Intermittences

j'ai découvert, à chaque transformation des règles du social et du professionnel, que je venais du futur. C’est-à-dire, que le chemin hexagonal est juste la réplique de ce que j'ai connu comme passé imparfait d'être.

 © Alex Gozblau © Alex Gozblau
 

 

 

La première fois que ma vie a été impactée par une grève française, je partais pour des vacances en Italie. Les contrôleurs du trafic aérien basés sur l'hexagone avaient choisi la date de mon départ estival pour montrer leur mécontentement et ont réussi à reporter le début de mes vacances de quelques quatre heures.

Avant cette mésaventure, la supposée propension française à convoquer des grèves était pour moi juste un mythe alimenté par mes connaissances les plus chauvines vis-à-vis des habitudes gauloises. Je dois confier qu’à partir de ce moment j'ai participé à la diffusion du mythe.

 

Plus tard, installé en Espagne, j'ai pu participer à la huitième grève général de 24 heures de la période post-Franco. La nature éthérée de mes fonctions a fait en sorte que mon geste individuel n’ait dérangé le quotidien de personne sauf ma hiérarchie, que pour la première fois était obligée d’écrire « grève » sur un bulletin de paie. Il s’agissait quand même d’un moment singulier, si on considère la moyenne d'une grève générale chaque quatre ans et demi dans le royaume des Bourbons. La comète Halley est moins assidue que la Huelga General, c’est vrai, mais les jeux olympiques sont plus fréquents, et ça donne une bonne mesure de l’importance historique de la chose.

 

Puis, je suis arrivé ici et j'ai compris que les grèves sont un dispositif intégré dans le quotidien. Cela pourrait contribuer au mythe de la France comme patrie en grève mais, en regardant un peu les chiffres ici et là, on comprend que l'Hexagone n'a pas le record de l'absentéisme revendicatif.

L'Allemagne, l'Espagne et d'autres pays présentent des statistiques tout au moins aussi nourries.

Cependant, il y a des manifestations et journées de lutte de tous les collectifs et branches professionnelles. Certaines, tellement dans la pénombre de nos existences que ce n’est que par son absence que nous nous rendons compte de sa présence ou, autrement dit, que son activité n’est pas un acquis, une inévitabilité.

Entre tous les mouvements professionnels, il y a eu un qui m'a touché plus que les retards provoqués par les contestations des contrôleurs aériens (depuis ma première expérience, j'en ai éprouvé une belle collection d'heures à meubler dans les aéroports européens) : celui des intermittent.es du spectacle.

 

"Les intermittent.es du spectacle". Ça pourrait presque devenir le titre d'une série d'action. En 2003 on a parlé de cette catégorie bien au-delà des Pyrénées. On disait, choqué.es, que le Festival d'Avignon était à risque et nous, face à ces propos, on essayait de cacher la jalousie. On s'imaginait, on rêvait plutôt, qu'est-ce que serait vivre dans un endroit où on peut imaginer la catastrophe si un festival de théâtre est annulé. On se mettait à fabuler sur l'avancée d'une civilisation où les gens du spectacle avaient un vrai statut (pas juste légal, mais aussi social. Enfin, un endroit où nos parents ne seraient pas complètement terrorisés si on annonçait qu'on voudrait bien tenter une carrière comme technicien.ne de son).

 

Puis j'ai découvert que les chercheurs.es aussi avaient un statut et même des contrats de travail. Et j'ai fait des grèves encore plus souvent. J'ai participé aux défilés du premier mai et j'ai découvert, à chaque transformation des règles du social et du professionnel, que je venais du futur. C’est-à-dire, que le chemin hexagonal est juste la réplique de ce que j'ai connu comme passé imparfait d'être.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.