Financement du terrorisme, les révélations qui accablent le Qatar

Après « Nos très chers émirs », les deux journalistes, Christian Chesnot et Georges Malbrunot, récidivent en signant un nouvel ouvrage de salubrité publique : « Qatar Papers » ou comment l’émirat finance l’islam de France et d’Europe.

L'Emir du Qatar avec Youssef al-Qaradawi, le guide spirituel des Frères Musulmans L'Emir du Qatar avec Youssef al-Qaradawi, le guide spirituel des Frères Musulmans

Une nouvelle fois, les deux auteurs ont réalisé un excellent travail journalistique. Dans le collimateur de leur investigation : Qatar Charity, rebaptisée Nectar Trust en 2017. Cette pseudo ONG subventionnée généreusement par le Qatar n’a rien d’une organisation humanitaire, mais tout du financement de l’islam radical prôné par les Frères Musulmans.

Qatar Charity était déjà une organisation pointée du doigt par tous les spécialistes pour son prosélytisme religieux un peu partout de par le monde et surtout pour ses liens avec des réseaux terroristes au Moyen-Orient. Les révélations de Chesnot et Malbrunot, preuves irréfutables à l’appui, mettent à jour, elles, les étroites relations qu’entretient le Qatar avec les réseaux terroristes en Europe.

Inquiétants liens entre une école des Frères Musulmans financée par le Qatar et des groupuscules liés à Al Qaeda.

L’école d’Al-Kindi a fait couler beaucoup d’encre, notamment celle d’Alain Morvan ancien recteur de l’académie de Lyon qui c’était opposé, dès 2007, à la création de cette école dans la banlieue lyonnaise, qualifiant à juste titre « d’intégristes » les fondateurs de ce complexe scolaire. Il ne s’était pas trompé mais n’avait pas été entendu.

Comme le révèle le livre, Nazir Hakim, fondateur et président d’Al-Kindi est un fervent défenseur du groupe Al-Nosra, filiale d’Al-Qaïda, groupe armé fiché sur la liste des organisations terroristes des USA, responsable de milliers de morts, crimes de guerre, crimes contre l’humanité et destructions du patrimoine de l’humanité.

En novembre 2012, ce triste directeur d’école de la banlieue lyonnaise déclarait que « toutes les armes étaient bonnes à utiliser contre Bachar al-Assad, y compris celles du Front al-Nosra ».

Mais Nazir Hakim ne se contente pas d’apporter un soutien à ces groupes par la pensée et la propagande, il s’est aussi engagé dans la livraison d’armes aux terroristes en Syrie. En effet, il est l’un des fondateurs du Conseil National Syrien (CNS) créé à Doha en 2011 qui au travers d’une autre nébuleuse affiliée au CNS, la « Commission for the Protection of Civilians » (CPC) alimentaient la guerre en fournissant armes et munitions en provenance de Libye et de Bosnie via la Turquie. D’ailleurs, Nazir Hakim a reconnu lui-même sur les ondes d’une radio suédoise que son organisation comptait 2000 combattants et collaborait avec des groupes terroristes comme Al-Nosra.

De plus, une branche du CPC de Nazir Hakim, nommée les « Sons of al-Qadisiyya », a été dénoncée par l'ONG Human Rights Watch dans un rapport sur des crimes de guerre en Syrie.

A ce jour, cet homme est toujours président du groupe scolaire Al-Kindi qui est, et ce n’est pas anodin de le rappeler, sous contrat avec l’éducation nationale. Que fait Jean-Michel Blanquer, qui a été impliqué dans la création d'Al-Kindi ? Que font les autorités françaises ?

De la Syrie à la France

Tout le monde a encore en mémoire, les événements du 5 mars 2019 à Condé sur Sarthe où deux surveillants de prison ont été grièvement blessés par Michaël Chiolo, un détenu radicalisé. Lors de cette attaque, le RAID a tué sa compagne et complice, Hanane Aboulhana, qui lui avait fourni l’arme, un couteau, lors d’une visite. Qui était cette femme de 34 ans ?

Selon Chesnot et Malbrunot : « Jusqu’au début de l’année 2016, elle occupait un poste d’assistante de direction du fonds de dotation Passerelles, selon des courriels en notre possession qui lui étaient adressés par ses amis de l’Amal. » Le fonds de dotation Passerelles est une structure financière qui permet de multiplier les écrans pour transférer des dons de Qatar Charity, via Londres vers la France.

Quant à Amal, c’est l’Association des musulmans d’Alsace, affiliée aux Musulmans de France, organisation qui est une des émanations des Frères Musulmans. Amal qui est, comme le groupe scolaire Al-Kindi, financée par Qatar Charity, alias Nectar Trust. En bref, la terroriste Hanane Aboulhana a été endoctrinée dans une structure des Frères Musulmans, financée par le Qatar. Alexandre Del Valle l'a très justement expliqué dans un article pour Atlantico. La boucle est bouclée…

« Qatar Papers » est une très mauvaise nouvelle pour Amal, pour les Frères Musulmans et les dizaines d’organisations qui ont infiltré la France et bien entendu pour le Qatar. Si les autorités françaises ne semblent pas vouloir prendre ce problème à bras le corps, la récente visite du Premier ministre Edouard Philippe à Doha et ses déclarations élogieuses envers le petit émirat en attestent, les services de renseignements, semblent, eux, avoir enfin bien compris les enjeux. Ils ont fourni des informations capitales et précieuses aux auteurs de ce livre.

Espérons qu’avec ce nouveau témoignage la prise de conscience des dangers encourus réveille le gouvernement français.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.