L'observatoire du Qatar de Nabil Ennasri, outil de propagande des Frères musulmans ?

L’Observatoire du Qatar est un instrument du soft power du Qatar. Par l’intermédiaire de ce think-tank et de son président, Nabil Ennasri, le Qatar monte en défense ou passe à l’attaque pour protéger ses intérêts. Mais cet outil est également utilisé pour promouvoir l'idéologie des Frères musulmans.

ne

Le foot

En ces temps de coupe du monde, le football devient un enjeu géopolitique. La chaîne BeIN sports, détenue par les Qataris aurait été piratée à quelques jours de l’ouverture du mondial en Russie. L’émirat accuse son nouvel ennemi, l’Arabie Saoudite, d’être derrière l’attaque, Nabil Ennasri, monte au créneau dans le magazine SO FOOT pour accuser les saoudiens: «Il faut bien se rendre compte que depuis la mise en place du blocus à l’encontre du Qatar, les relations saoudo-qataries sont totalement enlisées. Pire, on est dans une forme d’escalade, comme on peut le voir avec BeoutQ. » (ndrl BeoutQ est la présumée chaîne pirate saoudienne.)

L'argent

Après le foot, le deuxième sport favori du Qatar est l’argent. Ainsi en février dernier, l’Observatoire du Qatar annonçait en fanfare la victoire du Qatar contre l’Egypte, puisque ce pays venait de s’engager à rembourser un milliard de dollars, c’est-à-dire le solde des fonds prêté par l’émirat sous la présidence de Mohamed Morsi.

Nabil Ennasri écrivait sur son site : « Le Qatar avait alors exprimé son soutien aux Frères musulmans arrivés au pouvoir par les urnes, et avait versé une somme de 7 milliards de dollars sous forme de subvention et de dépôt au cours de l'année où Mohamed Morsi était au pouvoir. » Les Frères musulmans ayant été chassés du pouvoir par le général Sissi, il n’était bien évidemment plus question de subventionner le Caire...

Et les Frères musulmans…

Car avec l’Observatoire du Qatar et son président, la Confrérie n’est jamais loin. La mission d’Ennasri, consiste à protéger les Frères musulmans des attaques dont ils font l’objet en France. Lorsque Manuel Valls, alors Premier ministre, se dit prêt à combattre cette organisation, immédiatement, le président de l’Observatoire s’insurge sur Twitter « M. Valls met les Frères musulmans comme organisation inquiétante. Ces Frères musulmans sont en prison en Egypte pour avoir gagné des élections.»

Nabil Ennasri qui est pourtant docteur en science politique triture l’histoire récente de l’Egypte et oublie de dire que peu après l’arrivée au pouvoir de la Confrérie au Caire, elle a failli et a été largement contestée dans la rue.

L’Observatoire du Qatar ne se contente pas de venir au secours de cette organisation, il en fait l’éloge et tente, autant que faire se peut, de ripoliner son image : « l’émir du Qatar a une approche plus ouverte de l’islam et moins rigoriste que celle qui domine en Arabie saoudite. Ce clivage explique aussi le rapprochement de Doha avec les Frères musulmans car il porte en germe l’idée de l’émergence d’un islam alternatif à l’islam salafi saoudien… »

Comment faire passer des canards sauvages pour des enfants du bon dieu, d'autant plus que Nabil Ennasri a été accusé de complotisme lors des attaques de Mohamed Merah et d'apologie du terrorisme par Slate.fr.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.