parasites n’auront pas abandonné le contrôle, nous nous opposerons aux Jeux Olympiques partout.

Les collectifs signataires :

Anti Pyeongchang Olympics Alliance
Hangorin no kai  No Olympics 2020
No Thank You to 2020 Olympic Disasters Link
NOlympics LA
NON aux JO 2024 à Paris

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard