nunocasimiro
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mai 2020

La sémantique de l’Histoire

« mais qu’est-ce que tu appelles « guerre coloniale » ? »

nunocasimiro
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Image: Alex Gozblau © Alex Gozblau

Pour échapper la guerre, mon oncle émigré à Orléans est parti de son (notre) pays de naissance la veille de ses 18 ans. À ce moment-là, tous les jeunes en âge de tuer pouvaient être envoyés mourir en Afrique. Tous, sauf quelques exceptions : en général, les frères des décédés étaient épargnés. Ceux qui faisaient des études aussi. C’était le stimulus supplémentaire pour que des types comme mon père s’appliquent encore plus à l’université : un an loupé signifiait départ en combat.

J’ai connu quelques hommes qui ont été intégrés dans l’armée. La plupart n’en parle pas beaucoup. On entend, au mieux, quelques anecdotes sur le voyage en avion ou en bateau, la camaraderie, l’exotisme de ces endroits où ils arrivaient, les armes entre les mains. Il faut rappeler qu’à ce moment-là, pour beaucoup d’entre eux, c’était la première fois qu’ils sortaient de leur village, envoyés directement au cœur de la guerre contre les mouvements de libération.

Un de mes oncles raconte plein d’histoires drôles de son expédition militaire. De comment il trichait et donnait du sang deux fois dans la journée pour récupérer des sous qu’il dépensait ensuite dans les jeux de cartes avec ses camarades. Il décrit avec une profusion de détails pittoresques les sorties en ville, les kits de nettoyage dispensés aux recrutés lors de leurs excursions à travers les rues de la prostitution. Je crois qu’il n’a jamais tiré une balle (et tant mieux), car il servait en cuisine, dans le QG.

Les autres, ceux qui étaient dans des missions de vrai combat contre d’autres hommes (et femmes et enfants) ont plutôt du mal à verbaliser leur expérience avec un minimum de légèreté, ou simplement à parler de leur vécu.

Il y a quand même quelques individus qui se vantent de leur passage par le champ de bataille, sans pour autant s’attarder sur les détails ignobles de la barbarie. Ce sont normalement des gens racistes, nostalgiques du grand empire global, de la gloire d’apporter le progrès à ces peuples primitifs, incapables de sortir de l’état larvaire en tant que société organisée. Pour ces braves ex-militaires, il s’agissait de faignant.esabruti.es, dont les seules compétences étaient le résultat des efforts pour les civiliser que notre nation tout entière faisait depuis des siècles. Sauf qu’un jour ces ingrat.es ont décidé de se rebeller et attaquer la puissance « métropolitaine ».

La guerre coloniale avait commencé.

Parfois j’évoque cet épisode de notre histoire, l’absurde de la guerre coloniale. C’est comme ça qu’on la désigne – guerre coloniale – et, souvent, la première réaction des français.es qui m’écoutent est d’une relative perplexité : « mais qu’est-ce que tu appelles « guerre coloniale » ? »

Et j’explique : c’est la guerre entre les colonies et la puissance colonisatrice, quand des forces militaires sont envoyées dans des territoires occupés par la « métropole » depuis plus ou moins de temps pour contrer les actions des peuples qui réclament qu’on leur redonne l’indépendance. Comme dans la guerre d’Algérie ou en Indochine.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens