TURQUIE : Le mouvement Gulen était-ce un mouvement religieux ?

« Le mouvement Gulen était-ce un mouvement religieux ? »

Avec les problèmes actuels entre le gouvernement et le mouvement Gulen, un discours récurrent nous interpelle « Nous savions le mouvement Gulen comme un mouvement religieux. Considérant  les dernières controverses, les discours et les interviews données par Gulen, nous découvrons un mouvement politique en face de nous ».

Il y a deux préjuger dans cette phrase: la première accepter de façon incontestable que le mouvement Gulen est un «mouvement religieux ». Et deuxièmement défendre le fait que seuls les partis peuvent faire de la politique.

Oui, ce mouvement a des références ethiques musulmanes. La seule source de mobilisation des personnes et leur motivation est la recherche de l’agrément de Dieu, et la propagation de Sa parole. Le mouvement Gulen est une renaissance de nos idées avec le retour à nos valeurs originelle. C’est un effort pour l’établissement d’un nouveau monde où tous vivant en paix basé sur les valeurs universelles de l’homme, l’amour, le dialogue, la tolérance, le compromis.

Avec cette fonction, le mouvement Gulen est une organisation de la société civile dans une société démocratique.  Dans une démocratie, les élections sont très importantes. Incontestablement, la volonté des électeurs l'est aussi. Cependant, il y a aussi un pouvoir nommé l’opinion publique avec des effets sur les gouvernements et les partis. Faire de la politique dans une démocratie, contre et en dépit de l'opinion public est comme ramé à contre sens. Les organisations civiles, tout en restant dans la légalité, peuvent renforcer la démocratie en formant l’opinion publique, influençant les politiques, révélant leurs pensées, leurs visions, leurs critiques concernant les développements sociaux. Principalement en Espagne, en Italie et en Allemagne, les organisations non gouvernementales catholiques, et aux Etats-Unis les organisations civiles protestantes sont d’importants groupes de pression dans la démocratie. Dans ces pays, aucun groupe de pression laïque et religieux n’est vue comme un objet étrange. Ici la mesure unique de leur action est de rester sur les bases des instructions des élus et de ne pas dépasser le fonctionnement de l’appareil d’état.

Le mouvement Gulen a toujours été dans la politique démocratique comme une organisation non gouvernementale. Monsieur Fethullah Gulen qui fait parti des fondateur de La fondation des journalistes et des écrivains, et qui est le Président d’honneur encore actuellement, a dit en 1994 lors de la cérémonie d’ouverture «Il ne peut y avoir de retour en arrière sur la démocratie en Turquie et dans le monde… » Ceci n’est pas un discours religieux. Bien au contraire, c’est l’opinion d’un visionnaire basé sur une lecture pragmatique de la Turquie et du monde, qui estime que les musulmans n’auront pas de problème avec la démocratie en constante évolution.

Les actions de la Fondation des journalistes et des écrivains n’est pas religieux, mais sont des actions sociales et politiques. Par exemple, la Plateforme Abant a fait jusqu’à présent 30 conférences. Certains des sujets étaient les suivantes : « L’Islam et la Laïcité », « La culture dans le processus d’adhésion de la Turquie dans L’UE », « Identité et Religion », « Les pourparlers Turquie-France : République, le pluralisme culturel et l’avenir de l’Europe », « De la politique mondiale et le Moyen Orient », « Nouvelle constitution », « Problème kurde : Trouver un avenir et la paix ensemble »(le deuxième a eu lieu a Erbil), « Démocratisation : Du 12 septembre aux partis politique de l’UE », « Tutelle et Démocratie », « Alévis et Sunnites : Trouver un avenir et la paix ensemble ».

Et les écoles ouvertes dans 160 pays sont en vogue malgré leur situation dans différentes géographie du monde avec des différences de religion, de langue, de race, de vision. Aucune de ces écoles ne sont des écoles religieuses. Tous sans exception travaillent selon le programme du pays. Leurs seuls caractéristiques communes est de former des personnes bonnes, des personnes honnêtes, une génération amoureux de la paix. Et en même temps, il propage la langue turque dans le monde, améliorant ainsi l’image de la Turquie avec des personnes volontaires.

C’est pourquoi en insinuant que  « le mouvement Gulen était un mouvement religieux », il s’efforce de créer une perception négative, ainsi il est indispensable d’arrêter d’utiliser ces méthodes de guerre psychologiques.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.