Convivialité à l'Elysée

On mange un Petrus, les pieds sur la table.

 

Convivialité à l'Elysée
On mange un Petrus, les pieds sur la table.
Un guéridon bleu ( peut-être celui de Brigitte) un vase rose en terre et un bouquet de roses blanches délicates. Plus loin un banquier nerveux émerge de ses paperasses... Nicole arrive en invitée....de marque. On sort un cendrier de bistrot, sa marque. Un livre traîne : L'impure de Guy des Cars. Brigitte ! Gisent une tasse de café demi vide, un tisonnier là, un iPhone, celui du patron, en l'occurrence Emmanuel, qui joue. Nicole rit d'aisance. Bienvenue.

Dehors la police tourne sur elle même comme un chien après sa queue pour l'humour. Les rideaux sont froissés : "il faut changer les rideaux". Les voitures passent, circulent, taxis de voyageuses égarées à la recherche du bonheur, pas ici, Madame, dans l'indifférence des Stars. Adieu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.