Qatar: l'étrange volte-face de Matteo Salvini

Matteo Salvini, le leader de l'extrême droite italienne, qui attaquait le Qatar pour financement du terrorisme avant son élection, semble avoir changé d'opinion. Les promesses de contrats seraient-elles à l'origine de ce revirement?

Matteo Salvini avec le Premier Ministre du Qatar Matteo Salvini avec le Premier Ministre du Qatar

Le sulfureux ministre de l'intérieur italien d'extrême droite Matteo Salvini, connu pour ses saillies anti-immigrants, xénophobes et populistes, s'était démarqué lors de la dernière campagne électorale pour des attaques répétées contre le Qatar.

A cette époque, Salvini dénonçait un Qatar qui « sponsorise le terrorisme » mais, comme le révèle la presse italienne, le ton a bien changé avec l'exercice du pouvoir.

Le coup de foudre entre Salvini et le Qatar semble avoir pris forme lors d'une récente visite à Doha, durant laquelle le ministre a chanté les louanges de la monarchie gazière, en échange certainement de promesses de contrats d'armement. La venue aujourd'hui de l'Emir du Qatar pour une visite d'Etat à Rome semble parachever le rapprochement.

Matteo Salvini avec l'Emir du Qatar Matteo Salvini avec l'Emir du Qatar

Il ne faut pas oublier que le Qatar finance des investissements de plusieurs centaines de millions en Italie, entre participations dans des entreprises et surtout des contrats militaires. Avec une économie léthargique et des perspectives sombres, Salvini a-t-il retourné sa veste ?

L'Italie cherche aussi à gagner des parts de marché pour les préparatifs de la prochaine Coupe du Monde de la FIFA en 2022. Pas étonnant donc que Salvini n'ait pas évoqué le sort des migrants retenus au Qatar dans des conditions proches de l'esclavage.

Mais ce qui étonne encore plus la presse italienne est une nouvelle loi qui devrait superviser le financement étranger des mosquées en Italie. Projet de loi déposé par le parti de Salvini…

La cible ? Principalement la Qatar Charity, qui via son Nectar Trust, un fonds d'investissement britannique, finance des mosquées italiennes proches des Frères Musulmans à hauteur de 6 millions d'euros par an.

De Milan à Catane, la Qatar Charity finance des centres islamiques et autres écoles coraniques, s'associant avec l'UCOII (Unione delle Comunità e Organizzazioni Islamiche in Italia), organisation islamique connue pour ses positions extrêmes envers les femmes, les homosexuels et un soutien latent pour le Hamas, l'organisation terroriste palestinienne.

La Ligue de Salvini affirmait combattre réellement l'islamisme radical des Frères Musulmans, dénonçant une prétendue mollesse de la gauche italienne. Entre les déclarations de fermeté envers le financement d'un Islam incompatible avec les normes démocratiques et la pratique, Salvini semble avoir tranché. La loi sur le financement des mosquées sera-t-elle un jour adoptée ? Le doute persiste.

Le Qatar, généreux, semble avoir trouvé des contre-arguments persuasifs…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.