nunocasimiro
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2020

Dans la solitude des champs de PQ

On faisait deux purges par an, au printemps et à l’automne : du vermifuge pour toute la famille, chien inclus.

nunocasimiro
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Image: Alex Gozblau © Alex Gozblau

Ascaris lumbricoidesEnterobius vermicularis, Taenia solum – les trois premiers mots en latin que j’ai retenus (après le homo sapiens sapiens). 
J’avais 13 ou 14 ans et des cours de biologie humaine. Une certaine fierté gonflait l’arrogance de mon je adolescent. Savoir le nom des bêtes dans leur langue originale (des trucs si infects ne pouvaient que venir de la poussière lyophilisée du temps. Donc, en latin) compensait la terreur de mon je hypocondriaque. On m’expliquait que les lombrics, les oxyures et le ténia étaient coriaces, qu’ils arrivaient dans nos entrailles voyageant clandestins dans la bouffe mal lavée et la viande peu cuisinée, ou se cachant dans nos mains impropres suite au passage par le WC. La saleté abominable. 

On faisait deux purges par an, au printemps et à l’automne : du vermifuge pour toute la famille, chien inclus. Puis, on nous a dit qu’il fallait pas se purger car les médicaments comme ça sont incapables de distinguer les bons des méchants. Ils agissent sur nos intérieurs comme les bombes nucléaires testées dans des atolls : ça crame les algues poisseuses comme les beaux coraux et les poissons mignons. 

Mon latin n’a pas beaucoup évolué depuis. En revanche, la répugnance vis-à-vis toute espèce de parasite n’a cessé d’augmenter et c’est en germaphobe mature que je commence à faire usage des WC hexagonaux. 
Je fréquente ces espaces normalement exigus, offrant des possibilités très limitées de personnalisation, avec l’impression que cette configuration cherche à renforcer la solitude des moments les plus intimes. Et jusqu’ici tout va bien : ma nature mélancolique s’adapte naturellement aux confinements les plus lugubres. Le problème arrive à la sortie, juste après tirer la chasse d’eau, quand je scrute la pièce et il n’y a pas de solution digne pour laver les mains. La poignée de la porte est, à ce moment-là, un vivier de latinismes. Et elle n’est pas seule : il y a l’interrupteur pour éteindre la lumière, la probable poignée de la porte de la salle de bain ou de la cuisine où, hélas, je trouverai un robinet soulageant. 
Le pire s’ensuit : considérer qu’entre la chasse d’eau et l’évier lointain, il y aura beaucoup de gens qui se perdent dans le chemin. Chaque créature vivante est un potentiel hôte du parasitisme intestinal. On risque de perdre la confiance même dans les personnes qui nous sont les plus proches. Le péril est partout, la paranoïa à portée de main. Le monde transformé en complot pour nous salir et ainsi de suite. Enfin, je m’abstiens même de vous parler des poignées des portes du métro (qui n’existent pas d’où je viens, car les accès des transports en commun s’ouvrent sans qu’on ait besoin de les toucher). 
Pour résumer, il n’y a plus de surface immaculée. En revanche, je n’avais jamais vu autant d’endroits où s’acheter des petits flacons de désinfectant pour les mains comme ici. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public