nunocasimiro
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2020

Intermittences

j'ai découvert, à chaque transformation des règles du social et du professionnel, que je venais du futur. C’est-à-dire, que le chemin hexagonal est juste la réplique de ce que j'ai connu comme passé imparfait d'être.

nunocasimiro
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Alex Gozblau

La première fois que ma vie a été impactée par une grève française, je partais pour des vacances en Italie. Les contrôleurs du trafic aérien basés sur l'hexagone avaient choisi la date de mon départ estival pour montrer leur mécontentement et ont réussi à reporter le début de mes vacances de quelques quatre heures.

Avant cette mésaventure, la supposée propension française à convoquer des grèves était pour moi juste un mythe alimenté par mes connaissances les plus chauvines vis-à-vis des habitudes gauloises. Je dois confier qu’à partir de ce moment j'ai participé à la diffusion du mythe.

Plus tard, installé en Espagne, j'ai pu participer à la huitième grève général de 24 heures de la période post-Franco. La nature éthérée de mes fonctions a fait en sorte que mon geste individuel n’ait dérangé le quotidien de personne sauf ma hiérarchie, que pour la première fois était obligée d’écrire « grève » sur un bulletin de paie. Il s’agissait quand même d’un moment singulier, si on considère la moyenne d'une grève générale chaque quatre ans et demi dans le royaume des Bourbons. La comète Halley est moins assidue que la Huelga General, c’est vrai, mais les jeux olympiques sont plus fréquents, et ça donne une bonne mesure de l’importance historique de la chose.

Puis, je suis arrivé ici et j'ai compris que les grèves sont un dispositif intégré dans le quotidien. Cela pourrait contribuer au mythe de la France comme patrie en grève mais, en regardant un peu les chiffres ici et là, on comprend que l'Hexagone n'a pas le record de l'absentéisme revendicatif.

L'Allemagne, l'Espagne et d'autres pays présentent des statistiques tout au moins aussi nourries.

Cependant, il y a des manifestations et journées de lutte de tous les collectifs et branches professionnelles. Certaines, tellement dans la pénombre de nos existences que ce n’est que par son absence que nous nous rendons compte de sa présence ou, autrement dit, que son activité n’est pas un acquis, une inévitabilité.

Entre tous les mouvements professionnels, il y a eu un qui m'a touché plus que les retards provoqués par les contestations des contrôleurs aériens (depuis ma première expérience, j'en ai éprouvé une belle collection d'heures à meubler dans les aéroports européens) : celui des intermittent.es du spectacle.

"Les intermittent.es du spectacle". Ça pourrait presque devenir le titre d'une série d'action. En 2003 on a parlé de cette catégorie bien au-delà des Pyrénées. On disait, choqué.es, que le Festival d'Avignon était à risque et nous, face à ces propos, on essayait de cacher la jalousie. On s'imaginait, on rêvait plutôt, qu'est-ce que serait vivre dans un endroit où on peut imaginer la catastrophe si un festival de théâtre est annulé. On se mettait à fabuler sur l'avancée d'une civilisation où les gens du spectacle avaient un vrai statut (pas juste légal, mais aussi social. Enfin, un endroit où nos parents ne seraient pas complètement terrorisés si on annonçait qu'on voudrait bien tenter une carrière comme technicien.ne de son).

Puis j'ai découvert que les chercheurs.es aussi avaient un statut et même des contrats de travail. Et j'ai fait des grèves encore plus souvent. J'ai participé aux défilés du premier mai et j'ai découvert, à chaque transformation des règles du social et du professionnel, que je venais du futur. C’est-à-dire, que le chemin hexagonal est juste la réplique de ce que j'ai connu comme passé imparfait d'être.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française