Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juin 2019

EMIRATS ARABES UNIS : UNE JUSTICE DE DESTRUCTION MASSIVE

L’AFFAIRE ALIA ABDEL NOUR : PREUVE D'UNE JUSTICE DE DESTRUCTION MASSIVE

Observatoire Indépendant des Emirats Arabes Unis
Le blog de l'Observatoire indépendant des Émirats Arabes Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une jeune femme atteinte d’un cancer depuis quatre ans, est morte en prison à Abu Dhabi au début de ce mois de mai. En y regardant de près, cette terrible histoire ressemble plus à une mise à mort programmée qu’à une simple accumulation de négligences.

Accusée  de terrorisme, Alia Abdel Nour, 42 ans, avait été diagnostiqué comme étant atteinte d’un cancer du sein peu après son arrestation à son domicile, le 29 juillet 2015.

A cette époque, les raisons de son incarcération n’étaient même pas connues. Elle ne furent divulguées qu’en 2017 par un tribunal de l’Emirat,  après une enquête entachée, d’après Human Right Watch, de tortures physiques, de pressions psychologiques pour tenter de lui extorquer des aveux, ainsi que  de manquements aux règles les plus élémentaires du droit pendant son procès : lors de sa première comparution publique, elle n’était même pas assistée d’un avocat. Alia Abdel Nour fut condamnée à 10 ans d’emprisonnement. Pendant ses interrogatoires de police, on lui a proféré des menaces de mort contre sa sœur, ses parents, et on lui a fait signer des documents dont elle ignorait le contenu.

Sa famille ne fut admise à la visiter en prison qu’à partir de février 2016. Transportée pour la première fois en août 2016 à l’hôpital Al Mafraq, elle n’a jamais reçu les soins que nécessitait son état de santé. Elle y était détenue pieds et mains attachées, dans une pièce sans lumière. Des gardes la surveillaient à l’intérieur même de sa chambre, et l’accompagnaient, poignets liés jusqu’aux toilettes. Sa santé se détériorant très vite à partir de l’automne 2017, sa famille formula à cinq reprises des demandes de libération pour raisons de santé auprès de la Cour Royale, mais leurs requêtes furent toutes refusées. Des experts de l’ONU diligentèrent une enquête sur les conditions de détention inhumaines de la jeune femme, et sur l’abandon de tous soins médicaux. Ils demandèrent dans le même temps sa libération.

LE LONG CALVAIRE D’UNE FEMME                         

La justice d'Abu Dhabi et son Prince, Khalifa Ben Zayed al Nahyane, ne donnèrent aucune suite à cette démarche, et cela sans aucune pitié.

Dès son arrestation, violente, pendant le déroulement de laquelle elle fut frappée, tout comme les personnes présentes à son domicile ce jour-là, Alia Abdel Nour a été en permanence traitée de telle façon qu’il apparaît clairement que le but poursuivi était de l’écraser, voire de la tuer. 

Enfermée au secret pendant les premiers mois de sa détention, seule dans une cellule sans lit, sans ventilation, sans fenêtre, dépouillée de ses vêtements, elle fut privée d’eau, de nourriture, les mains  liées, et les yeux bandés.

Harcelée dans des interrogatoires quotidiens sur sa vie privée, sur les sites qu’elle visitait sur internet, elle fut finalement envoyée à la prison d’Al Wathba, un établissement pénitentiaire sur-peuplé, où les cellules abritent au moins huit détenus, sans climatisation, sans hygiène, sans le moindre nécessaire de toilette. Des poux et des cafards par milliers diffusent les bactéries et les maladies, tandis que des ouvertures sales, malodorantes, sont le seul équipement dont bénéficient les détenus pour se couvrir.
Des gardiennes d’origine marocaine et népalaise, d’après de nombreux témoignages recueillis par les experts de l’ONU, n’ont cessé d’harasser Alia, de l’humilier en la faisant se déshabiller à la moindre occasion, pour rester nue sous les regards.

Le 4 mai 2019, à la fin de ce calvaire, Alia meurt faute de soins, et à cause de ses conditions de détention.

Dès le 7 mai, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a tenu à souligner que l’absence de traitements avait provoqué la mort d’Alia, et a demandé une enquête sur les circonstances exactes de sa mort. Le même jour, l’Union européenne a accusé les autorités d’Abu Dhabi d’être restées sourdes aux appels à la libération anticipée d’Alia Abdel Nour, alors qu’elle était en phase terminale d’un cancer.

Tragique, la destinée brisée d'Alia Abdel Nour n'est malheureusement pas un accident, une exception.

AUX EMIRATS, LIBERTÉ D’EXPRESSION = CRIME

En mars  2017, c’est un défenseur reconnu des droits de l’homme, Ahmed Mansour, qui a été arrêté aux Etats arabes unis, pour "diffusions de fausses informations" sur les réseaux sociaux. Le fait est qu’il venait d’intervenir pour la libération d’Oussama Al Najjar, un pacifiste condamné à 10 ans de prison pour ses déclarations humanistes sur Twiter .

Détenu au secret pendant plus d’un an, coupé de sa famille, sans avocat, il purge sa peine. Un éminent universitaire, Nasser Bin-Ghaith, a écopé de la même peine pour avoir émis des critiques sur la politique des autorités des Emirats arabes unis et de l’Egypte. Il avait entamé une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention, mais a du l’interrompre quand les autorités lui ont fait comprendre qu’elles allaient restreindre son droit de visite. Quant à l’universitaire britannique Matthew Hedges, arrêté en mai 2018 à l’aéroport d’Abu Dhabi alors qu’il allait rentrer en Angleterre, il n’a du son salut qu’aux pressions internationales, et a été "pardonné et libéré", après avoir été maintenu au secret, puis condamné à la prison à vie…

Ainsi va la justice féodale des Emirats du Golfe persique, principaux alliés de l’Arabie Saoudite dans la guerre d’extermination massive menée aux Yemen, et qui a déjà causé des centaines de milliers de morts.

Franck BALARD

Journaliste Indépendant

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal
Marioupol, ville martyre
Après trois mois de résistance, le port de Marioupol est tombé le 20 mai aux mains des forces russes, marquant une victoire symbolique pour le président Vladimir Poutine. Plus de 2 400 soldats ukrainiens ont été faits prisonniers, alors que la ville est largement détruite.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées