La République m'appelle !

Rassurez-vous je ne vais pas parlez politique mais plutôt belle nature et légendes sportives. Car sur les hauteurs du Forez, la République est à la fois un col et un hameau où il fait bon vivre, respirer et transpirer ...

Chemin du 27 octobre 2019,

Vive la République !

Commune de La Versanne dans la montée du Col de la République (Loire) © Patrice Morel (octobre 2019) Commune de La Versanne dans la montée du Col de la République (Loire) © Patrice Morel (octobre 2019)

Il existe entre Grenoble et Saint-Etienne une moyenne montagne que j’aime traverser quelle que soit la saison : le massif du Pilat . Ses bois de feuillus chaleureux puis de conifères rectilignes et hautains, ses  prairies éclairées et ses maisons carrées, ses solides auberges isolées, ses hameaux éparpillés, autorisent l’évasion cérébrale et font que la route empruntée n’est jamais ennuyeuse, jamais fatigante. Elle peut à la rigueur éprouver les nerfs   au matin d’une sévère tombée de poudre en plein coeur de l’hiver.    

Ce trajet bucolique permet d’éviter le racket du péage autoroutier, ainsi que la fastidieuse, monocorde et trop fréquentée voie express entre Givors et Sainté. 

C’est un raccourci kilométique mais alangui et sinueux. Il ne faut pas chercher le gain de temps mais bien le bénéfice ludique : conduite zen, neurone détendu, regard clair, éventuelle pause gastronomique et digestive, halte photographique ou contemplative ... 

Un itinéraire de bonne santé mentale.

L'ancienne RN 82, dite "la route bleue" © Patrice Morel (octobre 2019) L'ancienne RN 82, dite "la route bleue" © Patrice Morel (octobre 2019)

 

La route passe par Annnonay en Ardèche, puis pénètre dans la Loire et traverse le village de Bourg Argental, avec ses roseraies et ses troquets sympathiques. Elle grimpe ensuite jusqu’aux maisons à grands murs et petits toits rouges de La Versanne, avant de franchir le Col de la République. Elle parcourt enfin un verdoyant plateau lumineux et plonge finalement sur Saint-Etienne, quartier Bellevue.

Il s’agit de la départementale 1082, ancienne nationale 82.  Elle était surnommée au début du vingtième siècle «la Route Bleue», bien avant que ce titre coloré ne revienne à la nationale 7. Elle reliait en effet Roanne, située au nord de la Loire, à Andance dans la vallée du Rhône et promettait ou évoquait l’azur de la Méditerranée à ceux qui l’empruntaient.

Sur la route du Tour © Patrice Morel (octobre 2019) Sur la route du Tour © Patrice Morel (octobre 2019)

 

 

Mon moment préféré se situe au passage précis du col, à 1161 mètres d’altitude. 

Au milieu de la forêt sombre, la lumière qui perce est ensorcelante. Il faut s’y arrêter et s’imprégner de l’ambiance : bonnes fées, lutins, champignons géants, goupil et loup garou !  Le  féru de sport, pour sa part, repensera à quelques anecdotes cyclistes qui marquèrent cet endroit cher aux amoureux de «la petite reine» .

Un panneau rappelle en effet qu’ici, pour la première fois en 1903, le Tour de France franchit un sommet à plus de mille mètres.

L’année suivante, lors de l’étape Lyon-Marseille (304 km), le col de la République entra dans la colonne des faits divers ! Il fut le théâtre du premier acte de «hooliganisme» lors d’un grand événement sportif : en effet, une centaine de partisans du coureur local Antoine Faure, armés de gourdins et de pierres tombèrent à bras raccourcis sur ses adversaires ainsi que sur les voitures officielles de la course. Les organisateurs évitèrent le département de la Loire pendant de nombreuses années ; le franchissement du col par le Tour n’eut lieu ensuite qu’en 1950 .

Fédérico Bahamontès , "l'Aigle de Tolède", vainqueur du Tour 1959 Fédérico Bahamontès , "l'Aigle de Tolède", vainqueur du Tour 1959
J’ajouterai à ces infos de haute pédalée, que le 13 juillet 1959, il y a soixante ans, mon idole de l’époque, Fédérico Bahamontès franchissait en tête le Col de la République dans une étape restée fameuse, entre la capitale du cycle et Grenoble, via le plateau du Vercors. Celui que l’on appelait «l’Aigle de Tolède» prit le maillot jaune ce jour là et gagna le Tour.

J’aime bien qu’une route ait du caractère. Cette 82 là, est harmonieuse, et surprenante.

Après le passage au col, la chaussée large et parfaite, descend en virages tranquilles sur le plateau de Saint-Genest-Malifaux.  Le rideau forestier s’ouvre sur les grandes prairies à troupeaux, le paysage resplendit et donne envie de se poser, voire de s’installer.  Le ruban de bitume passe ensuite devant  la maison-brocante de «Joséphine la fouine», ça me fait rire !

L'école de La République ! © Patrice Morel (octobre 2019) L'école de La République ! © Patrice Morel (octobre 2019)

Enfin on aborde le gentil hameau appelé lui aussi «La République». Dans la traversée de ce lieu-dit j’ai toujours la banane ! Il y a là quelques maisons rares mais également une école élémentaire sur le fronton de laquelle, outre la présence rivetée du drapeau tricolore, un panneau de bois annonce fièrement, en lettres pleines et déliées : «école de la République». Probablement l’initiative militante et enflammée d’un hussard noir.

 © Patrice Morel (octobre 2019) © Patrice Morel (octobre 2019)
J’espère que cette petite école isolée sera longtemps maintenue en vie. Et que la République, la grande, saura préserver l’utile présence de l’Education Nationale dans cette ruralité vibrante, à vingt minutes du centre-ville stéphanois. Allez le vert , et vive la République !

 

Vidéos :

Saint-Etienne capitale du cycle

http://www.rfi.fr/emission/20150103-clone-of-saint-etienne-capitale-francaise-cycle-22

Bahamontès maillot jaune 1959, étape St-Etienne-Grenoble

https://www.ina.fr/video/I16160093

Bol d'air sous le Col de la République © Patrice Morel (octobre 2019) Bol d'air sous le Col de la République © Patrice Morel (octobre 2019)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.