Non aux JO 2024 à Paris
Le collectif NON aux JO 2024 à Paris lance un appel à référendum : les JO seraient une catastrophe budgétaire, économique et écologique.
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2019

NOlympics Anywhere : Une déclaration commune de solidarité

Le 27 juillet 2019 a été marqué par une déclaration commune de solidarité des organisations en lutte contre les JO de par le monde.

Non aux JO 2024 à Paris
Le collectif NON aux JO 2024 à Paris lance un appel à référendum : les JO seraient une catastrophe budgétaire, économique et écologique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce 27 juillet 2019 a été marqué par une déclaration commune de solidarité des organisations en lutte contre les JO de par le monde

NOlympics Anywhere :


Non JO 2024

         La portée et l’ampleur des événements peuvent varier, mais les conséquences que les Jeux Olympiques déclenchent partout sont les mêmes : expansion de la surveillance policière et militaire, corruption endémique, gaspillage financier, dégradation de l’environnement, déplacement massif de gens et violation des droits individuels.

         Ces résultats ne sont pas les symptômes d’un projet qui serait par ailleurs anodin. C’est la conception même des Jeux Olympiques qui en est la cause et servent les besoins et les objectifs des organisateurs des Jeux, ainsi que leurs intérêts les plus puissants et les plus élitistes au monde. Il s’agit d’événements extrêmement politiques qui amènent les athlètes à s’affronter sous la bannière du nationalisme, tout en exacerbant les rivalités et les conflits internationaux.

Malgré l’affirmation selon laquelle les Jeux Olympiques transcendent la violence des guerres et des conflits, ils fournissent une excuse pour exploiter les habitants, opprimer les personnes déjà marginalisées et profitent à un petit nombre des riches, sous prétexte de célébrer la victoire des athlètes qui montent sur le podium. Cela est vrai quelque soit l’endroit où ont lieu les Jeux et c’est insupportable.

         L’urgence de la crise sociale et environnementale n’a jamais été aussi forte. L’accès au logement est devenu de plus en plus difficile ces dernières décennies partout dans le monde. Le pouvoir que la technologie procure à la police et aux forces militaires a permis d’accroître la surveillance des populations et ce de façon toujours plus insidieuse. Nous sommes au bord d’une catastrophe écologique.

C’est en ce moment de fragilité mondiale que nous pouvons le moins nous permettre des Jeux Olympiques et sa corruption qui partout exacerbent problèmes et crises auxquels nos villes sont confrontées.

         Les membres du Comité International Olympique (CIO) savent que leur modèle est en crise. Ces dernières années, partout où les habitants ont eu l’occasion d’exprimer leur opinion sur les candidatures, la réponse a presque toujours été NON. Et aujourd’hui, nous voulons souligner que les maigres promesses du CIO concernant la réforme de la procédure et des frais de candidature ne sont pas suffisantes. Tant que nous ne supprimerons pas les incitations à l’exploitation et au profit qui piègent actuellement le sport mondial, aucune réforme ne sera suffisante. Tant que nous ne supprimerons pas les incitations qui poussent les politiciens à se positionner du côté des JO pour servir les caprices de l’élite mondiale au lieu de répondre aux besoins de leurs électeurs, aucune réforme ne sera suffisante.

         Au lieu des Jeux Olympiques, nous voulons des logements pérennes et réellement abordables pour tous les habitants de nos villes, dans un environnement sain et durable, avec un accès à l’emploi, à l’éducation et à la culture. Au lieu des Jeux Olympiques, nous voulons repenser radicalement les méthodes de surveillance et de maintien de l’ordre existantes afin que nos communautés les moins favorisées, minoritaires et immigrantes ne soient plus criminalisées pour leur existence et leur survie. Au lieu des Jeux Olympiques, nous voulons avoir le pouvoir de décider de ce qui se passe dans nos villes en fonction de nos besoins réels, et non des intérêts spéculatifs de l’élite financière mondiale.

         Aujourd’hui, cette vision pour nos villes est loin d’être une réalité. Les crises liées aux déplacements, à la pauvreté, à l’autoritarisme, au fascisme, à l’effondrement de l’environnement etc. se font sentir dans le monde entier. Dans chacune de nos villes et communautés, nous en ressentons les effets quotidiens. Nous reconnaissons que les mêmes forces, les mêmes institutions et les mêmes individus responsables de l’organisation des Jeux Olympiques dans nos villes sont responsables de chacune de ces crises. Les politiciens, les grandes entreprises et les spéculateurs immobiliers qui forment le réseau mondial du pouvoir en faveur des Jeux Olympiques n’offriront jamais de réformes significatives parce qu’ils profitent directement de ces crises.

         Désormais nous sommes solidaires ; nous ne nous opposons pas seulement aux Jeux Olympiques dans les villes d’où nous venons. Nous ne voulons pas que les Jeux Olympiques trouvent d’autres villes organisatrices pour épargner nos villes de Tokyo, Paris et Los Angeles. Nous ne sommes pas seulement aux côtés de nos frères de Rio et de Pyeongchang, et aux côtés des communautés du monde entier qui ont été touchées par les Jeux ou qui y ont résisté avec succès dans le passé. Nous allons plus loin : nous exigeons la fin du Comité International Olympique. Tant que les forces corrompues qui sont à l’origine de ces événements parasites n’auront pas abandonné le contrôle, nous nous opposerons aux Jeux Olympiques partout.

Les collectifs signataires :

Anti Pyeongchang Olympics Alliance
Hangorin no kai  No Olympics 2020
No Thank You to 2020 Olympic Disasters Link
NOlympics LA
NON aux JO 2024 à Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B