Les fleurs et le mal

Bientôt un mois de confinement ! Quand le mal menace, quand le virus joue au malin, je m'allonge dans l'herbe et sniffe les fleurs du printemps. Quelques airs me reviennent en tête. Ils parlent de jonquilles, de bouquet d'églantine et de violettes impériales ....

Chemin du 9 avril 2020

Les fleurs et le mal ...

Vercors avril 2020 © Patrice Morel Vercors avril 2020 © Patrice Morel
Jour saint d’une semaine ceinte. Lavement des pieds, purification des paluches, on passe à table ! La cène est un réconfort. Au menu agneau de Pâques et eau changée en vin, origine domaine bio de Lumian, vignes du Vaucluse, terre papale. Amen !
Confiné certes mais pas déconfit. Faut ce qu’il faut.
Après le café carême, voici l’heure de la sortie, je signe mon attestation. Liberté : une heure. Périmètre autorisé : un kilomètre.
Restons prudent. Judas a quitté la table lui aussi. En mode cafard : jumelles, matraque et képi, menottes et LBD. Au moindre écart, mécréant, c’est garde à vue, Ponce Pilate et crucifixion.
Quelle époque !
Heureusement dehors avril rayonne : "il y a le printemps qui chante, viens à la maison les oiseaux t’attendent... Dis ça fait combien de temps que tu n’as pas vu un peuplier, une fleur des champs » ?
Cloclo parlait déjà aux confinés .
https://www.youtube.com/watch?v=y6kCN9jWLI8

C'est de l'or monsignore ! © Patrice Morel (avril 2020) C'est de l'or monsignore ! © Patrice Morel (avril 2020)

Et Joe Dassin lui aussi conseillait l’air embaumé de la saison fleurie. Il sifflait tranquille, sur la colline. Et attendait avec un petit bouquet d’églantine... Il pouvait toujours attendre, "elle n’est jamais venue » !
https://www.youtube.com/watch?v=kYTlyrSTMbY

Alors aujourd’hui, une heure, une heure seulement, c’est déjà le paradis quand le pré offre ses crocus, ses primevères, et quand Sydney, dans le casque, distille «petite fleur» ...
https://www.youtube.com/watch?v=REYLNs0rh-g

"L'amour est un bouquet de violettes ..." © Patrice Morel (avril 2020) "L'amour est un bouquet de violettes ..." © Patrice Morel (avril 2020)

Autour de la maison il y a les violettes impériales, planquées dans les haies en groupuscules odorants, ou échelonnées à flanc de talus. Il semble acquis que la mauve fleurette possède des propriétés expectorantes. Elle est employée parfois dans le traitement des maladies respiratoires. Je dis ça, je dis rien, je ne suis pas Jésus de la Canebière... Comme Luis, je m’en tiendrai donc aux propriétés aphrodisiaques de ces violacées miraculeuses.
https://www.youtube.com/watch?v=UUsodIQJNXo

Pissenlits et orties, salade et soupe, menu de confiné ! © Patrice Morel (avril 2020) Pissenlits et orties, salade et soupe, menu de confiné ! © Patrice Morel (avril 2020)

Pour agrémenter le confinement sans jouer au concombre masqué, pour éviter l'expédition au Super U ou à l’Intermarché, pour croiser ni Pandore, ni Parju, je vous incite à sortir l’Opinel numéro 12 et à cueillir les pissenlits de votre zone rapprochée. C’est mieux que de les manger par la racine. De même je vous invite à prendre des gants et à ramener quelques tiges d'orties bien fournies. La salade colorée aux feuilles dentelées assortie de petits lardons chauds, et la soupe crémeuse et fumante de verdure urticante sont toutes deux délicieuses. Elles permettent quelques économies notables. Sans compter que le pissenlit mis en verbe et musique par Anne Sylvestre peut également vous servir de support pédagogique et d’éducation joyeuse à l’intention du petit dernier .
https://www.youtube.com/watch?v=jSp5ivRilnw

Au ras des pâquerettes © Patrice Morel (avril 2020) Au ras des pâquerettes © Patrice Morel (avril 2020)

Réchauffement climatique oblige, l’astre cogne comme rarement pendant cette période d'isolement pascal.
«Y a du soleil, bip, bip. Oh n’effrayez pas les petits oiseaux» .
Tu as raison Joe, le zoziau reprend du poil de la bête ces temps.
Alors soyons zen, et même en solo, faisons le tour de notre carré vert, minime soit-il. Le spécialiste s’appelait Rousseau. Jean-Jacques était fleur bleue. Il rêvait en promeneur solitaire, versifiait son romantisme et complétait son herbier. Il reniflait la pelouse et s’enivrait en gras minet (il fallait la sortir celle-là, non ?) . La vieille Souche idem, avec ses tifs comme du foin, qui versifie en nature majeure et ne refuse jamais la petite sieste au ras des pâquerettes ...
https://www.youtube.com/watch?v=JKSsZ4lVx8k

La sève monte © Patrice Morel (avril 2020) La sève monte © Patrice Morel (avril 2020)

Cela dit, aller au pré ou caboter au près, reste un privilège pour un isolé alpin du covid 19. De mon antre je vois le val et la montagne. Ce décors en mode Vercors est le même que celui apprécié en son temps par le dénommé Hugues, venu au frais passer sa jeunesse. Il fut adolescent à Villard-de-Lans. C’était un garçon sensible qui chantait en se promenant «du pré au bois, des jonquilles aux derniers lilas, la la la-la la la...»
Je ne sais où confine actuellement le ménestrel nonagénaire et chevelu, mais il m’offre une conclusion dorée, comme son enfance en liberté, et comme l’espoir qui nous tient toujours dès que le printemps revient .
https://www.youtube.com/watch?v=fMClkIaw3PQ

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.