Premier jour de mobilisation contre l'usine d'armement Nobel Sport (Récit)

  • 23 oct. 2015
  • Par
  • Blog : +
Donc, le week-end de mobilisation contre l’usine d’armement de Pont-de-Buis a commencé.Cela a commencé sur les ondes, avec radio Poudrière (98,6) qui diffuse en continu les infos sur la mobilisation.Cela a commencé avec d’énormes Dazibao en papier mâché représentant les fameuses armes et munitions avec lesquelles la police mutile et tue.

Donc, le week-end de mobilisation contre l’usine d’armement de Pont-de-Buis a commencé.
Cela a commencé sur les ondes, avec radio Poudrière (98,6) qui diffuse en continu les infos sur la mobilisation.
Cela a commencé avec d’énormes Dazibao en papier mâché représentant les fameuses armes et munitions avec lesquelles la police mutile et tue.
Cela a commencé avec le champ prêté par un habitant de Pont-de-Buis sur lequel le campement se trouve en ce moment.
Cela a aussi commencé avec les barrages filtrants, les routes barrées tenues par les gendarmes qui ont ralenti pas mal d’entre nous sur le chemin de Pont-de-Buis.
Et bien sûr, l’impayable hélicoptère qui ne nous lâchera pas de la journée.

On se retrouve finalement 400 personnes dans le centre de Pont-de-buis.
Quelques tags : « Face à la police, légitime défiance. » « Nobel sport, noble mort. »
Quelques slogans : « Les policiers à la vaisselle, les Flash-ball à la poubelle. » « Nobel Sport, marchand de mort ».
Et puis une grande, très grande banderole peinte sur lequel on reconnaît le visage de Rémi Fraisse avec l’inscription : « Rémi, présent dans nos luttes. »

Après une heure, le cortège s’ébranle.
La police nous attend sur le pont qui mène à l’entrée de l’usine avec canon à eau et grille anti-émeute. Devant les grilles, au milieu des slogans, des tags et des jets de peinture, l’assemblée des blessées qui réunit des personnes blessées, par des tirs de Flash-ball et de LBD 40 tiendront comme ils l’avaient prévu, une conférence de presse.
Impossible d’aller plus loin. Les gendarmes nous cantonnent dans le centre ville.
C’est une interdiction de manifester de fait.

Depuis la mort de Rémi Fraisse, le gouvernement remet régulièrement en cause le droit de manifester en pratiquant des arrestations préventives, en bloquant les manifestants dans de gigantesques nasses, etc.
Le préfet dit ne pas avoir interdit la manifestation, mais il a mis tout en place pour empêcher son déroulement.
On tente un peu plus loin, mais on tombe sur un autre barrage. On est repoussé par des gaz lacrymogène.
On revient dans le centre.

Entre temps, de nombreuses personnes nous ont rejointes. Nous partons vers le camp en colonne motorisée.
Le Week-End continue.
Ce soir par un festnoz.
Samedi par une journée de discussions.
Dimanche par une journée d’action.

----
Communiqué de l'assemblée des blessées :


http://blogs.mediapart.fr/blog/assemblee-des-blesses

Article dans CQFD à propos de l'usine d'armement de Pont-de-Buis :


http://cqfd-journal.org/Pont-de-Buis%E2%80%89-la-poudriere

Texte écrit par les habitants de Pont-de-buis ou vivre à côté d'une poudrière :


http://desarmonslapolice.noblogs.org/files/2015/06/tract-avis-%C3%A0-la-pooulation.pdf


Site dédié aux trois jours d'actions et de discussions :


http://desarmonslapolice.noblogs.org/

Une vidéo d'appel :


https://www.youtube.com/watch?v=dHkjIZav0n8

Recensement de toutes les initiatives en hommage à Rémi Fraisse et contre les violences policières.


https://nantes.indymedia.org/articles/30340

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.