nunocasimiro
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2020

« Luke, je suis ton père »

ça fait vraiment longtemps que le besoin d'avilir des créations pour (en)former le peuple n'est plus justifié

nunocasimiro
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Alex Gozblau

Bogart n'a jamais prononcé « nous aurons toujours Paris ». Sa voix était trempée de Chesterfield's et bourbon, pas de Gitanes et cognac. Marlon Brando a verbalisé l'horreur dans Apocalypse Now avec le ton tellurique de qui s'était fait gobé par la dystopie de Coppola sur le cauchemar de Conrad, et Carmen Maura récite les ingrédients d'un gazpacho comme une hypnotiseuse chantant une litanie au bord des nerfs dans le film de Almodóvar. C'est virtuellement impossible de reproduire ce que ces voix transmettent si on les décale de la représentation car elles sont à la fois conséquence et matière de la performance des comédien.nes.

À chaque fois que je suis confronté à une version doublée, quelque chose en moi se replie comme subissant le grincement du métal contre le métal. J'ai grandi avec les vraies voix des artistes, et deviner leurs visages sous des tons qui leur sont étrangers fait un effet plutôt saugrenu de dissociation cognitive. Mais il y a aussi dans ce profond inconfort la notion irréfutable de « respect pour les œuvres » : si on les détourne, le nouveau objet doit rendre hommage à l'original. Comme la moustache sur la Gioconde de Duchamp. Or, les versions doublées des films ne sont que des variantes dénaturées pour faciliter leur consommation.

Je suppose que quand le taux d'alphabétisation était résiduel, le doublage se présentait comme une solution à la vente et diffusion de films étrangers. Les séances dans une langue officielle et compréhensible par la généralité de la population pourraient en plus contribuer à renforcer cette langue dans son rôle d'idiome officiel dans une nation récemment unifiée, comme l'Italie ou l'Allemagne, ou assez multiple, comme l'Espagne.

Pourtant, la France n'est pas là. La cohésion du pays est un constat depuis quelques siècles. Et même si doutes pourraient subsister sur la maitrise du français d'antan par au moins un des empereurs de l'hexagone, ça fait vraiment longtemps que le besoin d'avilir des créations pour (en)former le peuple n'est plus justifié. Alors, pourquoi le faire ? Pourquoi empêcher les créatures hexagonales des vraies interprétations de gens si idiosyncratiques que Roberto Benigni, Meryl Streep ou Bruno Ganz ?

Serait ça une condition pour que Paris soit toujours à nous ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française